Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 106ème Congrès Français d’Urologie > Etude comparative des marges chirurgicales après prostatectomie totale par voie ouverte : reproductibilité d’une technique reconnue.
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Etude comparative des marges chirurgicales après prostatectomie totale par voie ouverte : reproductibilité d’une technique reconnue.

Objectifs.– La prostatectomie totale est le traitement de référence du cancer localisé de la prostate de l’homme jeune. À l’heure de la chirurgie cœlioscopique robot-assistée, la voie rétropubienne est encore majoritairement choisie par les urologues français. L’objectif a été d’évaluer de manière prospective les résultats carcinologiques (taux de marges chirurgicales positives [MCP]) après prostatectomie totale rétropubienne (PTR) telle qu’elle a été décrite par C. Barré (Eur Urol, 2007) afin d’en démontrer la reproductibilité.

Méthodes.– Une étude prospective (janvier 2009–décembre 2011) a été réalisée chez 105 patients consécutifs ayant eu une PTR pour cancer localisé de la prostate et comparée aux résultats de la technique princeps. Les données préopératoires des deux séries étaient : âge moyen : 62,3 vs 61,6 ans, PSA : 8,31 vs 7,33 ng/mL, Gleason biopsique 6,58 vs 6,85, stades cliniques : T1c 48,5 vs 67,9 %, T2a 32,3 vs 13,8 %, T2b 14,1 vs 12,9 %, T2c 2 vs 5,1 %, T3 3 vs 0,1 %. L’analyse histologique a été réalisée avec une inclusion complète de la pièce et une coupe tous les 3 mm (protocole de Stanford).

Résultat.– Les stades pathologiques étaient pT2 : 56,4 % vs 72,7 %, pT3a : 34,6 % vs 19,3 % et pT3b : 8,9 % vs 7,1 %. Le taux de préservation nerveuse était de 54 % vs 70,6 %. Le taux global de MCP dans notre série était de 12,3 % vs 8,6 %.Tableau 1.Unique (%)Multiples (%)Total (%)pT2 n = 601 (1,6)0 (0)1 (1,6)pT3 n = 458 (17,7)4 (8,8)12 (26,6)Total n = 1059 (8,5)4 (3,8)13 (12,38)

Les marges inférieures à 1 mm représentaient 31 % des cas vs 51,6 %, de 1 à 3 mm 31 % vs 17,2 % et supérieur à 4 mm 38 % des cas vs 31,2 %. Les marges étaient localisées à l’apex : 46,1 % vs 43,3 %, à la base : 38,4 % vs 21,6 %. Le taux de marge en glande saine était de 10,3 % (60 % au col vésical) vs 11,5 %. La survie sans récidive biologique à un an était de 98,1 % tous stades confondus.

Conclusion.– Cette technique de PTR établie selon un protocole totalement standardisé pour répondre à une qualité d’exérèse stricte permet d’obtenir lorsqu’elle est reproduite, un taux de MCP très faible et proche de la série de l’auteur. Notre série démontre donc autant l’efficacité de la technique de Barré C. que sa reproductibilité.

Contenu protégé