Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 107ème Congrès Français d’Urologie > Épidémiologie de la lithiase urinaire au sein du contingent militaire français au Mali au cours de l’opération SERVAL
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Épidémiologie de la lithiase urinaire au sein du contingent militaire français au Mali au cours de l’opération SERVAL

Objectifs.– La crise de colique néphrétique est une pathologie fréquemment rencontrée au cours des opérations extérieures et nécessite souvent un rapatriement sanitaire en métropole. Les soldats déployés dans les zones arides sont exposés à un risque accru de survenue de lithiases urinaires. Le but de notre étude est d’analyser les facteurs de risque, l’incidence et les modalités de prise en charge de la lithiase urinaire chez les militaires français au cours de l’Opération SERVAL.

Méthodes.– Notre étude a porté sur les militaires rapatriés du Mali pour prise en charge d’une colique néphrétique entre le 11 janvier et le 30 mai 2013. Pour chaque patient, nous avons recensé : âge, sexe, date de déploiement, date de la crise, antécédents personnels et familiaux de lithiases urinaires, traitement médical initial, nécessité du rapatriement sanitaire.

Résultats.– Sur les 220 soldats évacués au cours de l’Opération SERVAL, 22 l’ont été suite à la survenue d’une crise de colique néphrétique (10 %). Les motifs d’évacuation étaient soit la persistance d’une douleur, soit une dilatation des cavités pyélocalicielles à l’échographie. Le temps de séjour moyen au moment de la crise est de 44 jours (IC 95 % 32–75). À leur arrivée, tous les patients ont bénéficié d’un bilan systématique clinique et scannographique. Tous étaient asymptomatiques et plus des trois quarts avaient spontanément évacué le calcul. Dans les 5 cas (22 %) de calcul urétéral résiduel, tous mesuraient moins de 4 mm de diamètre.

Conclusion.– Les militaires français projetés en zone sub-saharienne sont exposés à de multiples facteurs favorisants de la lithiase urinaire. Dans la littérature, il existe peu de données sur les modalités du traitement de la colique néphrétique en opération extérieure et l’analyse de notre série révèle que le traitement médical est efficace dans la quasi totalité des cas. L’impact opérationnel est important puisque ces patients pourraient ne pas être rapatriés et retourner à leur poste de combat. Il faut souligner l’importance des actions individuelles et collectives de prévention, et la nécessité de disposer de moyens diagnostics suffisants pour améliorer la prise en charge de cette pathologie en contexte de guerre.

Épidémiologie de la lithiase urinaire au sein du contingent militaire français au Mali au cours de l’opération SERVAL : diaporama 1


Contenu protégé