Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 100ème congrès français d’urologie > – Endopyélotomie au laser des sténoses récidivées de la jonction pyélo-urétérale
Ajouter à ma sélection Désélectionner

– Endopyélotomie au laser des sténoses récidivées de la jonction pyélo-urétérale

Introduction: La sténose récidivée de la jonction pyélo-urétérale (SRJPU) reste encore un défi thérapeutique. Notre but a été de déterminer la valeur de l’endopyélotomie au laser (EL) dans ces cas.

Matériel et méthodes: Entre novembre 2001 et novembre 2005, nous avons réalisé 25 EL (11 hommes et 14 femmes, âgés entre 33 et 67 ans) dans les cas de SRJPU (15 cas après échec de la pyéloplastie ouverte et 10 cas après endopyélotomie à la lame froide) dans un délai de 9 à 25 mois après la première opération. Tous les cas ont été évalués par échographie et urographie. L’EL a été appliquée dans 20 cas par voie rétrograde (touts les cas sans lithiase) et dans 5 cas par voie antérograde lorsqu’il y avait des calculs rénaux associés. Dans tous les cas il n’y avait pas de vaisseaux rénaux polaires ou d’hydronéphrose majeure. La longueur de la sténose était inférieure à 2 cm. Nous avons utilisé un matériel endoscopique flexible et semirigide et le laser Ho:YAG avec fibre de 200 µm. Après le geste, une sonde urétérale « pyélostent » 8/12 Ch. a été maintenue pendant 8 semaines. La période moyenne de suivi a été de 18 mois (4 à 48 mois). Les patients ont été évalués à 6, 12 et à 18 mois. L’échographie et l’urographie ont été les principaux examens de suivi.

Résultats: Nous avons eu des complications postopératoires mineures et temporaires: 3 cas avec hématurie et 3 cas avec infection urinaire récidivante. Le taux de succès n’était pas corrélé avec le degré de l’hydronéphrose. Dans le suivi (à 6 et 12 mois), nous avons trouvé dans 9 cas (36%) un système pyélocaliciel normal avec une JPU large; dans 4 cas (16%) une réduction importante du degré de l’hydronéphrose avec une JPU normale; dans 12 cas (48%) aucun changement du degré de l’hydronéphrose. Le taux de récidive a été de 16% (4 cas). À 18 mois nous avons trouvé encore 2 récidives.

Conclusions: L’EL peut représenter une technique invasive minimale efficace dans le SRJPU avec un taux réduit de complications et avec de bons résultats anatomiques et fonctionnels.

201512006Geavlete PDiaporama


Contenu protégé