Ajouter à ma sélection Désélectionner

BANDELETTE SOUS URETRALE PAR VOIE TRANS-OBTURATRICE

HOPITAL H.MONDOR CRETEIL

Introduction: Le soutènement sous urétral par matériel prothétique est une méthode de traitement de l’incontinence urinaire à l’effort.La voie d’abord trans-obturatrice par respect de l’espace de Retzius expose à moins de complications d’ordre urinaire, vasculaire ou digestif.

Matériel et méthode: La bandelette trans-obturatrice est constituée de polypropylène découpé en rubans compartimentés en 3 pièces : une pièce centrale étroite et siliconée sur sa face urétrale dont le but est de préserver un plan entre urètre et bandelette et d’éviter la rétraction du polypropylène. Deux pièces latérales de section large s’étirant de façon centrifuge, véritable système autobloquant. Le trait médian noir correspond au milieu de la bandelette, il est du côté non siliconé. C’est un repère facilitant la mise en place de la bandelette ; lors de la mise en place le trait noir doit être du côté vaginal et centré derrière l’urètre.

La patiente est en position gynécologique, cuisses en hyperflexion, sonde vésicale en place. Incision vaginale de 20 mm de long. Décollement de la paroi vaginale de part et d’autre de l’incision. La partie inféro-interne du trou obturateur est repérée par doigt glissé dans l’incision vaginale et permet de repérer sur la peau périnéale la zone inféro-interne du trou obturateur en regard de laquelle une incision est réalisée 1 cm en dehors du croisement d’une ligne verticale passant par le sillon génito-crural et une ligne horizontale passant par le méat urétral. Le tunneliseur trans-obturateur est introduit par cette incision cutanée. D’abord perpendiculairement au périnée. Le passage de la membrane obturatrice se manifeste par un ressaut ; une rotation de 90° est ensuite réalisée et le tunnélisateur guidée par le doigt introduit dans le fond du cul-de-sac latéral vaginal. L’extrémité de la bandelette est introduite dans le chas de l’aiguille, puis mise en place.

La bandelette est posée sans traction derrière l’urètre, la partie siliconée répondant à l’urètre. Il doit être possible de glisser entre celle-ci et les tissus péris urétraux une paire de ciseaux de Mayo sans difficulté.

L’excédent de bandelette est sectionné. Fermeture de l’incision vaginale par du fil résorbable 00. Fermeture des incisions obturatrices par un point de fil résorbable.

Conclusion: Technique simple, reproductible et mini-invasive répondant au mieux à l’impératif d’une chirurgie fonctionnelle. Résultats à court terme encourageant sur l’IUE. Nécessité d’une évaluation multi-centrique et comparative pour valider ces résultats et démontrer l’innocuité de la bandelette à moyen et long terme.

Contenu protégé