Proposition d'un modèle de représentation de la sexualité de l'homme : Comparaison des questionnaires de sexualité

09 juillet 2005

Mots clés : sexualité, questionnaire, Évaluation
Auteurs : Bertrand Lukacs et le CTMH
Référence : Prog Urol, 2005, 15, 1, 185-191, suppl. 1
Introduction : Aujourd'hui, il existe plusieurs questionnaires de mesure de la « sexualité de l'homme ». Parce que le terme « sexualité de l'homme » recouvre des domaines multiples, ces questionnaires ne mesurent pas forcément les mêmes domaines. De ce fait, les résultats de ces questionnaires peuvent être difficiles à interpréter et à comparer. Notre objectif était de développer un modèle général et simple qui couvrait toutes les facettes de la sexualité de l'homme mesurée dans les différents questionnaires de sexualité. Ce modèle a pour objectif de pouvoir préciser ce que chaque questionnaire mesure réellement et de permettre ainsi de comparer les résultats.
Méthodes : Nous avons construit le modèle en analysant le contenu de trois questionnaires de mesures de sexualité. Ce modèle a ensuite été appliqué à l'analyse de cinq autres questionnaires pour vérifier sa validité. Un total de 71 questions a ainsi été utilisé pour construire et tester le modèle.
Résultats : Le modèle se compose d'une matrice avec sept domaines (désir, vie sexuelle, érection, pénétration, éjaculation, organisme, rapports sexuels) et trois dimensions (fonction, gêne, satisfaction). Quatre de ces 71 questions des 8 questionnaires n'ont pas plus être classées dans ce modèle.
Conclusion : Nous proposons un modèle simple et robuste qui peut être utilisé pour analyser ce que mesure précisément chaque questionnaire de mesure de sexualité de l'homme et permettre ainsi de les comparer. Ce modèle peut aussi servir à la construction de nouveaux questionnaires de mesure de la sexualité.

I. Introduction

Pouvoir mesurer l'impact de symptômes, de maladies ou du traitement sur la sexualité de l'homme est important. Ces mesures ne sont pas aisées car la sexualité est un domaine complexe, souvent caché, qu'il est difficile d'aborder complètement lors d'une consultation habituelle d'urologie. Pourtant, le besoin de mesurer de façon objective, reproductible et comparable la sexualité de l'homme, dans toutes ses composantes, devient nécessaire pour différentes raisons :

- L'évolution de la société actuelle attache une importance croissante à la qualité de vie. Or, la sexualité est une dimension très importante de la qualité de vie.

- Il est important de mieux comprendre l'impact de certaines maladies ou de traitements sur la sexualité de l'homme.

- En urologie par exemple, des traitements nouveaux pour les dysfonctions érectiles, pour l'HBP, pour l'incontinence nécessitent une évaluation précise de leurs impacts sur la sexualité.

Ces raisons expliquent le développement, ces dernières années, d'outils de mesure de sexualité par des questionnaires appropriés. Tous ces questionnaires ont été validés et possèdent les propriétés psychométriques requises pour ces mesures. Cependant, apparaît aujourd'hui un nouveau problème. La « sexualité » est un terme qui recouvre un ensemble de notions fort complexes aux multiples dimensions. Cette complexité explique que sous le terme « Mesure de la sexualité », chacun de ces questionnaires mesure en réalité des domaines souvent différents. Ceci a pour conséquences de rendre compliquée la compréhension d'un score et d'empêcher les comparaisons inter-scores.

Le but de ce travail est de proposer une représentation de la sexualité couvrant toutes les facettes de cette dernière chez l'homme. Chaque facette de ce modèle doit correspondre à un sous domaine homogène et cohérent. Ce modèle doit pouvoir permette de décrire ce que chaque questionnaire mesure réellement et ainsi mettre en évidence leurs différences.

Ce modèle doit être simple et compréhensible par tous.

II. Méthodes

Ce modèle a été élaboré de façon progressive. Le découpage du modèle a été fait « a priori », à dire d'expert et en étudiant le contenu des questions de 3 questionnaires de mesure de la sexualité chez l'homme (IIEF[8, 9]; DAN PSS[2]; Urolife[5]).

Le modèle ainsi construit a été ensuite testé pour vérifier sa robustesse avec 5 autres questionnaires : Brief mal sexual function inventory (BMSFI)[7], CMASH-SFQ marital adjustment test[1], Arizona sexual experience scale (ASES)[6], le questionnaire de sexualité de UCLA prostate cancer Index [4] et le questionnaire recommandé par la première consultation internationale sur les dysfonctions érectiles [3, 10].

La finalité du modèle est de pouvoir caractériser de façon simple le trouble.

Les domaines ont été construits pour être :

- Facile à comprendre et à identifier

- Suffisamment clairs pour être cohérent

- Mais aussi suffisamment fin et complémentaire pour penser qu'ils mesurent tous les aspects de la sexualité

L'ensemble de ces domaines doit couvrir le « champ » de ce que recouvre le terme "sexualité de l'homme".

La dimension temporelle ainsi que l'ergonomie de présentation des questions n'ont volontairement pas été pris en compte dans le modèle.

III. Résultats

1. Construction du modèle :

Les contenus des trois questionnaires IIEF, DAN PSS, Urolife ont été analysés de façon à mettre en évidence les différents domaines et les différentes dimensions mesurées. A partir de ces analyses, un modèle a été élaboré.

Ce modèle comprend :

7 domaines :

- Le premier domaine est celui du désir, et de la libido : existe-t-il un désir sexuel ? Quelle en est son intensité ? Ce désir et il satisfaisant ?

- Le deuxième domaine est celui de la vie sexuelle en général: Ce domaine est volontairement globalisant : on entend ici par vie sexuelle tous les aspects possibles de la sexualité et pas simplement l'acte sexuel proprement dit.

- Le troisième domaine est centré sur le rapport sexuel proprement dit, dans sa globalité :

- Les quatres domaines suivant correspondent à l'érection, l'éjaculation, l'orgasme, la pénétration.

3 dimensions :

Chacun de ces domaines peut être exploré selon trois dimensions différentes :

- La dimension fonctionnelle : notion de fréquence, de qualité ou notion de dysfonction.

- La gêne : la situation est elle jugée comme gênante ?

- La satisfaction : la situation est elle jugée satisfaisante ou non par le patient ?

Ces trois dimensions sont différentes et complémentaires l'une de l'autre. La différence entre la notion de gène ou la notion de satisfaction est surtout liée à la formulation des questions. Ce modèle est représenté dans le Tableau 1

2. Validation du modèle

Pour tester ce modèle, nous avons analysés le contenu des 3 questionnaires ayant servit à la construction du modèle et 5 autres questionnaires validés mesurant la sexualité de l'homme :

- IIEF

- DAN PSS

- Urolife

- Brief mal sexual function inventory

- CMASH-SFQ marital adjustment test

- Arizona sexual experience Scale

- Questionnaire sexualité du UCLA prostate cancer Index

- Le questionnaire de la consultation internationale sur les dysfonctions érectiles.

Chaque question devait pouvoir être classé dans une des cases du modèle.

Les questions ne pouvant être facilement classées ont été discutées. La liste de ces questions est détaillée dans le tableau 2. Tous les items des 6 questionnaires suivants ont pu être classés sans aucune ambiguïté dans une case du modèle : Urolife, IIEF, Brief mal sexual function inventory, Arizona sexual experience Scale, Questionnaire sexualité du UCLA prostate cancer Index, questionnaire de la consultation internationale sur les dysfonctions érectiles.

Nous avons eu des difficultés avec le DAN-PSS. Les questions 5 et 6 ont été difficiles à classer ; Il est intéressant d'analyser la raison pour laquelle ces deux questions ont été difficilement classées :

- question 5 : avez-vous des douleurs ou une gène : on peut avoir une gène sans douleur et une petite douleur n'est pas forcement gênante : douleur et gène sont deux concepts différents.

- question 6 : est également ambiguë pour la même raison

Il est vraisemblable que le patient répondant à ces questions aura la même difficulté, ne sachant pas trop le sens précis de la question.

Une question du CMASH-SFQ Marital adjustment test, la question (MA 6B) ŒQuelle satisfaction pensez vous que votre partenaire a tiré d'une relation sexuelle classique au cours de cette période ?' n'a pas été classée dans le modèle : elle explore une dimension autre, la satisfaction de la partenaire.

Ainsi le modèle permet d'établir la cartographie de chacun des questionnaire, mettant en évidence ce qu'il mesure précisément : Tableau 3

3. Analyse globale des 71 questions

Toutes les questions des 8 questionnaires pouvant être classées dans le modèle ont été regroupées : Tableau 4.

Il apparaît que le domaine le plus exploré est celui de l'érection, la dimension la plus souvent explorée est la dimension fonctionnelle alors que la satisfaction est la moins souvent explorée.

IV. Discussion

Pouvoir caractériser, de façon simple, les différents domaines de la sexualité pris en compte par les questionnaires de mesure de sexualité de l'homme nous paraît un point important. En effet, l'utilisation de ces questionnaires de mesure de sexualité se généralise tant dans les essais thérapeutiques que dans le suivi de certaines pathologies. Il importe de mieux caractériser ce que mesurent ces questionnaires pour pouvoir mieux analyser les résultats et faire d'éventuelles comparaisons.

Le modèle de représentation que nous proposons a été conçu de façon pragmatique. Il paraît robuste puisque la plus part des questions ont pu être classées sans difficulté. Les questions qui ont posées un problème pour être classées dans le modèle étaient soit des questions ambiguës soit des questions explorant des domaines non pris en compte par le modèle.

Le modèle permet de caractériser ce que chaque questionnaire mesure et de comprendre ainsi leurs différences. Une cartographie de chaque questionnaire peut ainsi être établie.

L'analyse globale de tous les questionnaires fait clairement ressortir que ce sont la dimension fonctionnelle et le domaine de l'érection qui sont les plus souvent explorées. Cela peut surprendre car on pourrait penser que le plus important pour un homme est sa satisfaction sexuelle : or la satisfaction est le domaine le moins souvent exploré.

Construire ce type de questionnaires est une procédure longue et coûteuse, l'industrie pharmaceutique est souvent le sponsor principal et le résultat obtenu n'est jamais neutre.

C'est la raison pour laquelle il nous semble très important de pouvoir clarifier ce qui est mesuré réellement par ces questionnaires et ainsi interpréter à leurs justes places les résultats obtenus.

Cette représentation ouvre d'autres perspectives.

Pour les études utilisant plusieurs questionnaires de mesure de sexualité, elle permet de regrouper les questions par domaines et dimensions. Les résultats peuvent alors être exprimés autrement que par les scores de chaque questionnaire. Le regroupement des questions permet d'exprimer les résultats en établissant un profil de la sexualité perçue par la population étudiée et exprimée en domaines et dimensions.

Cette représentation peut aussi servir de trame à la construction de questionnaire de deuxième génération : avec un ensemble de questions couvrant les différents domaines identifiés et des questionnaires fils explorant plus finement tel ou tel aspect de la sexualité de l'homme.

V. Conclusion

Les mesures de la sexualité de l'homme par des questionnaires appropriés et validés se développent. Cependant, le même terme « mesure de sexualité chez l'homme » cache des réalités très différentes, ce qui rend compliqué l'analyse et surtout la comparaison des résultats obtenus par ces mesuré. L'objectif de ce travail est de proposer une représentation simple des différents domaines mesurer par ces questionnaires afin de caractériser ce que chacun évalue vraiment. La représentation proposée paraît robuste : elle a été testée sur les 71 questions de 8 questionnaires. Ce modèle peut servir de trame pour la construction des questionnaires de mesure de la sexualité de l'homme de deuxième génération.

Références

1.Glick HA, McCarron TJ, Althof SE, Corty EW, Willke RJ. Construction of scales for the Center for Marital and Sexual Health (CMASH) Sexual Functioning Questionnaire. J Sex Marital Ther, 1997. 23(2): 103-17.

2 Hansen BJ, Flyger H, Brasso K, Schou J, Nordling J, Thorup Andersen J, Mortensen S, Meyhoff HH, Walter S, Hald T. Validation of the self-administered Danish Prostatic Symptom Score (DAN-PSS-1) system for use in benign prostatic hyperplasia. Br J Urol, 1995. 76(4): 451-8.

3 Jardin A, Recommendations in Erectile Dysfunction (2000). in Proceedings of the First International Consultation on Erectile Dysfunction co-sponsored by W.H.O. and I.C.E.D. Health, P. Ltd, Editor. 2000: Oxford. 717.

4 Litwin MS, Hays RD, Fink A, Ganz PA, Leake B, Brook RH. The UCLA Prostate Cancer Index: development, reliability, and validity of a health-related quality of life measure. Med Care, 1998. 36(7): 1002-12.

5 Lukacs B, Comet D, Grange JC, Thibault P. Construction and validation of a short-form benign prostatic hypertrophy health-related quality-of-life questionnaire. BPH Group in General Practice. Br J Urol, 1997. 80(5): 722-30.

6 McGahuey CA, Gelenberg AJ, Laukes CA, Moreno FA, Delgado PL, McKnight KM, Manber R. The Arizona Sexual Experience Scale (ASEX): reliability and validity. J Sex Marital Ther, 2000. 26(1): 25-40.

7 O'Leary MP, Fowler FJ, Lenderking WR, Barber B, Sagnier PP, Guess HA, Barry MJ.., A brief male sexual function inventory for urology. Urology, 1995. 46(5): 697-706.

8 Rosen RC, Cappelleri JC, Smith MD, Lipsky J, Pena BM. Development and evaluation of an abridged, 5-item version of the International Index of Erectile Function (IIEF-5) as a diagnostic tool for erectile dysfunction. Int J Impot Res, 1999. 11(6): 319-26.

9 Rosen RC, Riley A, Wagner G, Osterloh IH, Kirkpatrick J, Mishra A. The international index of erectile function (IIEF): a multidimensional scale for assessment of erectile dysfunction. Urology, 1997. 49(6): 822-30.

10 Wagner, G Symptom Score and Quality of Life, in Erectile dysfunction: 1°International Consultation, A. Jardin, G. Wagner, and S. Khoury, Editors. 1999, Plymbridge Distributors Ltd: Paris. 105-113.