Accueil > Communication AFU > Uronews > Registre TVNIM AFU pour l’évaluation de biomarqueurs urinaires : la recherche clinique accessible à tous les urologues - Septembre 2023 > Bladder EpiCheck® : l’épigénétique pour détecter avec précision la récidive du cancer de la vessie
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Bladder EpiCheck® : l’épigénétique pour détecter avec précision la récidive du cancer de la vessie

Développé par Nucleix, une société de biotechnologie spécialisée dans la détection des cancers dans les biopsies liquides, Bladder EpiCheck® est un test urinaire conçu pour repérer la récidive de cancer de la vessie. Son fonctionnement, basé sur l’épigénétique, en fait un excellent allié des urologues dans la détection précoce et non invasive des signes de reprise de la maladie.

 

La technologie du test urinaire Bladder EpiCheck® est basée sur la recherche dans l’urine des anomalies des marqueurs épigénétiques que l’on retrouve assez précocement dans les cancers de la vessie. Depuis de nombreuses années déjà, Nucleix a acquis une grande expertise dans le champ de l’épigénétique et de la méthylation de gènes.

 

Une recherche de 15 marqueurs méthylés

Quatre bases constituent notre ADN. L’épigénétique agit sur l’une de ces bases, la cytosine, par une méthylation. Cette méthylation ne va pas entrainer une modification du cadre de lecture du gène comme le ferait une mutation, mais va jouer sur sa capacité à s’exprimer. « Le système de méthylation qui va réguler l’expression de ces gènes, fait apparaître des altérations dans les cellules que l’on appelle les altérations épigénétiques et qui sont assez précoces dans les phénomènes de transformation des cellules tumorales. Il y a donc un intérêt à regarder ces anomalies dans les phases précoces de la maladie car elles apportent un supplément d’information par rapport à d’autres tests basés sur les anomalies d’expression de certains gènes », explique le Dr Pierre-Jean Lamy, biologiste médical, onco-généticien et directeur scientifique du groupe de laboratoires de Biologie Médicale Inovie. Dans l’épigénétique, l’étude porte sur la vérification de la présence d’une anomalie structurelle épigénétique susceptible d’entrainer des effets de type hypo ou hyper expression altérant le fonctionnement des cellules cancéreuses. « Les anomalies épigénétiques démarrent très tôt dans l’histoire de la maladie, ce qui permet de détecter précocement le cancer. De plus, on étudie un signal et non une quantité, un facteur qualitatif plutôt que quantitatif et indépendant de plusieurs facteurs comme l’heure du prélèvement ou la quantité d’hydratation. Ce signal est donc très stable », précise le Dr Lamy. La solidité de ce mécanisme offre la possibilité de réaliser le test sans contrainte horaire ni de niveau d’hydratation. La recherche se fait sur 15 marqueurs méthylés. « Cela peut paraître beaucoup mais fournit un résultat plus fiable. La difficulté repose sur la capacité à correctement manier la technique pour détecter les anomalies épigénétiques », prévient l’onco-généticien. Le test a une très haute sensibilité. Lorsque l’on s’interroge sur la présence d’un cancer en phase précoce, l’épigénétique est donc un outil intéressant. Dans le cancer de la vessie, le fait de disposer d’un test également très spécifique dans les premiers temps du suivi de la maladie, contribue à réduire le nombre de cystoscopies de suivi et de faux positifs. Ainsi, la bonne sensibilité et spécificité de Bladder EpiCheck® permettent un diagnostic fiable et plus précoce de la récidive.

 

De la prescription aux résultats : un circuit simple

Le test Bladder EpiCheck® a récemment obtenu l’approbation de la FDA pour son utilisation dans le suivi des cancers de la vessie aux États-Unis. « En plus du marquage CE reçu en 2017, cette validation confirme l’existence de données contributives avec un recul suffisant », explique le Dr Thomas Duret, biologiste médical, directeur général du laboratoire Inovie Gen-Bio dans lequel seront réalisés l’ensemble des tests Bladder EpiCheck® en France. Intégrer cette cohorte prospective qu’est le Registre TVNIM-AFU confirmera l’intérêt du test dans le parcours de soins du patient. Il est important d’en connaître la faisabilité en temps réel et de voir comment les urologues vont se l’approprier ».

Sa prescription est simple, tout comme son utilisation. Les prélèvements d’urine se font soit au domicile des patients, soit dans leur laboratoire de proximité. « Nous avons un réseau important de 626 laboratoires en France avec des biologistes qui seront les ambassadeurs de ce test. Les urologues pourront les contacter via la liste de biologistes référents qui leur sera communiquée », détaille le spécialiste d’Inovie Gen-Bio. Les laboratoires se situent à la fois au sein des cliniques dans lesquelles exercent les urologues, mais également à proximité de celles-ci et en ville. Le parcours patient est extrêmement simple car pour effectuer le test Bladder EpiCheck®, aucune préparation avant le recueil de l’urine n’est nécessaire. Bladder EpiCheck® ne requiert pas d’hydratation minimum et peut être réalisé à tout moment de la journée. Une fois le test déposé dans l’un des 626 points de collecte des laboratoires du groupe Inovie, l’échantillon est ensuite transporté vers la plateforme Imagenome du laboratoire Gen-Bio (groupe Inovie) située à Clermont-Ferrand. L’urine doit être traitée dans les 5 jours afin d’assurer le maintien de la qualité de l’échantillon. C’est sur ce site que sera réalisée la technique de PCR sur les 15 marqueurs méthylés. Les résultats sont ensuite envoyés à l’urologue et une transmission est également effectuée aux attachés de recherche clinique pour que l’AFU soit informée en temps réel des retours d’examens.

 

Vanessa Avrillon

 

Logigramme de fonctionnement du test Bladder EpiCheck®

Tableau de performance de sensibilité et de spécificité du test Nucleix Bladder EpiCheck® et valeurs prédictives

  91% 74% 84% 98%
Performance du test Sensibilité de haut grade Sensibilité globale Spécificité Valeur Prédictive Négative pour les tumeurs de haut grade (VPN)
Qu’est-ce que cela signifie ? Le pourcentage de tumeurs de haut grade détectées par le test Le pourcentage de tumeurs détectées par le test, tous grades confondus Le pourcentage de patients n’ayant pas de tumeurs correctement rapportés comme négatifs Le pourcentage de chance qu’un résultat négatif soit réellement négatif pour un cancer de haut grade

 

Contenu protégé