Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 2- Volume 32- pp. F33-F64 (Juin 2022)

    Numéro 2- Volume 32- pp. F33-F64 (Juin 2022)

    • Editorial Board

      Progrès FMC, 2022, 2, 32, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les injections peri-urétrales dans le traitement de l’incontinence urinaire d’effort : états des lieux des connaissances actuelles

      Résumé
      Contexte

      L’injection peri-urétrale d’agents comblant est une option thérapeutique peu invasive pour l’incontinence urinaire d’effort (IUE).

      Objectif

      Nous présentons une revue de la littérature à propos des agents comblant dans le traitement de l’IUE, leurs indications et les différentes techniques d’injection.

      Matériel et méthodes

      La revue a été réalisée selon la stratégie PRISMA en utilisant la base de données PubMed et les termes Mesh : « urinary », « incontinence » et « bulking ». Tous les articles publiés en français ou en anglais jusqu’à 29 juin 2020 ont été examinés. Les de toutes modalités ont été incluses et les listes des références ont été étudiées. La recherche a identifié 60 articles publiés entre 2001 et 2020. L’étude des listes des références a identifié 40 articles supplémentaires. Au total, 54 articles ont été retenus pour l’étude descriptive.

      Résultats

      Les matériaux comblant utilisés actuellement sont le collagène réticulé par du glutaraldéhyde, les polymères de silicone, l’hydroxyapatite de calcium, le derme porcin, les billes de zirconium recouverts de carbone et l’hydrogel de polyacrylamide. Ils offrent des taux de guérison inférieurs par rapport à la chirurgie. C’est une alternative attirante pour les patientes qui refusent ou qui ne sont pas candidates aux interventions chirurgicales, ou après échec de ces dernières. Les voies d’injection para-urétrale et transurétrale sont pratiquées avec une efficacité comparable. Un contrôle échographique, radiologique ou endoscopique permet une meilleure précision et contrôle de la procédure. La voie para-urétrale nécessite un volume injectable plus important, avec un coût et un risque de complications supérieurs. L’efficacité des injections paraît supérieure lorsqu’elle est pratiquée en mi-urétral, en forme circonférentielle ou en fer à cheval.

      Conclusion

      L’identification d’un agent optimale est difficile. La sélection de l’agent dépend actuellement de la disponibilité du produit, la préférence du médecin, le coût et la facilité d’utilisation.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les injections peri-urétrales dans le traitement de l’incontinence urinaire d’effort : états des lieux des connaissances actuelles

      Summary
      Background

      Periurethral injection of bulking agents is a minimally invasive therapeutic option for the treatment of stress urinary incontinence (SUI).

      Objective

      We conducted a literature review on the bulking agents used in the treatment of SUI, their indications and the different techniques of injection.

      Material and methods

      The literature review followed PRISMA guidelines. We used the Mesh terms: urinary, incontinence, and bulking to search the PubMed database, from the date of conception until June 2020. All studies modalities were included and references lists were also reviewed for relevant articles. Our search identified 60 articles published between 2001 and 2020. References lists review allowed the addition of 40 more articles. In total, 54 articles were included in the descriptive analysis.

      Results

      Bulking agents that are used nowadays are the glutaraldehyde cross-linked bovine collagen, polydimethylsiloxane, calcium hydroxyapatite, porcine dermal implants, carbon coated zirconium beads, and the polyacrylamide hydrogel. Cure rates of bulking agents are lower compared to surgical management. Periurethral injection was found to be beneficial in patients who refuse or who are inadequate for surgical management, or after the failure of the latter. It can be performed via paraurethral or transurethral routes, with comparable efficacy. Ultrasonic, radiographic or endoscopic assistance allow better precision and control of the procedure. Paraurethral route is associated with bigger injected volumes, higher costs, and more complications. Studies showed superiority of the injections in the mid-urethra, in horseshoe or circumferential template.

      Conclusion

      The identification of optimal bulking agent is difficult. The choice of the agent currently depends on the availability, doctor's preference, cost, and the ease of use.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Optimisation de la prise en charge des tumeurs de vessie non infiltrant le muscle : du diagnostic au traitement

      Résumé
      Introduction

      L’objectif était de rapporter les techniques innovantes dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique des tumeurs de vessie non infiltrant le muscle (TVNIM) qui ont été associées à une diminution du risque de récidive tumorale.

      Méthodes

      Ce travail de synthèse est basé sur les données disponibles dans la littérature rapportant les outils diagnostiques et thérapeutiques associés à une diminution du risque de récidive des TVNIM. Une recherche sur la base de données PubMed et un examen narratif des articles ont été effectués en novembre 2021.

      Résultats

      La luminofluorescence vésicale et l’imagerie en bandes spectrales étroites ont montré leur efficacité pour augmenter la détection des tumeurs de vessie. Seule la luminofluorescence a été associée à une diminution du risque de récidive vésicale. La réduction du risque de récidive par la résection en bloc est débattue, mais la diminution de la morbidité péri-opératoire en fait une technique recommandée. La résection second look et l’irrigation continue de sérum salé sont des méthodes efficaces dans la prévention des récidives. En cas d’échec ou d’indisponibilité de la Mitomycine C et du BCG, plusieurs thérapies sont en cours d’évaluation : la thermochimiothérapie, le nadofaragene firadenovec, l’Interleukine 15 et l’immunothérapie. La cystectomie précoce est fortement recommandée chez les patients avec une TVNIM à haut risque non répondeurs au BCG et un retard de prise en charge est associé à une diminution de la survie sans récidive.

      Conclusion

      Plusieurs méthodes innovantes ont été développées au cours des dernières années permettant de réduire le risque de récidive des TVNIM mais des données de haut niveau de preuve sont encore nécessaires.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Optimisation de la prise en charge des tumeurs de vessie non infiltrant le muscle : du diagnostic au traitement

      Summary
      Objectives

      The objective was to report the best innovative methods for the diagnostics and management of non-muscle invasive bladder cancer (NMIBC) that have been associated with a decreased risk of tumor recurrence.

      Methods

      This review is based on data available in the literature reporting diagnostic and therapeutic tools associated with a decreased risk of recurrence of NMIBC. A PubMed database search and narrative review of articles was performed in November 2021.

      Results

      Photodynamic diagnosis (PDD) and NBI have been shown to increase bladder tumor detection. Only PDD was associated with a decreased risk of bladder recurrence. The reduction of the risk of recurrence by en-bloc resection is debated, but the decrease in perioperative morbidity makes it a recommended technique. Second look resection and continuous saline irrigation are effective methods in preventing recurrence. In case of failure or unavailability of Mitomycin C and BCG, several therapies are being evaluated: thermochemotherapy, nadofaragene firadenovec, Interleukin 15 and immunotherapy. Early cystectomy is strongly recommended in BCG non-responders and delayed management is associated with a decreased recurrence-free survival.

      Conclusion

      Several innovative methods have been developed in recent years to reduce the risk of recurrence of NMIBC but high-level evidence is still needed.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Indications d’examens d’imagerie nucléaire en oncologie rénale. Principes fondamentaux, indications, et valeur ajoutée diagnostique et pronostique

      Résumé

      Dans cet article, nous faisons une mise au point sur les examens de médecine nucléaire dans la prise en charge des tumeurs du rein : les indications, non-indications et perspectives. Actuellement le seul examen de médecine nucléaire recommandé dans la prise en charge des carcinomes à cellules rénales (CCR) est la mesure isotopique de la fonction rénale, indiquée en cas d’insuffisance rénale ou de tumeur bilatérale. Concernant le diagnostic des CCR, la scintigraphie au SESTAMIBI a démontré une excellente sensibilité pour différencier un carcinome à cellules rénale (CCR) d’une tumeur bénigne du rein (oncocytome rénal) dans des études exploratoires, mais l’examen n’est pas recommandé pour le diagnostic des tumeurs du rein. Dans le bilan d’extension des CCR, la TEP au FNa a prouvé une performance diagnostique supérieure à l’imagerie standard (TDM, scintigraphie osseuse) pour le diagnostic des métastases, mais cette détection est limitée aux lésions osseuses et l’examen n’est pas recommandé actuellement dans le bilan d’extension d’un cancer du rein. Bien que prometteurs, ces résultats nécessitent d’être complétés par des études de plus forte puissance et la TEP-18FDG en particulier, n’est pas recommandée dans la prise en charge des CCR.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Indications d’examens d’imagerie nucléaire en oncologie rénale. Principes fondamentaux, indications, et valeur ajoutée diagnostique et pronostique

      Summary

      In this article, we provide an update on nuclear medicine imaging in the management of renal tumors : indications, non-indications and prospects. Currently the only scintigraphy recommended in the management of renal cell carcinoma (RCC) is the isotope measurement of renal function, indicated in renal failure or bilateral tumor. Regarding the diagnosis of RCC, SESTAMIBI scintigraphy has demonstrated excellent sensitivity to differentiate renal cell carcinoma (CRC) from benign kidney tumor (renal oncocytoma) in exploratory studies, but examination is not recommended. for the diagnosis of kidney tumors. In RCC metastatic workup, PET-FNa has proven superior diagnostic performance to standard imaging (CT, bone scintigraphy) for the diagnosis of metastases, but this detection is limited to bone lesions and examination is not currently recommended in the assessment of extension of kidney cancer. Although promising, these results need to be supplemented by more powerful studies and TEP-18FDG in particular is not recommended in the management of RCC.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Prise en charge actuelle de la rétention aiguë d’urines

      Résumé
      Introduction

      L’objectif de cet article est de faire un état des lieux des moyens actuels pour optimiser la prise en charge de la rétention aiguë d’urine (RAU).

      Méthodes

      Ce travail de synthèse est basé sur les données disponibles dans la littérature sur les moyens d’optimiser la prise en charge de la RAU. Une recherche PubMed et un examen narratif des données ont été effectués en février 2022. Seuls les articles en français ou en anglais ont été examinés.

      Résultats

      Lors d’une RAU, le drainage des urines vésicales peut être réalisé par cathétérisme urétral ou sus-pubien. La contre-indication absolue au sondage urinaire est la suspicion de lésion urétrale au cours d’un traumatisme pelvien. Le cathéter sus-pubien est formellement contre indiqué en cas de tumeur de vessie actuelle ou ancienne (risque de diffusion tumorale le long du trajet), de trouble de la coagulation ou en cas de doute sur la présence d’un globe urinaire. En cas de RAU non compliquée (sans contexte d’urosepsis, d’hématurie caillotante, de syndrome de levée d’obstacle avec insuffisance rénale aiguë) et chez un patient non isolé, une prise en charge ambulatoire peut être proposée. L’introduction d’une monothérapie courte par alpha-bloquant optimise la reprise mictionnelle. Après 48–72h d’imprégnation par alpha-bloquant, la première épreuve de désondage doit être organisée. Une perfusion de 300–500cc de sérum chaud avant désondage serait associée à une diminution du temps de séjour en hôpital de jour du patient et à une augmentation des chances de sevrage de la sonde. En cas d’échec, il est recommandé d’orienter le patient vers un apprentissage des ASPI. La mise en place d’un stent prostatique est une alternative prometteuse en cours d’évaluation. Une chirurgie immédiate durant la même hospitalisation n’est pas recommandée, car sa morbi-mortalité est augmentée par rapport à une chirurgie à distance. La chirurgie conventionnelle est associée à des chances de sevrage de la sonde vésicale>90 %. Les nouvelles stratégies chirurgicales mini-invasives sont des options en cours d’évaluation chez les sujets âgés inéligibles à une chirurgie conventionnelle.

      Conclusion

      L’optimisation de la reprise mictionnelle et l’introduction d’alternatives thérapeutiques au sondage à demeure ont permis d’améliorer le parcours patient dans la prise en charge d’une RAU.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Prise en charge actuelle de la rétention aiguë d’urines

      Summary
      Introduction

      The purpose of this article is to review the current state of the art in optimizing the management of acute urinary retention (AUR).

      Methods

      This review is based on data available in the literature on ways to optimize the management of AUR. A PubMed search and narrative review of the data were performed in February 2022. Only articles in French or English were reviewed.

      Results

      In AUR, bladder drainage can be performed by urethral or suprapubic catheterization. The absolute contraindication to urinary catheterization is the suspicion of urethral injury during a pelvic trauma. The suprapubic catheter is formally contraindicated in the case of a current or former bladder tumor (risk of tumor diffusion along the trajectory), a coagulation disorder, or if there is any doubt about the presence of a urinary globe. In case of uncomplicated AUR (without the context of urosepsis, clotting hematuria, or obstruction lifting syndrome with acute renal failure) and in a non-isolated patient, outpatient management can be proposed. The introduction of a short alpha-blocker monotherapy optimizes micturition recovery. After 48–72 hours of alpha-blocker therapy, the first voiding test should be organized. An infusion of 300–500cc of warm serum before degloving would be associated with a decrease in the patient's time in the day hospital and an increase in the chances of weaning from the catheter. In case of failure, it is recommended to refer the patient to an ASPI training. The placement of a prostatic stent is a promising alternative currently being evaluated. Immediate surgery during the same hospitalization is not recommended because its morbi-mortality is increased compared to remote surgery. Conventional surgery is associated with a>90% chance of weaning the bladder tube. New minimally invasive surgical strategies are options being evaluated in elderly subjects ineligible for conventional surgery.

      Conclusion

      Optimization of voiding recovery and the introduction of therapeutic alternatives to indwelling catheterization have improved the patient pathway in the management of UAE.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Comment je prescris une hormonothérapie substitutive chez un patient présentant un déficit en testostérone ?

      Résumé

      Le déficit en testostérone est fréquent chez les hommes, particulièrement en cas de pathologie chronique. Il a un impact négatif sur la qualité de vie et sur la santé. Le diagnostic, la prise en charge et le traitement du déficit en testostérone sont encadrés par des recommandations de bonne pratique clinique. Avant de traiter, il est nécessaire de vérifier l’absence de contre-indications. Traiter le DT fait appel à des consignes d’hygiène de vie et à l’administration de testostérone sous différentes formes, c’est un traitement de long cours. Les effets de la testostérone sont progressifs. La décision et le choix du traitement doivent être partagés avec le patient. Il nécessite une surveillance clinique et biologique régulière.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Comment je prescris une hormonothérapie substitutive chez un patient présentant un déficit en testostérone ?

      Summary

      Testosterone deficiency is common in men, especially in cases of chronic pathology. It has a negative impact on quality of life and health. The diagnosis, management, and treatment of testosterone deficiency are guided by good clinical practice guidelines. Before prescribing, it is necessary to verify the absence of contraindications. Treatment of TD involves lifestyle modifications and testosterone. Testosterone is available in various forms. It is a long-term treatment. The effects of testosterone are progressive. The decision and choice of treatment must be shared with the patient. This treatment requires regular clinical and biological monitoring.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    Continuer votre lecture

    Contenu protégé