Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 1- Volume 23- pp. F1-F32 (Mars 2013)

    Numéro 1- Volume 23- pp. F1-F32 (Mars 2013)

    • Soyons Aware !!!

      Progrès FMC, 2013, 1, 23, F1

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • L’apprentissage des autosondages propres intermittents chez l’adulte : un bon exemple d’éducation thérapeutique

      Résumé

      Pratiqué depuis plus de 40ans, l’autosondage propre intermittent (ASPI) est la méthode de référence de drainage des urines en cas de rétention urinaire ou de vidange vésicale incomplète, quelle qu’en soit l’étiologie. Elle est fiable, bien acceptée par le patient et permet à la fois une protection optimale du haut appareil urinaire en réduisant les complications liées à la rétention, une meilleure continence, et préserve l’autonomie. L’apprentissage des ASPI est simple mais doit être rigoureusement enseigné. Il n’est pas recommandé de réaliser un ECBU systématique chez les patients aux ASPI ni de traiter une colonisation bactérienne. Un programme d’éducation thérapeutique aux autosondages au sein d’unités spécialisées peut être mis en œuvre afin d’améliorer la qualité de la prise en charge des patients.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      L’apprentissage des autosondages propres intermittents chez l’adulte : un bon exemple d’éducation thérapeutique

      Summary

      Practiced for more than 40 years, clean intermittent self-catheterization (CISC) is the gold standard method for drainage of urine in case of urinary retention or incomplete bladder emptying, regardless of etiology. It is reliable, well-accepted by the patient and allows protection of the upper urinary tract by reducing complications related to retention, continence and patients’autonomy. Learning CISC is simple but must be carefully taught. It is not recommended to perform a routine urinalysis in patients with CISC or treat bacterial colonization. A therapeutic education program for self-catheterization within specialized units may be implemented to improve the quality of care for patients.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Aspects pratiques de l’hydrodistension courte dans le bilan d’un syndrome douloureux vésical

      Résumé

      Le syndrome douloureux vésical (SDV) est défini par l’European Society for the Study of interstitial cystitis (ESSIC) comme étant une douleur pelvienne chronique évoluant depuis plus de six mois, avec une pression ou inconfort perçu en relation avec la vessie, accompagné par au moins un symptôme urinaire : envie persistante et forte d’uriner ou pollakiurie, en l’absence d’infection urinaire ou d’autres pathologies. L’ESSIC recommande une classification du SDV en sous-groupe en fonction des résultats de la cystoscopie avec hydrodistension courte et des biopsies vésicales. Le test d’hydrodistension courte est réalisé en remplissant la vessie avec du sérum physiologique ou de l’eau avec une pression de 80 à 100cmH2 0 jusqu’à ce que le débit cesse par équilibration des pressions. La distension vésicale doit être maintenue pendant deux à cinq minutes. La muqueuse vésicale est explorée à la recherche de lésions : glomérulations/pétéchies, lésions de Hünner avant et après hydrodistension. Les biopsies vésicales sont à réaliser après le test d’hydrodistension à cause du risque de perforation vésicale. Le principal diagnostic différentiel à éliminer est le carcinome in situ de vessie. Le test d’hydrodistension courte peut être thérapeutique chez 30 à 50 % des patients.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Aspects pratiques de l’hydrodistension courte dans le bilan d’un syndrome douloureux vésical

      Summary

      Painful bladder syndrome (PBS) is defined by the European Society for the Study of interstitial cystitis (ESSIC) as chronic pelvic pain lasting for more than 6 months, with a pressure or discomfort perceived in relation to the bladder, accompanied by at least one other symptoms such as: daytime and/or night-time increased urinary frequence in the absence of urinary infection or other diseases. The ESSIC recommends a classification of PBS in subgroup according to the results of bladder cystoscopy with short hydrodistention and histologic findings of bladder biopsies. The short hydrodistention test achieved by filling the bladder with saline or water with a bladder pressure of 80 to 100cmH2 0. Bladder distention should be maintained for 2 to 5minutes. The bladder mucosa is explored in research of lesions: glomerulations/petechiae, Hünner’s lesions before and after bladder hydrodistention. Bladder biopsies are performed after hydrodistension because of the bladder perforation risk. The main differential diagnosis to remove is the bladder carcinoma in situ. Bladder hydrodistention can be therapeutic in 30 to 50% of patients.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Peut-on traiter par curiethérapie en monothérapie par grains permanents les patients présentant un cancer de la prostate Gleason 7 ?

      Résumé

      Après curiethérapie par implants permanents en monothérapie, des taux de rechutes biochimiques de 20 à 30 % peuvent être observés pour des patients présentant un cancer de prostate favorable ou intermédiaire. Ces taux de rechutes biochimiques sont superposables aux résultats de la chirurgie et/ou de la radiothérapie externe pour chacun des groupes pronostiques. À noter que les taux de rechute par récidive intraprostatique isolée sont beaucoup plus faibles. La revue de la littérature montre, qu’avec une sélection rigoureuse des patients, le traitement par curiethérapie est possible pour les patients Gleason 7 avec un risque minime. D’ailleurs, les dernières recommandations de l’American Brachytherapy Society vont dans ce sens et autorisent le traitement des risques intermédiaires. Cependant, pour une curiethérapie en monothérapie, il est recommandé de ne pas avoir plusieurs critères de risque intermédiaire (Gleason à 7 [3+4] ou un T2b clinique ou un PSA entre 10–20ng/mL).

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Peut-on traiter par curiethérapie en monothérapie par grains permanents les patients présentant un cancer de la prostate Gleason 7 ?

      Summary

      After permanent prostate seed implant (PPI) as a monotherapy, biochemical failure may occur in 20% to 30% of low or intermediate-risk prostate cancer patients. These rates are very similar to the rates of biochemical failures observed with surgery or external radiotherapy with respect to each prognostic group. It should be noted that the rates of pure intraprostatic failures remain lower. The review of the literature shows that PPI is allowed for Gleason 7 cancers in patients with favorable intermediate-risk with respect to an accurate selection of patients. Indeed, the latest recommendations from the American Brachytherapy Society (ABS) are in keeping with such assumption and ABS allows PPI for intermediate-risk patients. However, it is not recommended to use PPI as a monotherapy in patients with several intermediate-risk prognostic factors (Gleason score 7 (3+4) or clinical T2b or a PSA value between 10 and 20ng/mL).

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Insuffisance rénale aiguë obstructive : le point de vue du réanimateur

      Résumé

      L’insuffisance rénale aiguë (IRA) obstructive de l’adulte est une situation clinique fréquente. Quelle qu’en soit la cause, l’obstruction des voies urinaires s’oppose brutalement à la filtration glomérulaire et est responsable de lésions tubulo-interstitielles. Une obstruction prolongée peut conduire à une atteinte rénale irréversible. En fonction de la sévérité de l’obstacle, l’insuffisance rénale peut rapidement mettre en jeu le pronostic vital, en particulier, par l’hyperkaliémie ou la surcharge pulmonaire. Par conséquent, une prise en charge médicochirurgicale rapide et adaptée est indispensable. Dans cet article nous proposons une revue synthétique de la physiopathologie de la néphropathie obstructive et de la prise en charge médicale de l’IRA obstructive.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Insuffisance rénale aiguë obstructive : le point de vue du réanimateur

      Summary

      Obstructive acute renal failure in adults is a frequent situation. Irrespective of the cause, the urinary tract obstruction can acutely oppose glomerular filtration and induce tubulo-interstitial injury, while prolonged obstruction may eventually produce irreversible renal lesions. Importantly, depending on the completeness of the obstruction, renal failure may rapidly lead to life-threatening complications, including hyperkalemia and pulmonary edema. Therefore, prompt and adequate coordination between medical and urological management is necessary. In this article we concisely review evidence regarding the pathophysiology of obstructive nephropathy and the medical management of complications associated with obstructive acute renal failure.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Tumeurs urothéliales

      Progrès FMC, 2013, 1, 23, F27

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Cancer du rein, lithiase urinaire

      Progrès FMC, 2013, 1, 23, F31

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Editorial Board

      Progrès FMC, 2013, 1, 23, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Continuer votre lecture