Un patient sur quatre ressent un inconfort significatif lors des cystoscopies de surveillance (TVNIM) dans une étude observationnelle européenne

05 novembre 2020

Auteurs : M. Roumiguie, A. Brisuda, M. Burger, J. Escrig, P. Hammerer, S. Mccracken, H. Mostafid, G. Muto, J. Redorta, T. de Reijke, S. Shariat, V. Ströck, B. Malavaud
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 830-831
Objectifs

Nous évaluons en situation de vraie vie un biomarqueur urinaire dans la surveillance de TVNIM de risque faible ou intermédiaire dans neuf pays européens. Les performances du test sont attendues dans un an, mais la cohorte actuelle permet d’évaluer du point de vue du patient le fardeau de la surveillance endoscopique ainsi que la qualité de vie perçue.

Méthodes

Dans le cadre d’un essai enregistré (NCT03664258), 584 patients avec TVNIM à risque faible ou intermédiaire ont été inclus à ce jour dans les neuf pays participants. Immédiatement après l’endoscopie d’inclusion les patients sont invités à compléter deux échelles visuelles analogiques (EVA) : l’état de santé générique EuroQol (EVA 0–100 où 100 est la meilleure santé) et l’inconfort cystoscopique (EVA 0–10 où 10 est un inconfort maximum).

Les EVAs sont étudiées selon plusieurs facteurs et par pays (Allemagne, Autriche, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède).

Nous rapportons les données de 403 patients suivis par endoscopie souple.

Résultats

La population (âge médian : 70, IC95 % : 70–72) se dit en bon état général (médiane : 80, 77–80). La qualité de vie qui ne dépend ni du sexe ni du pays est corrélée négativement avec l’âge (Spearman r =−0,14, p =0,004) et avec l’inconfort de la cystoscopie (r =−0,16, p =0,0007), montrant que la tolérance est moins bonne chez les gens dont la qualité de vie ressentie est mauvaise. Ces deux résultats contrôlent de manière indirecte la qualité du recueil de données.

Vingt-cinq pour cent ressentent une gêne importante (>4) lors de l’endoscopie (médiane 2). Cet inconfort qui ne dépend pas de l’âge varie selon les pays, significativement entre la France (médiane 1), d’une part, et l’Italie (2, p =0,03), l’Espagne (2, p =0,05) ou le Royaume-Uni (3,5, p =0,004) (Fig. 1).

Conclusion

Malgré une bonne qualité de vie dans tous les pays d’étude, un patient sur quatre tolère mal la cystoscopie. Comme rapporté en chirurgie dentaire pour des gênes comparables (EVA>4), les différences de perception entre pays pourraient s’expliquer par des éléments d’ordre culturel ou des différences dans l’organisation des soins.




 




Fig. 1
Fig. 1. 





Déclaration de liens d'intérêts


Essai enregistré (NCT03664258) promu par F : France ; D&A : Autriche Allemagne ; NL : Pays-Bas ; E : Espagne ; I : Italie ; UK : Royaume-Uni ; CZ : République Tchèque ; S : Suède. Cepheid.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.