TUMEURS UROTHÉLIALES : Epidémiologie du cancer de vessie

04 janvier 2004

Mots clés : Tumeurs, urothélial, Cancer, Vessie, Épidémiologie
Auteurs : IRANI J.
Référence : Prog Urol, 2003, 13, 5, 1207-1208, suppl. 2
En France, le cancer de la vessie fait partie des cancers fréquents : il occupe la 6ème place avec 10700 nouveaux cas en 2000. Il est responsable de 3% des décès par cancer dont 75% chez l'homme [5].

Dans le monde le cancer de la vessie est la onzième cause de cancer.

En 2000, on estime qu'il y a eu 336 000 nouveaux cas (260000 chez l'homme et 76000 chez la femme), soit 3,3% de l'ensemble des cancers [1].

L'incidence la plus élevée est observée en Europe, aux USA et en Afrique du Nord. Plus de 50% des cas sont observés dans les pays développés [2, 3].

La mortalité par cancer de vessie est 5 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes, ceci étant dû pour une grande part au tabagisme et aux expositions professionnelles retrouvés dans la genèse de ces tumeurs.

Dans les pays occidentaux, le carcinome à cellules transitionnelles représente plus de 90% des cancers de vessie [3]. A l'opposé la fréquence des carcinomes épidermoïdes est beaucoup plus élevée au Moyen-Orient et en Egypte où il existe une endémie de schistosoma haematobium [4].

Dans la communauté européenne, les taux standardisés de mortalité par cancer de vessie sont de 10,8 pour les hommes et de 2,2 pour les femmes. La France occupe le 10ème rang des pays de la communauté. Chez les hommes le premier rang revient au Danemark [15, 3] et le taux le plus bas est observé en Finlande [6, 5]. Chez les femmes, le taux le plus élevé est observé au Royaume-Uni [3, 7] et le taux le plus bas en Finlande [1, 4-5].

En France, le cancer de la vessie fait partie des cancers fréquents : il occupe la 6ème place avec 10700 nouveaux cas en 2000. Il est responsable de 3% des décès par cancer dont 75% chez l'homme [5].

La plupart des tumeurs urothéliales apparaissent à 60 ans et après.

Son incidence est en augmentation d'environ 1% par an alors que sa mortalité diminue chez l'homme mais reste stable chez la femme. Cette évolution de l'incidence est liée à une migration du stade mais aussi à l'amélioration des techniques diagnostiques. Des mesures préventives liées aux facteurs de risque et les progrès dans la prise en charge ont probablement contribué à l'évolution favorable de la mortalité spécifique (Figure 1).

Figure 1 : Évolution comparative de l'incidence et de la mortalité par cancer chez l'homme entre 1978 et 2000 (d'après 5).

En France, on retrouve une surmortalité dans les départements du Sud de la France et dans le Nord Est alors qu'une sous mortalité est relevée en Bretagne, dans les pays de Loire et en Poitou-Charente (Figure 2).

Figure 2 : Incidence du cancer de vessie par département (d'après réf 4) : SMR (Standardized Mortality Ratio). Ce taux mesure pour chaque département, le taux de mortalité relatif d'un département par rapport à la France entière, un taux < 1 représente une sous mortalité, un taux >1 une surmortalité. Le cancer de la vessie est une des rares localisations pour laquelle il y a une surmortalité dans le Sud de la France. Le SMR n'est indiqué que chez les hommes, les variations observées chez les femmes étant faibles et peu contrastées [4].

L'incidence en fonction de l'âge augmente de façon très importante à partir de 40 ans. L'âge moyen du diagnostic est de 69 ans chez l'homme et de 71 ans chez la femme. Le taux de progression du cancer de la vessie ne semble pas lié à l'âge.

Références

1. Parkin D.M., Bray F.I., Devesa S.S. : Cancer burden in the year 2000. The global picture. Eur. J. Cancer, 2001 ; 37 : S4-S66.

2. Pisani P., Bray F., Parkin D.M. : Estimates of the world-wide prevalence of cancer for 25 sites in the adult population. Int. J. Cancer, 2002 ; 1 : 97 : 72-81.

3. Pisani P., Parkin D.M., Bray F., Ferlay J. : Estimates of the worldwide mortality from 25 cancers in 1990. Int. J. Cancer, 1999 ; 24 : 83 : 18-29.

4. CHOPIN D., GATTEGNO B. : Epidémiologie descriptive des tumeurs superficielles de la vessie. Prog. Urol., 2001 ; 11 : 953-960.

5. FRANCIM R. : Le Cancer en France : Incidence et Mortalité1999, Ministère de l'Emploi et de la Solidarité. http://www.sante.gouv.fr/.