Transplantation de pancréas isolé, toujours une réelle alternative au pancréas artificiel et à la transplantation d’îlots ? Résultats d’une série de 45 patients

05 novembre 2020

Auteurs : A. Jeanne-Julien, D. Cantarovich, C. Guillot-Gueguen, G. Blancho, S. de Vergie, I. Chelghaf, O. Bouchot, M.A. Perrouin-Verbe, P. Glemain, J. Rigaud, G. Karam, J. Branchereau
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 724
Objectifs

La transplantation pancréatique isolée est une option thérapeutique pour les patients au diabète très instable sans insuffisance rénale terminale et/ou ayant des hypoglycémies sévères mettant en jeu le pronostic vital. Elle restaure la normoglycémie, améliore survie et qualité de vie. Une morbidité précoce non négligeable rapportée par certaines équipes a limité son développement. L’objectif a été d’évaluer cette activité dans notre centre.

Méthodes

Cette étude a inclus rétrospectivement l’ensemble des patients majeurs ayant reçu une transplantation de pancréas isolé entre 2000 et 2016 dans notre centre. Les informations ont été extraites de la base de données prospective « DIVAT Pancréas » (Données Informatisées et Validées en Transplantation), ainsi que de la base CRISTAL de l’Agence de biomédecine. Les transplantations pancréatiques après rein ou après rein/pancréas ont été exclues. Les données clinicobiologiques pré-, per- et postopératoires précoces et tardives ont été recueillies et analysées. Les complications ont été rapportées selon la classification de Clavien–Dindo. Les survies du greffon et du patient ont été évaluées selon Kaplan–Meier.

Résultats

Pendant cette période, 383 transplantations de pancréas ont été réalisées dans notre établissement. Quarante-cinq patients, 26 femmes/19 hommes, ont eu une transplantation pancréatique isolée. L’âge moyen des receveurs était de 42,6±9,2 ans, l’IMC moyen était de 23,6±3,6kg/m2. L’âge moyen des donneurs était de 32,9±11,9 ans, l’IMC moyen était de 22,8±3,5kg/m2. La durée moyenne d’ischémie froide était de 11,5±2,5heures.

La durée d’hospitalisation était de 25,2±56,9jours. La survie du greffon à 1 mois, 1 an et 5 ans était respectivement de 91 %, 84 % et 60 %. Seize pour cent des patients ont eu une reprise chirurgicale précoce (<1 mois) : 4 thromboses veineuses, 2 hémopéritoines, 1 péritonite.

Quatre-vingt-quatre pour cent des patients étaient insulino-indépendants à 1 an de la greffe (Fig. 1).

Conclusion

La transplantation de pancréas isolé apparaît comme une solution thérapeutique efficace. La morbidité précoce est importante mais impacte peu la survie du transplant chez des receveurs hyper-sélectionnés avec des donneurs optimaux.

Cette stratégie thérapeutique permet une insulino-indépendance complète chez des patients jeunes diabétiques sévères dont le pronostic vital était menacé à court terme.




 




Fig. 1
Fig. 1. 





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.