Traitement chirurgical du prolapsus par voie haute et incontinence urinaire d'effort associée

25 décembre 2009

Auteurs : L. Wagner, B. Fatton, V. Delmas, F. Haab, P. Costa
Référence : Prog Urol, 2009, 13, 19, 1014-1018

L’incontinence urinaire d’effort (IUE) est souvent associée à un prolapsus. L’avènement de la chirurgie mini-invasive représentée par les bandelettes sous-urétrale a modifié la gestion de ces incontinences : leur mise en place est indiquée en cas d’IUE patente ou masquée par le prolapsus ; en revanche, elle se discute en cas d’IUE potentielle. Le diagnostic d’IUE repose sur la recherche d’un groupe à risque par l’interrogatoire, la clinique. L’examen urodynamique n’apparaît pas comme contributif. Il n’y a aucun critère prédictif absolu permettant de prédire la continence après chirurgie du prolapsus. Une IUE peut survenir chez une patiente continente en préopératoire et présentant un test de continence négatif, et ce, même après refoulement du prolapsus. Lors de la correction chirurgicale d’un prolapsus, le traitement d’une incontinence masquée (ou occulte) et ses risques chirurgicaux doivent être clairement expliqués à la patiente. Outre les complications opératoires spécifiques de la procédure, la patiente doit être prévenue du risque potentiel de symptômes urinaires obstructifs et irritatifs (hyperactivité vésicale secondaire).

   
 
 

 

 

Introduction

La survenue d'une incontinence urinaire d'effort (IUE) est souvent associée à celle du prolapsus urogénital (mécanisme physiopathologique commun) [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 2

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle peut cependant être masquée par ce dernier et sera donc révélée en cas de correction chirurgicale du prolapsus. Il est donc important de dépister les facteurs de risque d'incontinence urinaire postopératoire afin de définir les indications de traitement combiné. L'interrogatoire de la patiente devra rechercher une incontinence urinaire transitoire ayant progressivement disparue lors de l'aggravation du prolapsus. Des symptômes urinaires obstructifs sont d'ailleurs parfois au premier plan. Ceux-ci sont liés, d'une part, à un effet compressif (effet pelote du prolapsus) et, d'autre part, à la plicature urétrale secondaire à la hernie de la paroi vaginale antérieure.

L'incontinence urinaire représente une des complications les plus fréquentes de la chirurgie du prolapsus avec une incidence comprise entre 9 et 42 % selon les études [3

Cliquez ici pour aller à la section Références, 4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 5

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Une étude prospective épidémiologique récente, fait état de 7,5 % de chirurgie d'incontinence urinaire d'effort, cinq ans après chirurgie du prolapsus [6

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La promontofixation (hystéro- ou vaginopexie), chirurgie de référence du prolapsus par voie haute était autrefois systématiquement associée à une cervicocystopexie selon Burch. Cependant, durant les dix dernières années, les techniques chirurgicales mini-invasives représentées par les bandelettes sous-urétrales rétropubienne ou transobturatrices ont progressivement remplacées les cervicocystopexies. Ces nouvelles techniques ont l'avantage d'un temps opératoire réduit et d'une convalescence courte.

Les bénéfices d'une chirurgie préventive de l'incontinence urinaire d'effort sont toutefois à mettre en balance avec les risques potentiels de ces interventions chirurgicales : développement de symptômes d'hyperactivité vésicale (pollakiurie, urgenturie...), de symptômes obstructifs urinaire (difficulté de vidange vésicale) ou de complications spécifique (plaie vésicale peropératoire, érosion vaginale ...). De nos jours, le traitement préventif de l'IUE chez des femmes continentes lors de la cure chirurgicale d'un prolapsus n'est plus systématique et doit être justifié.

Une incontinence urinaire d'effort patente, existant en préopératoire, est une indication formelle de traitement chirurgical concomitant de celui du prolapsus. De la même façon, une incontinence urinaire masquée (occulte), apparaissant à l'examen clinique après refoulement du prolapsus doit conduire à une chirurgie combinée. En revanche, une incontinence urinaire potentielle représentée par une insuffisance sphinctérienne à l'examen urodynamique (sans incontinence clinique) ne représente pas une indication chirurgicale.

L'examen clinique et en particulier le test à l'effort après refoulement du prolapsus est donc un temps essentiel du bilan préopératoire du prolapsus et conditionne la stratégie thérapeutique [7

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Diagnostique de l'incontinence masquée

Parmi les patientes présentant un prolapsus sans incontinence urinaire d'effort préopératoire, il est important de pouvoir définir un groupe à risque susceptible de décompenser en postopératoire. Les critères diagnostiques et les conditions d'examen doivent être standardisés dans le but d'une plus grande reproductibilité.

Il convient tout d'abord de rechercher à l'interrogatoire, une incontinence urinaire fruste, voire intermittente mais aussi une histoire, même ancienne, de fuites urinaires [8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'examen clinique urogynécologique est fait dans un premier temps en position gynécologique mais pourra être sensibilisé, par un examen en position assise ou debout.

Une incontinence urinaire d'effort masquée (occulte) est définie par la survenue de fuites urinaire après réduction du prolapsus, lors de la manœuvre de Valsalva (hyperpression abdominale) ou lors du test à la toux (en absence de contractions vésicale à l'examen urodynamique). En utilisant ces critères, l'incidence de l'incontinence urinaire masquée est comprise entre 36 et 80 % [4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 8

Cliquez ici pour aller à la section Références, 9

Cliquez ici pour aller à la section Références, 10

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Durant les dix dernières années, certains experts ont proposés d'utiliser d'autres paramètres comme la pression de clôture urétrale [11

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références] et le ratio de pression de transmission sans fuite [13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les paramètres urodynamiques n'ont cependant pas été retenus comme critères décisionnels. Le consensus actuel est d'utiliser le test d'effort (examen clinique) comme critère principal de diagnostic de l'incontinence masquée.

L'International Continence Society n'a pourtant pas publié à ce jour de définition standardisée concernant ce test d'effort (technique de refoulement du prolapsus, position de la patiente, remplissage vésical, technique du test : toux ou hyperpression abdominale). Il est habituellement admis de réaliser l'examen à vessie pleine (300cm3 de remplissage ou capacité vésicale maximale). De nombreuses méthodes de réduction du prolapsus ont été décrites telles que la réduction manuelle, à l'aide d'une valve vaginale ou d'une pince, voire par l'utilisation d'un pessaire. Dans l'étude colpopexy and urinary reduction efforts (CARE), une incontinence urinaire masquée a été diagnostiquée chez 19 % des patientes. Les taux de détection varient en fonction de la méthode utilisée : le test au pessaire donne les taux les plus bas (6 %) alors que les taux les plus élevés (30 %) ont été trouvés lors de la réduction du prolapsus par valve vaginale [15

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Le test d'effort est classiquement d'abord réalisé par une manœuvre de Valsalva (hyperpression abdominale), puis en cas de négativité par un test à la toux. Le test est considéré comme positif en cas de fuite urinaire cliniquement objectivée. Cependant, un examen clinique, même réalisé dans les meilleures conditions, ne peut reproduire l'état anatomique obtenu après correction chirurgicale du prolapsus. La sensibilité et la spécificité du test d'effort sont respectivement comprises entre 5 et 39 % et entre 74 et 96 % [15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le test à l'effort semble plus reproductible lors de la correction d'un prolapsus de l'étage postérieur (rectocèle, enterocèle) que de l'étage antérieur ou moyen (cystocèle, hystéroptose) car dans ce cas, la réduction du prolapsus modifie l'angle urétrovésical [16

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Une alternative au test d'effort est représentée par le test au pessaire. Réalisé sur plusieurs jours, il permet d'avoir un aperçu de la continence de la patiente durant ses activités habituelles. La réalisation de ce type de test n'est toutefois pas possible chez toutes les patientes, et ce, pour des raisons anatomiques (antécédent d'hystérectomie totale, vagin trop étroit ou trop large, muqueuse vaginale peu trophique...) ou psychologiques (mauvaise acceptation d'un dispositif intravaginal). Une étude récente faite était de 21 % d'incontinence occulte, révélée par deux mois de port du pessaire [17

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Certains auteurs recommandent d'utiliser d'autres paramètres prédictifs : bilan urodynamique (pression de clôture, pression de transmission), urèthrocystogramme préopératoire ou encore recherche d'une hypermobilité cervico-urèthrale a l'aide du Q-TIP test. Cependant, aucun de ces paramètres n'a fait preuve d'efficacité dans la prédiction de l'IUE postopératoire [4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le bilan urodynamique fournit des informations précieuses telle que capacité vésicale maximale, pression de clôture urétrale et l'existence d'une éventuelle instabilité vésicale ou d'un résidu postmictionnel. Ces éléments, bien qu'étant des facteurs de risque de complication urinaire postopératoire, ne sont pas prédictifs d'IUE dans le cadre d'une sacrocolpopexie avec colposuspension [15

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Traitement préventif de l'IUE lors de la cure de prolapsus

 

Données de la littérature

 
Deux études randomisées prospectives

Deux études randomisées prospectives ayant évalué l'incidence d'une IUE après sacrocolpopexie associée ou non a une cervicocystopexie (Burch).

L'étude CARE avait comme objectif d'évaluer le bénéfice d'une cervicocystopexie type Burch associée de façon systématique à la cure de prolapsus par voie abdominale [15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il s'agit d'une étude multicentrique prospective, randomisée comparant un groupe de 175 patientes opérées d'un prolapsus avec Burch avec un groupe témoin de 165 patiente a montré qu'une cervicocystopexie associée a la cure de prolapsus par voie haute (sacrocolpopexie). À noter que 19,7 % des patientes du groupe Burch et 18 ,8 % du groupe témoin présentaient une incontinence urinaire préopératoire (questionnaire PFDI). Par ailleurs, un test d'effort (après réduction du prolapsus) était positif chez 35,7 % des patientes du groupe Burch et 35,8 % du groupe témoin. Une hyperactivité vésicale était retrouvée en préopératoire chez 12,1 % des patientes du groupe Burch et 10,4 % du groupe témoin. Les résultats montre que 23,8 % des patientes dans le groupe cervicocystopexie et 44,1 % des patientes dans le groupe témoin présentent un ou plusieurs critères d'IUE dans les trois mois qui ont suivi la chirurgie (p <0,001). Il n'a pas été retrouvé de différence significative concernant le pourcentage des complications dans les deux groupes. Les résultats sont maintenus et vérifiés à un an et à deux ans et ont fait l'objet de deux autres publications [9

Cliquez ici pour aller à la section Références, 18

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La première conclusion de l'étude est que la cervicocystopexie réduit de façon significative le risque d'incontinence urinaire d'effort en postopératoire. Cependant, une analyse plus détaillée nuance cette conclusion. En effet, 56 % des patientes continentes en préopératoire restent continentes sans cervicocystopexie. Un traitement de l'incontinence urinaire serait donc inutile dans plus de 50 % des cas. Par ailleurs, 24 % des patientes continentes en préopératoire deviennent incontinentes après Burch (25 % d'échecs de la technique).

L'étude de Costantini [10

Cliquez ici pour aller à la section Références] étudie le taux d'IUE postopératoire, avec ou sans cervicocystopexie (Burch) chez des femmes continentes, ayant un test d'effort négatif (avec réduction du prolapsus) et n'ayant aucun antécédent d'IUE. Il s'agit également d'une étude prospective avec un groupe témoin ayant incluse 66 patientes. Avec un recul moyen de 42 mois, le taux d'incontinence urinaire de novo est de 26,4 % dans le groupe Burch (34 patientes) et de seulement 3,1 % dans le groupe témoin (32 patientes). Ce résultat est contradictoire par rapport à l'étude CARE et ne préconise pas la prévention systématique de l'IUE par une colposuspension chez les patientes continentes en préopératoire et opérées pour cure de prolapsus par voie haute. Pour Costantini et al. [10

Cliquez ici pour aller à la section Références], il existe effectivement un risque de sur traitement.

Les critères d'inclusions des patientes dans les deux études sont différents. Dans l'étude de Costantini ont été inclus uniquement des patientes asymptomatiques avec test d'effort négatif après réduction du prolapsus, alors que l'étude CARE comporte 20 % de patientes symptomatiques sur questionnaire. Par ailleurs, la taille des groupes (66 patientes dans l'étude de Costantini contre 322 pour l'étude CARE) et le recul médian (40 mois dans l'étude italienne versus 24 mois dans l'étude CARE) font que ces publications ne sont pas comparables.

 
Autres études rétrospectives

Il n'y a aucun critère prédictif absolu permettant de prédire la continence après chirurgie du prolapsus. Une incontinence urinaire d'effort peut survenir chez une patiente continente en préopératoire et présentant un test de continence négatif, et ce, même après refoulement du prolapsus. Il est important que la patiente soit informée en préopératoire de ce risque d'IUE de novo.

Rozet et al. [19

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent une série de promontofixation cœlioscopique dont 163 patientes présentaient une IUE en préopératoire. Celles-ci ont eu une tension-free vaginal tape (TVT) dans le même temps opératoire, 19 d'entre elles ont développées une incontinence par urgenturie (12 %) et deux une rétention. Parmi les 162 patientes qui n'avaient pas d'IUE préopératoire, 19 ont vu apparaître une IUE de novo ayant nécessité une deuxième procédure (TVT) chez six d'entre elles. La même proportion des patientes (12 %) ont présentées des urgenturies en postopératoire. Le bénéfice–risque d'une procédure chirurgicale pour traiter l'IUE associée doit conduire à ne la réaliser que s'il y a une incontinence cliniquement prouvée.

Wille et al. [20

Cliquez ici pour aller à la section Références], dans une étude rétrospective incluant 47 patientes dont 33 continentes en préopératoire, présente les résultats de la cervicocystopexie (Burch) associée à la cure de prolapsus par promontofixation, et ce, de façon systématique chez toutes les patientes. Avec une durée de suivi moyen de 34 mois, seulement trois patientes ont présenté des signes d'IUE en postopératoire. En regard de ces bons résultats, il conseille d'associer de façon systématique une cervicocystopexie selon Burch, même chez des patientes continentes en préopératoire.

En 2006, Kleeman ne retrouve qu'un seul cas d'IUE postopératoire de novo parmi 53 patientes opérées de sacrocolpopexie sans cervicocystopexie (1,9 %). Aucune patientes n'avaient d'IUE préopératoire et présentaient un test à la toux après réduction négatif [8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Dans une série rétrospective de 53 patientes continente et présentant un test d'effort négatif en préopératoire, avec un suivi moyen de 20 mois, Misrai et al. retrouvent 13 % d'IUE de novo après sacrocolpopexie laproscopique [21

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Bien que le risque d'IUE de novo après promontofixation voie haute paraisse faible en cas de test d'effort négatif, il n'est pas prévisible. La patiente doit être informée de cette éventualité et de la possibilité d'une deuxième procédure chirurgicale.

Une étude prospective récente a confirmé que, contrairement au TVT, une cervicocystopexie selon Burch, associée à la cure de prolapsus par voie haute, augmentait le risque de prolapsus de l'étage postérieur (rectocèle) [22

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ces données avaient déjà été évoquées par Antiphon dans une étude rétrospective rapportant une série de promontofixation cœlioscopique associée à un Burch ou un TVT [23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Lors de la correction chirurgicale d'un prolapsus, le traitement d'une incontinence masquée (ou occulte) et ses risques chirurgicaux doivent être clairement expliqués à la patiente. Outre les complications opératoires spécifiques de la procédure, la patiente doit être prévenue du risque potentiel de symptômes urinaires obstructifs et irritatifs (hyperactivité vésicale secondaire). La réalisation systématique d'un bilan urodynamique préopératoire, recherche des signes prédictifs de dysurie (vessie peu sensible, de grande capacité et avec vidange incomplète) ou d'hyperactivité vésicale (contractions vésicales non inhibées, hypertonie vésicale lors du remplissage), ce qui permet de sélectionner les patientes pouvant être opérées d'une IUE masquée tout en minimisant les risques d'échecs et de complications.

L'incidence des troubles mictionnels après chirurgie de l'IUE varie suivant les publications entre 7 % [24

Cliquez ici pour aller à la section Références] et 22 % [25

Cliquez ici pour aller à la section Références] en fonction du type d'intervention réalisée [26

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les symptômes d'hyperactivité vésicale sont même plus fréquents après cervicocystopexie rétropubienne (Burch) avec des taux compris entre 1,4 % et 25 % [25

Cliquez ici pour aller à la section Références, 27

Cliquez ici pour aller à la section Références, 28

Cliquez ici pour aller à la section Références] versus 7,6 % à 12 % après TVT [24

Cliquez ici pour aller à la section Références, 29

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Enfin, le risque d'échec est toujours possible et la patiente doit en être clairement informée. Plus de 20 % des patientes présentent une incontinence urinaire d'effort après cervicocystopexie de Burch dans l'étude CARE [15

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Conclusion

Le traitement de l'IUE est recommandé chez les patientes présentant une incontinence urinaire associée au prolapsus. De même, chez les patientes continentes présentant un test à l'effort positif, un traitement préventif de l'IUE est tout à fait justifié. Chez les patientes continentes avec un test à l'effort négatif en préopératoire, il n'y a, en revanche, pas de recommandations pour la réalisation d'un traitement préventif de l'IUE. Dans tous les cas, l'information de la patiente en préopératoire est fondamentale. Celle-ci doit porter sur les risques encourus ainsi que sur le ratio bénéfice/risque attendu.

 

Conflit d'intérêt

Aucun.

   

 

 
 
 

Références

 

Latini J.M., Kreder K.J. Associated pelvic organ prolapse in women with stress urinary incontinence: when to operate? Curr Opin Urol 2005 ;  15 (6) : 380-385
 
Rogers R.G. The vexing problem of hidden incontinence N Engl J Med 2006 ;  354 (15) : 1627-1629 [cross-ref]
 
Maher C., Baessler K., Glazener C.M., Adams E.J., Hagen S. Surgical management of pelvic organ prolapse in women Cochrane Database Syst Rev 2004 ; CD004014[Review].
 
Maher C., Baessler K., Glazener C.M., Adams E.J., Hagen S. Surgical management of pelvic organ prolapse in women Cochrane Database Syst Rev 2007 ; CD004014Review.
 
Brubaker L, Bump R, Fynes M, Jacquetin B, Karram M, Kreder K, et al. Surgery for pelvic organ prolapse. In: Abrams P, Cardozo L, Khoury S, Wein A, editors. Incontinence, Plymouth, Heath Publ. Ltd., 3rd ed., vol. 2: Management. 2005. p. 1371–1401.
 
Clark A.L., Gregory T., Smith V.J., Edwards R. Epidemiologic evaluation of reoperation for surgically treated pelvic organ prolapse and urinary incontinence Am J Obstet Gynecol 2003 ;  189 (5) : 1261-1267 [cross-ref]
 
Haessler A.L., Lin L.L., Ho M.H., Betson L.H., Bhatia N.N. Reevaluating occult incontinence Curr Opin Obstet Gynecol 2005 ;  17 (5) : 535-540Review.
 
Kleeman S., Vassallo B., Segal J., Hungler M., Karram M. The ability of history and a negative cough stress test to detect occult stress incontinence in patients undergoing surgical repair of advanced pelvic organ prolapse Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2006 ;  17 : 27-29 [cross-ref]
 
Brubaker L., Nygaard I., Richter H.E., Visco A., Weber A.M., Cundiff G.W., et al. Two-year outcomes after sacrocolpopexy with and without Burch to prevent stress urinary incontinence Obstet Gynecol 2008 ;  112 : 49-55
 
Costantini E., Zucchi A., Giannantoni A., Mearini L., Bini V., Porena M. Must colposuspension be associated with sacropexy to prevent postoperative urinary incontinence? Eur Urol 2007 ;  51 : 788-794 [cross-ref]
 
Colombo M., Maggioni A., Scalambrino S., Vitobello D., Milani R. Surgery for genito-urinary prolapse and stress incontinence: a randomized trial of posterior pubourethral ligament plication and Pereyra suspension Am J Obstet Gynecol 1997 ;  176 : 337-343 [cross-ref]
 
Delancey J.O. Stress urinary incontinence: where are we now, where should we go? Am J Obstet Gynecol 1996 ;  175 : 311-319 [cross-ref]
 
Bergman A., Koonings P.P., Ballard C.A. Predicting postoperative urinary incontinence development in women undergoing operation for genito-urinary prolapse Am J Obstet Gynecol 1988 ;  158 : 1171-1175
 
Bump R.C., Fantl J.A., Hurt W.G. The mechanism of urinary continence in women with severe uterovaginal prolapse: results of barrier studies Obstet Gynecol 1988 ;  72 : 291-295
 
Visco A.G., Brubaker L., Nygaard I., Richter H.E., Cundiff G., Fine P., et al. The role of preoperative urodynamic testing in stress-continent women undergoing sacrocolpopexy: the Colpopexy and Urinary Reduction Efforts (CARE) randomized surgical trial Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2008 ;  19 : 607-614 [cross-ref]
 
Karram M.M. What is the optimal anti-incontinence procedure in women with advanced prolapse and ‘potential' stress incontinence? Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 1999 ;  10 : 1-2 [cross-ref]
 
Clemons J.L., Aguilar V.C., Tillinghast T.A., Jackson N.D., Myers D.L. Patient satisfaction and changes in prolapse and urinary symptoms in women who were fitted successfully with a pessary for pelvic organ prolapse Am J Obstet Gynecol 2004 ;  190 : 1025-1029 [cross-ref]
 
Burgio K.L., Nygaard I.E., Richter H.E., Brubaker L., Gutman R.E., Leng W., et al. Bladder symptoms 1 year after abdominal sacrocolpopexy with and without Burch colposuspension in women without preoperative stress incontinence symptoms Am J Obstet Gynecol 2007 ;  197 : 646-647
 
Rozet F., Mandron E., Arroyo C., Andrews H., Cathelineau X., Mombet A., et al. Laparoscopic sacral colpopexy approach for genito-urinary prolapse: experience with 363 cases Eur Urol 2005 ;  47 : 230-236 [cross-ref]
 
Wille S., Braun M., Heidenreich A., Hofmann R., Engelmann U. Sacral colpopexy with concurrent Burch colposuspension in patients with vaginal vault prolapse Urol Int 2006 ;  76 : 339-344 [cross-ref]
 
Misrai V., Roupret M., Cour F., Chartier-Kastler E., Richard F. De novo urinary stress incontinence after laparoscopic sacral colpopexy BJU Int 2008 ;  101 : 594-597 [cross-ref]
 
Gadonneix P., Ercoli A., Salet-Lizee D., Cotelle O., Bolner B., Van Den A.M., Villet R. Laparoscopic sacrocolpopexy with two separate meshes along the anterior and posterior vaginal walls for multicompartment pelvic organ prolapse J Am Assoc Gynecol Laparosc 2004 ;  11 : 29-35 [cross-ref]
 
Antiphon P., Elard S., Benyoussef A., Fofana M., Yiou R., Gettman M., et al. Laparoscopic promontory sacral colpopexy: is the posterior rectovaginal, mesh mandatory? Eur Urol 2004 ;  45 : 655-661 [cross-ref]
 
Kuuva N., Nilsson C.G. A nationwide analysis of complications associated with the tension-free vaginal tape (TVT) procedure Acta Obstet Gynecol Scand 2002 ;  81 : 72-77 [cross-ref]
 
Alcalay M., Monga A., Stanton S.L. Burch colposuspension: a 10–20 year follow-up Br J Obstet Gynaecol 1995 ;  102 : 740-745 [cross-ref]
 
Dunn J.S., Bent A.E., Ellerkman R.M., Nihira M.A., Melick C.F. Voiding dysfunction after surgery for stress incontinence: literature review and survey results Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2004 ;  15 : 25-31 [cross-ref]
 
Demirci F., Yucel O., Eren S., Alkan A., Demirci E., Yildirim U. Long-term results of Burch colposuspension Gynecol Obstet Invest 2001 ;  51 : 243-247 [cross-ref]
 
Langer R., Lipshitz Y., Halperin R., Pansky M., Bukovsky I., Sherman D. Long-term (10–15 years) follow-up after Burch colposuspension for urinary stress incontinence Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2001 ;  12 : 323-326 [cross-ref]
 
Karram M.M., Segal J.L., Vassallo B.J., Kleeman S.D. Complications and untoward effects of the tension-free vaginal tape procedure Obstet Gynecol 2003 ;  101 : 929-932 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.