Syndrome métabolique et cancer de la prostate dans une population d’ascendance afro-caribéenne

05 novembre 2020

Auteurs : L. Brureau, F. Lefebvre, P. Blanchet, L. Multigner, A. Blanchet
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 694-695
Objectifs

La relation entre syndrome métabolique (SM) et cancer de la prostate (CaP) demeure controversée et très peu d’études se sont adressées aux populations d’ascendance africaine. Nos objectifs étaient d’estimer la prévalence du SM chez des cas incidents de CaP d’ascendance afro-caribéenne et de mesurer le risque de récidive biologique associé au SM chez des patients traités par prostatectomie radicale (PR).

Méthodes

Deux cent quatre-vingt-cinq patients ont été inclus. Le SM a été établi par la présence d’au moins 3 des 5 critères harmonisés par l’American Heart Association (AHA) : obésité abdominale estimée par un tour de taille>94cm, triglycérides>1,5g/L, HDL-cholestérol<0,4g/L, pression artérielle systolique>130mmHg et/ou diastolique>85mmHg (ou traitement antihypertenseur), glycémie à jeun>1,0g/L (ou traitement anti-glycémique). L’insulinémie à jeun a permis de calculer l’indice d’insulinorésistance HOMA-IR. Deux cent dix-sept patients ont fait l’objet d’une PR. Le risque de récidive biologique a été estimé par le calcul du hazard ratio (HR) et de son intervalle de confiance (IC95 %).

Résultats

La prévalence du SM a été estimée à 31,6 % (IC95 % : 25,9–37,2). Les critères les plus fréquemment associés au SM étaient l’hypertension artérielle (63,0 %) et l’obésité abdominale (56,7 %). En présence d’insulinorésistance (HOMA-IR>2,5), la prévalence du SM était de 14,8 % (IC95 % : 10,1–19,5). Ces prévalences ne différaient pas en fonction du score de Gleason (ISUP<3 vs>3) sur biopsies au diagnostic. Le SM n’a pas été retrouvé associé au risque de récidive biologique, en absence ou en présence d’insulinorésistance (HR : 1,19 [IC95 % : 0,50–2,81] et 1,37 [IC95 % : 0,78–2,39] respectivement ; modèles ajustés à l’âge, marges chirurgicales, ISUP et stades pathologiques) après un suivi médian postopératoire de 3,7 années.

Conclusion

À notre connaissance, cette étude est la première qui estime la prévalence du SM selon les critères harmonisés de l’AHA dans une population de cas incidents de CaP d’ascendance afro-caribéenne. Dans cette population, le risque de récidive biologique après traitement par PR n’est pas modifié par la présence d’un SM.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.