Surveillance active du cancer de la prostate de faible risque : évolution des pratiques vers un élargissement des critères de sélection et de suivi

25 novembre 2017

Auteurs : A. Goujon, G. Legrand
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 679-680
Objectifs

Le cancer de la prostate à bas risque pose le problème du sur-traitement. La surveillance active est depuis une quinzaine d’années une réponse à ce problème, mais la sélection des patients éligibles reste débattue. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’évolution des pratiques de sélection et suivi de patients en surveillance active (SA) d’un cancer de la prostate (CaP) à bas risque.

Méthodes

Nous avons étudié rétrospectivement les patients entrés en surveillance active entre 2009 et 2014. Ils avaient tous un CaP de faible risque : âge <75, Gleason=6, PSA<15ng/mL, stade cT2. Les critères de reclassification étaient une progression biologique, biopsique, ou un stade T3. Les critères de jugement étaient la survie sans traitement (SST), l’impact pronostique des critères d’inclusion et de suivi sur le taux de conversion.

Résultats

Au total, 180 patients ont été inclus (63 ans ; suivi médian 46 mois). Quatre-vingt-deux patients (45 %) ont été traités avec un délai médian de 18 mois, un taux de conversion de 14,3/100 patients-années. La progression biopsique représentait 51 % des reclassifications ; 25 % ont été traité par choix. La SST était de 71 % à 2 ans, 52 % à 5 ans. Les facteurs prédictifs de conversion étaient : >3 biopsies positives (HR=2,29), la bilatéralité (HR=2,3), une absence de visibilité tumorale à l’IRM (HR=0,49). La progression du grade de Gleason conduisait toujours à un traitement. La compliance à un traitement en cas de progression du PSA était plus faible (Figure 1, Figure 2, Figure 3).

Conclusion

En réponse au sur-traitement des cancers de la prostate de faible risque, l’élargissement des critères d’inclusion et de suivi en SA est de plus en plus fréquent, et semble raisonnable, à conditions d’inclure l’IRM dans le suivi.




 




Figure 1
Figure 1. 




Figure 2
Figure 2. 




Figure 3
Figure 3. 





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.