Rupture spontanée de néovessie iléale survenue après 8 ans de sa confection : à propos d’un cas et revue de la littérature

25 septembre 2016

Auteurs : P. Sarkis, G. Bou Kheir, J. Sarkis, E. Ayoub, A. Bourgi, W. Abou Chedid, I. Daou, G. Nawfal
Référence : Prog Urol, 2016, 10, 26, 589-590




 




Introduction


La néovessie iléale orthotopique est la technique de remplacement la plus utilisée après cystectomie radicale. Sa rupture spontanée est rare et rapportée le plus fréquemment en post-opératoire immédiat ou précoce. Nous présentons un cas de rupture néovésicale survenue 8ans après la chirurgie initiale.


Observation


Un homme de 66ans s'est présenté aux urgences dans un tableau de douleur abdominale aiguë avec impossibilité d'uriner depuis 12heures. Il avait eu, 8ans auparavant, une cystectomie radicale et néovessie orthotopique type Hautmann pour cancer vésical invasif avec continence parfaite et vidange régulière de sa néovessie. Il avait à l'admission un ballonnement abdominal avec défense généralisée, une hyperleucocytose et élévation de la protéine C-réactive. La tomodensitométrie abdomino-pelvienne (TDM) non injectée montra du liquide libre en intrapéritonéal ainsi qu'une néovessie distendue. Après drainage vésical, une TDM complémentaire avec remplissage vésical de produit iodé identifia une fuite du produit de la partie antéro-supérieure droite de la néovessie (Figure 1). Une antibiothérapie intraveineuse à large spectre fut administrée et une laparotomie réalisée. Après évacuation des urines intrapéritonéales et adhésiolyse laborieuse, une plaie de 2cm fut identifiée au niveau d'une corne de la paroi antérieure néovésicale droite (Figure 2). Un débridement des berges suivi d'une fermeture en deux plans ont été réalisés. La néovessie fut drainée par une sonde transurétrale et une autre transnéovésicocutanée et un drain fut placé en intrapéritonéal. La sonde transnéovésicale fut enlevée trois semaines après l'opération suivie de celle de la sonde urétrale. L'absence de résidu postmictionnel fut ensuite régulièrement vérifiée.


Figure 1
Figure 1. 

TDM montrant la fuite du produit de contraste de la néovessie iléale.




Figure 2
Figure 2. 

a : vue intraopératoire de la rupture néovésicale ; b : fermeture de la néovessie.





Discussion


La rupture spontanée de néovessie iléale est une entité rare mais potentiellement grave. Elle est plus fréquente dans les entérocystoplasties d'agrandissement. Dans une série rapportée par Hautmann de 1000 cas, 3 ruptures néovésicales ont été décrites dont une spontanée [1]. La durée médiane entre la chirurgie reconstructrice et la rupture varie de 3 mois à 3ans. Un seul cas de rupture spontanée de néovessie iléale 6ans après la chirurgie initiale a été rapporté [2].


Les facteurs favorisant la rupture incluent la distension néovésicale, les adhérences intestinales à la néovessie, les infections néovésicales et les ischémies relatives secondaires à la détubularisation [2].


Le site de rupture le plus fréquent se retrouve au niveau de la corne supérieure droite [1, 2, 3] qui est généralement le segment iléal distal vascularisé par la branche terminale de l'artère iléocolique ; lors de l'isolement du segment iléal, la vascularisation de cette corne peut être compromise.


Un index de suspicion élevé est nécessaire devant un tableau de douleur abdominale aiguë chez un patient ayant eu un remplacement vésical. La TDM avec cystographie associée confirme le diagnostic et peut identifier le site de rupture.


Le traitement de choix est la laparotomie urgente avec réparation du site de rupture bien qu'un traitement conservateur fut suggéré chez des patients sélectionnés [1, 2, 3].


Conclusion


Les médecins doivent être informés qu'une rupture de vessie sur remplacement orthotopique peut survenir même tardivement et doivent ainsi suivre à long terme leurs patients et les inciter à avoir des mictions régulières sans résidu.


Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.



Références



Hautmann R., de Petriconi R., Volkmer B. 25 years of experience with 1000 neobladders: long-term complications J Urol 2010 ;  185 : 2207-2212
DeFoor W., Tackett L.L., Minevich E.E., Wacksman J., Sheldon J.C. Risk factors for spontaneous bladder perforation after augmentation cystoplasty Urology 2003 ;  62 : 737-741 [inter-ref]
Desgrandchamps F., Cariou G., Barthelemy Y., Boyer C., Teillac P., Le Duc A. Spontaneous rupture of orthotopic detubularized ileal bladder replacement: report of 5 cases J Urol 1997 ;  158 : 798-800 [cross-ref]






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.