Risque de récidive augmentée après prostatectomie radicale chez les patients traités par statines

25 novembre 2013

Auteurs : A. Pichon, Y. Neuzillet, T. Ghoneim, H. Botto, J. Raynaud, J. Herve, T. Lebret
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1021-1022




 



Objectifs .- Les données de la littérature sur l'utilisation des statines et le risque de survenue et de récidive du cancer de prostate chez les patients traités sont controversés. L'objectif est d'évaluer les caractéristiques tumorales et le risque de récidive après prostatectomie radicale chez les patients traités par statine.


Méthodes .- Il s'agit d'une étude prospective monocentrique réalisée entre janvier 2007 et janvier 2011. Tous les patients présentant un cancer de prostate traité par prostatectomie radicale étaient inclus. Les caractéristiques tumorales et le risque de récidive biologique ont été comparés selon que les patients reçoivent ou non un traitement par statine.


Résultats .- Parmi les patients, 85 sur les 431 (21,0 %) étaient traités par statine dans les 3 mois précédents la chirurgie. Les patients sous statine avaient : une cholestérolémie totale inférieure (1,80±036g/L vs. 2,06±0,54g/L, p =0,001), un IMC supérieur (26,9±3,7kg/m2 vs 26,1±3,4kg/m2, p =0,043), des antécédent de cardiopathie ischémique (17,6 % vs 4,9 %, p <0,0001) et de diabète (8,2 % vs 3,3 %, p =0,046) plus fréquents que les patients non traités. Il n'y avait pas de différence significative en ce qui concernait l'âge, la taille, le poids, l'ethnie caucasienne, la glycémie, et leur testostéronémie. La prise de statine n'influençait les caractéristiques de leur cancer de prostate : score de Gleason, PSA, atteinte des marges d'exérèse et poids de la prostate. En revanche, sur un suivi moyen de 34,5 mois, les patients traités par statines ont récidivé plus fréquemment (23,5 % vs 14,0 %, p =0,033) que les patients non traités et la survie sans récidive biologique a été significativement inférieure dans le groupe traité (Log Rang, p =0,043). En analyse multivariée, le traitement par statine a été un facteur de risque indépendant de récidive (HR=3,07 - IC95 %=[1,19-7,87]) au même titre que le PSA préopératoire, les scores de Gleason biopsique et sur la pièce opératoire, les stades pT≥3a et pN+, et l'atteinte des marges chirurgicale.


Conclusion .- L'utilisation de statine est associée à un risque plus élevé de récidive, chez les patients traités par prostatectomie radicale, tandis que les caractéristiques tumorales ne sont pas péjoratives chez les patients traités.







© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.