Résultats oncologiques de la néphrectomie partielle pour les tumeurs rénales de plus de 7 cm : étude multicentrique rétrospective française

25 novembre 2012

Auteurs : P. Bigot, J.-F. Hetet, T. Fardoun, E. Xylinas, G. Ploussard, I. Ouzaid, F. Audenet, J.-A. Long, L. Bastien, N. Hoarau, M. Roupret, P. Mongiat-artus, G. Verhoest, M. Zerbib, V. Ravery, H. Baumert, K. Bensalah, B. Escudier, N. Grenier, P. Paparel, N. Rioux-leclercq, J.-C. Bernhard, A.-R. Azzouzi, J.-J. Patard
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 748-749




 



Objectifs .– Évaluer les résultats oncologiques de la néphrectomie partielle (NP) pour les tumeurs de plus de 7cm.


Méthodes .– Nous avons revu rétrospectivement 75 patients issus de 8 centres traités de 1979 à 2012 par NP pour une tumeur rénale supérieure ou égale à 7cm (pT2 Nx-0 M0 ). Les variables suivantes ont été analysées : âge, sexe, ECOG, taille tumorale, type histologique, grade tumoral, localisation tumorale, indication, marge chirurgicale, récidive tumorale, récidive métastatique, décès et décès par cancer.


Résultat .– L’âge moyen était de 60,2ans (29–83) et 46 (61,3 %) patients étaient des hommes. Le score ECOG était de 0 chez 65 (86,7 %) patients. Les tumeurs étaient hilaires, exophytiques et bilatérales chez respectivement 14 (18,7 %), 69 (92 %) et 12 (16 %) patients. La taille tumorale moyenne était de 8,7cm (7–17). L’indication chirurgicale était impérative chez 34 (45,3 %) patients. Les tumeurs étaient des carcinomes à cellules claires, tubulopapillaires et chromphobes chez respectivement 39 (52 %), 18 (24 %) et 6 (8 %) patients. Le grade de Fuhrman était de 1, 2, 3 et 4 chez respectivement 3 (4 %), 28 (37,3 %), 28 (37,3 %) et 3 (4 %) patients. Les marges chirurgicales étaient positives chez 7 (9,3 %) patients. Le suivi moyen était de 41,5 (0–250) mois. Au terme du suivi, 4 (5,3 %) patients ont eu une récidive tumorale, 5 (6,7 %) une progression métastatique, 17 (22,7 %) sont décédés (3 [4 %] dans les suites opératoires et 6 [8 %] liés au cancer). Les survies spécifiques, sans récidive et sans progression à 3ans étaient respectivement de 96 %, 95 % et 95 %. En analyse univariée, aucun des facteurs analysés n’était un facteur de récidive ou de décès lié au cancer.


Conclusion .– La NP pour les tumeurs de plus de 7cm permet un bon contrôle oncologique et pourrait devenir le traitement de référence de ce type de tumeur.






© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.