Récupération rapide après chirurgie, hyperpréparation et ambulatoire : retour sur 5 années d’expérience autour de la prostatectomie totale robot-assistée

25 novembre 2019

Auteurs : G. Ploussard, J.B. Beauval, A. Salin, G. Loison, C. Almeras, J. Gautier, C. Tollon
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 659
Objectifs

La mise en place d’un programme de récupération rapide après chirurgie (RRAC) améliore les résultats périopératoires et l’expérience patient. Cependant, peu d’études l’ont évalué concernant la prostatectomie totale robot-assistée. La préparation préopératoire par un séjour d’hyperpréparation (consultation IDE, psychologue, kinésithérapeute, Cs anesthésie, évaluation fonctionnelle, discussion de groupe) pourrait participer à cette amélioration, et faciliter le passage à un séjour en ambulatoire.

Méthodes

L’expérience d’un centre a été évaluée depuis la mise en route d’un programme RRAC en 2014 autour de la prostatectomie totale robot-assistée, puis d’un séjour d’hyperpréparation, et d’un programme d’ambulatoire. Les durées moyennes de séjour, les taux de réhospitalisations à 30 et 60jours, les complications ont été revues. De façon prospective, les patients opérés en ambulatoire ont été comparés aux patients hospitalisés (au moins une nuit) au cours de la même période.

Résultats

Les durées moyennes de séjour ont progressivement diminué depuis la RRAC passant de 5,3jours avant 2014, à 4,5 (2014) 4,0 (2015), 3,6 (2016), 3,0 (2017), puis 1,8 en 2018. Le nombre de cas par années a augmenté de 60 à 90 entre 2014 et 2018. Les taux de réhospitalisations à 30 et 60jours sont restés stables (<10 %) au cours du temps, sans augmentation significative du nombre de complications. Les 20 patients opérés en ambulatoire avaient les mêmes caractéristiques (cliniques, pathologiques, opératoires) que le groupe contrôle contemporain. La satisfaction du programme d’ambulatoire était élevé (100 % lors d’une évaluation téléphonique réalisée après 3 mois), avec un taux d’adhésion évalué à 70 % lors de la proposition d’ambulatoire faite à la consultation.

Conclusion

L’implication progressive des équipes soignantes par un programme de RRAC, d’hyperprération préopératoire, puis d’ambulatoire a permis de réduire les durées d’hospitalisations sans majorer les taux de complications et de réhospitalisations, avec une adhésion et une satisfaction importante des patients.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Bourse de recherche AFU.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.