Perceptions de l'hypertrophie bénigne de la prostate par le patient et le médecin généraliste – étude Trophée

25 janvier 2013

Auteurs : F. Lacoin, R.-O. Fourcade, M. Rouprêt, A. Slama, C. Le Fur, E. Michel, A. Sitbon, F.-E. Cotté
Référence : Prog Urol, 2013, 1, 23, 50-57




 




Introduction


L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) constitue l’une des affections les plus fréquentes chez l’homme de plus de 50ans [1]. Sa prévalence augmente avec l’âge et devrait continuer d’augmenter du fait du vieillissement de la population. La prévalence de l’HBP chez les hommes âgés de 50ans et plus, ayant consulté un médecin généraliste (MG) en 2003 en France était estimée à 49,4 % [2]. En France, environ cinq millions d’hommes seraient atteints d’HBP, mais en l’absence de gêne exprimée par le patient, seulement deux millions sont diagnostiqués [3].


Le Comité des troubles mictionnels de l’homme (CTMH) de l’Association française d’urologie (AFU) a réalisé une revue de la littérature en 2012 des mises à jour des recommandations sur la prise en charge de l’HBP [4] en s’appuyant sur celles émises précédemment par l’Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé (Anaes) [5] et les institutions internationales [6, 7, 8]. Ces recommandations préconisent une évaluation initiale et un suivi de l’HBP. L’évaluation initiale devrait s’appuyer sur l’interrogatoire du patient, l’examen physique comprenant un toucher rectal, l’évaluation du niveau de sévérité des symptômes et l’impact de la maladie sur la qualité de vie du patient en utilisant des scores symptomatiques validés (International Prostate Symptom Score [IPSS] et Urinary Symptom Profile [USP]), et enfin l’examen d’urine. La mesure de la créatininémie, l’échographie de l’appareil génito-urinaire, la débitmétrie et le dosage de l’antigène spécifique de prostate (PSA) sont considérés comme des examens optionnels ou de seconde intention. Quant au suivi de la maladie, il devrait s’appuyer principalement sur l’interrogatoire du patient, le catalogue mictionnel et la mesure des scores symptomatiques [4].


En France, la prise en charge de l’HBP relève principalement du MG qui prescrit environ 80 à 90 % des traitements médicamenteux [9, 10]. L’HBP peut être prise en charge par une simple surveillance, un traitement médical ou chirurgical en fonction de la sévérité des symptômes et de la gêne ressentie par le patient, de l’existence de complications et des préférences des patients. La surveillance est préconisée lorsque la gêne symptomatique est jugée acceptable par le patient. Lorsque les symptômes sont gênants et modérés à sévères, le traitement médical ou chirurgical (en particulier lorsque des complications surviennent) est recommandé [11]. Le choix d’un traitement médical doit être principalement orienté par la gêne exprimée par le patient et par ses attentes et doit correspondre ainsi à l’aboutissement d’une décision partagée entre le médecin et le patient [12, 13].


Afin de documenter la façon dont ces principes sont appliqués en pratique courante en France, nous avons initié une étude observationnelle en médecine générale. Ainsi, l’étude Trophée avait pour objectifs de décrire le diagnostic et la prise en charge thérapeutique de l’HBP en médecine générale et de décrire les discordances en termes de perceptions des patients et des médecins concernant la sévérité et l’évolution des symptômes de l’HBP et l’observance. La prise en charge de l’HBP ainsi que l’impact de la maladie sur la qualité de vie ont déjà été décrites dans un précédent article [14].


Méthodologie


Une étude observationnelle, multicentrique et transversale a été réalisée en France entre octobre 2009 et janvier 2010 en médecine générale, chez des patients atteints d’HBP symptomatique traitée médicalement.


Médecins participants


Les médecins participants étaient issus d’un observatoire épidémiologique de 1200 MG. L’observatoire, géré par la Société CEGEDIM, est constitué de manière à être représentatif de l’ensemble des MG français sur trois critères : l’âge, le sexe et la zone géographique (huit au total). Cet observatoire informatisé alimente en continue une base de données médicale anonymisée, Longitudinal Patient Data (LPD), qui facilite la collecte d’informations antérieures (prescriptions, examens, antécédents, comorbidités, etc.) lors de la réalisation d’études observationnelles ad hoc.


Le nombre de médecins participants attendus était de 250 pour un objectif d’inclusion de 800 patients (moyenne attendue de trois patients inclus par médecins). Compte-tenu d’un taux d’acceptation estimé à environ 30 %, un échantillon de 800 MG tirés au sort au sein de l’observatoire a été sollicité par téléphone pour participer à l’étude.


Population de l’étude


La population de l’étude était constituée de patients venus lors d’une consultation spontanée auprès d’un médecin participant à l’étude. Afin de limiter le biais de recrutement, chaque médecin pouvait inclure jusqu’à dix patients consécutifs répondant aux critères d’éligibilité suivants : patient âgé de 50ans et plus, avec une HBP diagnostiquée depuis au moins un an et recevant au moins un des traitements contre les symptômes de l’HBP (alpha-bloquants, inhibiteurs de la 5-⍺ réductase [5-ARI], phytothérapie au moment de la consultation). Afin d’atténuer le potentiel biais de sélection des patients par les médecins et de faciliter l’identification des patients éligibles à l’étude, une alerte informatique s’affichait sur l’écran du médecin lorsqu’un patient venu consulter correspondait aux critères d’inclusion selon les données de la base LPD. Les patients ayant refusé de participer à l’étude et ceux qui présentaient, selon le médecin, une incapacité physique, mentale ou linguistique majeure n’ont pas été inclus dans l’étude.


Données recueillies


Les médecins participants ont renseigné un questionnaire papier de pratique médicale (questionnaire médecin) destiné au recueil des données de diagnostic, suivi et traitement de l’HBP. À l’inclusion de chaque patient dans l’étude, le médecin et le patient remplissaient ensemble un questionnaire informatisé (questionnaire patient) pour le recueil des caractéristiques démographiques du patient, du diagnostic de l’HBP, des comorbidités, et du traitement en cours (motif de prescription, type et ancienneté). Lors de la consultation d’inclusion, un autoquestionnaire patient était également remis par le médecin au patient. Il comportait, entre autres, trois instruments validés (Tableau 1) destinés à mesurer la sévérité des symptômes [15, 16], leur évolution ainsi que l’observance au traitement perçues par le patient [17].


Afin de comparer le point de vue du médecin à celui du patient, le médecin devait également renseigner, pour chaque patient, sa propre perception concernant la sévérité de l’HBP (sévère, modérée ou légère), l’évolution des symptômes (aggravation, stabilisation et amélioration) sur une échelle identique à celle des patients et l’observance au traitement (mauvaise, plutôt mauvaise, moyenne, plutôt bonne et parfaite).


Analyse statistique


Une analyse descriptive des données a été conduite. Des sous-groupes de patients ont été définis en fonction de l’ancienneté du traitement : patients recevant le même traitement pour son HBP dans les 12 mois précédent son inclusion dans l’étude (« traitement stable »), patients ayant changé de traitement en raison d’un échec thérapeutique durant les 12 derniers mois (« traitement modifié ») et patients ayant initié un traitement dans les 12 mois précédents l’inclusion (« traitement récent »). Les scores IPSS et de l’échelle visuelle analogique (EVA) ont été comparés entre ces trois sous-groupes à l’aide d’un test du χ2 de Pearson. La cohérence entre le score IPSS et la cotation de sévérité effectuée par le médecin a été évaluée à l’aide du coefficient κ. Les scores de l’EVA sur l’évolution des symptômes cotés respectivement par le médecin et par le patient ont été comparés au moyen d’un coefficient de corrélation de Spearman et d’un test du χ2 pour sa représentation catégorielle. La cohérence entre les deux mesures a été évaluée à l’aide d’un coefficient κ. L’ensemble des analyses a été réalisé à l’aide du logiciel SAS (version 9.1, SAS Institute, North Carolina, États-Unis).


Considérations éthiques


Un avis positif de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a été obtenu après consultation légale du Comité consultatif sur le traitement de l’information en matière de recherche dans le domaine de la santé (CCTIRS). Aucune donnée nominative n’a été recueillie.


Résultats


Médecins et patients inclus dans l’étude


Les caractéristiques des médecins et des patients participants à l’étude ont été décrites en détail dans une publication antérieure [14]. Cet article présente la prise en charge thérapeutique de l’HBP, l’impact de la maladie sur la qualité de vie des patients et l’observance thérapeutique. Au total, 247 médecins participants ont inclus1098 patients (Figure 1). Les caractéristiques principales de la population de l’étude ainsi que les méthodes de diagnostic et de suivi sont présentées dans le Tableau 2. L’utilisation des modalités de diagnostic a été analysée par tranches d’âge (50–60ans, 61–70ans, 71–80ans et>80ans). Le pourcentage d’utilisation de chaque modalité de diagnostic était similaire, quel que soit l’âge des patients. Devant un nouveau diagnostic d’HBP symptomatique, 58,3 % (n =109/187) des MG déclaraient prescrire systématiquement un traitement. La grande majorité des patients (82,7 %) était traitée par monothérapie. Les médecins prescrivaient majoritairement des alpha-bloquants (58,1 % des patients), des extraits de plantes (26,7 %) et des 5-ARI (15,2 %). Les principaux critères déterminant ce choix étaient l’efficacité du traitement (81,7 % ; n =147/180), sa tolérance (71,1 % ; n =128/180) et l’amélioration attendue de la qualité de vie du patient (71,1 % ; n =128/180). Le souhait du patient n’était pris en compte dans les trois premiers critères de choix que chez 5 % des médecins (n =9/188).


Figure 1
Figure 1. 

Schéma récapitulatif de la population de l’étude.




Évaluation de la sévérité des symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP)


Au total, 660 patients sur 718 (91,9 %) ont répondu aux sept items du questionnaire IPSS. Le score moyen était de 10,3±6,5 (médiane 9,0). La majorité des patients (n =409 ; 62 %) présentait un score global supérieur à 7 (symptômes modérés à sévères). Par ailleurs, les résultats de l’IPSS-Q8 ont permis d’appréhender le degré d’impact spécifique des symptômes sur la qualité de vie pour 691 patients. Le score moyen était de 2,3±1,4 (médiane 2). Parmi eux, 57,7 % considéraient leur qualité de vie satisfaisante (IPSS-Q8<3) tandis que 42,3 % rapportaient une qualité de vie altérée (score IPSS-Q83) par leurs symptômes urinaires. Ces scores ont ensuite été comparés entre les trois sous-groupes en fonction de l’ancienneté du traitement afin d’évaluer le lien entre la sévérité de l’HBP et les modifications de prise du traitement. Pour les patients qui changeaient de traitement (n =133), les symptômes étaient plus sévères avec un impact plus délétère sur la qualité de vie (Tableau 3).


La sévérité des symptômes de l’HBP ressentie par le patient a été comparée au point de vue du médecin (Tableau 4). Les deux appréciations concordaient dans plus de la moitié des cas (n =356 ; 53,9 %). Les médecins sous-estimaient la sévérité des symptômes dans 19,8 % des cas et la surestimaient dans 26,2 % des cas par rapport au ressenti du patient. Les différences d’appréciation concernaient le plus souvent les symptômes perçus comme légers et modérés.


Évolution des symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP)


Le score moyen d’évolution des symptômes renseigné par le médecin était de 1,1±1,6 indiquant une légère amélioration des symptômes (Tableau 5) tandis que le score moyen renseigné par le patient était de 0,4±1,6 et correspondait à une stabilisation des symptômes (aucun changement constaté). Les scores moyens renseignés par les médecins et les patients étaient significativement différents (p <0,001 ; test t de Student). Pour presque la moitié des patients (48,1 %), les symptômes de l’HBP étaient stables et un tiers des patients (33,4 %) ont vu leurs symptômes s’améliorer. Par ailleurs, une aggravation des symptômes était plus significativement rapportée par le patient que par le médecin (18,5 % versus 8,8 % respectivement) tandis que 52,2 % des médecins rapportait une amélioration des symptômes contre 33,4 % des patients. La corrélation entre l’évaluation du médecin et celle du patient était faible (r =0,292).


Observance au traitement


Au total, 638 patients ont répondu intégralement au questionnaire Morisky Medication-Taking Adherence Scale 4 items (MMAS-4). Le nombre de patients rapportant une bonne observance était de 68,8 % (439/638). Une analyse de la concordance entre l’observance rapportée par les patients (questionnaire MMAS-4) et l’observance évaluée par les médecins (échelle de Likert) a été menée (Tableau 6). L’analyse montre que 85 % (544/638) des patients rapportaient une observance plutôt bonne ou parfaite (de 0 « oui » à 1 « oui ») contre 92 % des médecins. Les médecins avaient donc tendance à surestimer la bonne observance des patients. Par ailleurs, 15 % (94/638) des patients estimaient avoir un niveau d’observance plutôt faible contre 8 % des médecins. Parmi les patients ayant rapporté une faible observance (n =94), les médecins estimaient que, pour 77 % d’entre eux (n =72), l’observance était au contraire bonne. La cohérence entre l’observance rapportée par les patients et celle estimée par les médecins était relativement faible (coefficient κ=0,223).


Discussion


L’étude Trophée a permis d’évaluer la perception de l’HBP du point de vue du patient et du point de vue du MG en prenant en compte différents facteurs, telles que la sévérité de la maladie, l’évolution des symptômes et l’observance au traitement.


Au total, 247 MG ont participé à l’étude et ont inclus 1098 patients. Chez la plupart des patients, un traitement par monothérapie était initié, le plus souvent par un alpha-bloquant. Le choix du traitement reposait essentiellement sur l’efficacité du traitement tandis que seul un nombre faible de médecins (5 %) déclarait prendre en compte l’avis de leur patient dans ce choix. Ce déficit peut s’expliquer par une insuffisance dans le partage de la décision médicale avec le patient ainsi que par l’asymétrie d’information médecin–patient qui a par ailleurs déjà été rapportée dans l’étude « Phare » [1]. Celle-ci a été réalisée en France auprès d’un échantillon de 17 953 patients vus en consultation par des MG. Dans cette étude, plus de la moitié des MG jugeaient leurs patients mal informés sur l’HBP. Cette situation ne semble pas optimale pour une pathologie où l’impact sur la qualité de vie peut être très important et où une décision médicale partagée entre médecin et patient est recommandée [1].


Bien que recommandé en France par la HAS pour le diagnostic initial et le suivi de l’HBP [5], le score symptomatique IPSS était faiblement utilisé dans notre échantillon. Cela pourrait s’expliquer par la faible diffusion des outils d’évaluation d’état de santé en pratique courante. L’autoquestionnaire est toutefois compréhensible par une majorité de patients (84 %) et semble pouvoir facilement être rempli au cours d’une consultation [18]. En outre, l’étude a révélé une forte utilisation de l’échographie et du PSA pour le diagnostic de l’HBP, quel que soit l’âge du patient. Alors que les recommandations de la HAS (Anaes 2003) [5] considèrent ces examens comme optionnels ou de seconde intention, la forte utilisation de ces deux modalités de diagnostic révélée par notre étude montre que le suivi de ces recommandations par le MG n’est que partiel. Ces résultats soulignent la nécessité de mieux informer les MG concernant ces recommandations dans un but d’optimiser le bilan initial, le diagnostic et la réévaluation régulière de la prise en charge de la maladie.


Bien que tous les patients de l’étude aient reçu un traitement, la majorité d’entre eux (61,9 %) présentaient des symptômes persistants modérés à sévères (score IPSS>7) parmi lesquels 10 % présentaient un score IPSS sévère supérieur ou égal à 20. Cette proportion semble être élevée comparée à celle issue de l’étude Phare où 30 % des patients présentaient un score IPSS supérieur ou égal à 8 [1]. En outre, nos résultats montrent que 52,8 % des patients présentaient au moins un critère d’insatisfaction sur leur prise charge thérapeutique (données publiées antérieurement) [14]. Ces résultats illustrent donc une attente insatisfaite des patients par rapport à la prise en charge proposée actuellement. Celle-ci pourrait ainsi être optimisée par un suivi régulier des patients et surtout une meilleure écoute des plaintes et des préférences des patients afin d’assurer l’adaptation de la stratégie thérapeutique à l’évolution des symptômes. Les préférences des patients représentent en effet un élément important du trépied de l’evidence based medicine .


La perception de la sévérité de l’HBP par le MG n’était pas toujours cohérente avec celle des patients. Une discordance était observée pour la moitié des patients et correspondait généralement à une sous-évaluation par le MG de la sévérité ressentie des symptômes. Cette information révèle l’intérêt de l’utilisation en pratique courante du questionnaire IPSS pour la prise en charge et le suivi des patients atteints d’HBP symptomatique [1].


Par ailleurs, notre étude révèle un faible niveau d’observance pour 31,2 % des patients principalement chez les patients âgés de 50 à 60ans. Ces résultats confirment en France ceux déjà observés dans l’étude néerlandaise Triumph [19], réalisée auprès de MG, où 26,0 % des patients rapportaient une faible observance. Là encore, le médecin surestime l’observance par rapport au patient. L’explication de cette mauvaise observance peut être liée à l’efficacité partielle du traitement, un défaut d’éducation thérapeutique et à la difficulté pour le patient de percevoir rapidement le bénéfice thérapeutique face à la fluctuation des symptômes ressentis.


L’étude Trophée présente certaines limites. Concernant la représentativité de l’échantillon, les patients inclus dans l’étude sont plus âgés et présentaient des symptômes plus sévères que l’ensemble des patients atteints d’une HBP en population générale documentée par l’étude Phare. Cette différence peut s’expliquer par les critères d’inclusion, qui nécessitaient que le patient soit déjà sous traitement, ce qui peut contribuer à expliquer une surreprésentation de la population des patients plus sévèrement atteints. Par ailleurs, le taux de patients ayant retourné au moins un autoquestionnaire était globalement de 65 % (718/1098) et on ne peut exclure une différence entre répondants et non-répondants en termes de sévérité et de gêne des symptômes ou encore de qualité de vie. Par ailleurs, malgré sa relative complexité, le taux d’autoquestionnaires IPSS exploitables s’est avéré aussi bon (660/718, soit 92 %) que celui du MMAS (638/718, soit 89 %) ne comportant que quatre items à réponse binaire. Enfin, l’évaluation de l’évolution des symptômes par le médecin concernait toute la durée du traitement, alors que celle du patient portait uniquement sur les 12 derniers mois, ce qui limite la comparaison des deux évaluations.


Conclusion


Les résultats de l’étude Trophée présentés dans cet article ont montré l’existence d’écarts de perception entre les points de vue du patient et du médecin concernant la sévérité et l’évolution des symptômes de l’HBP ainsi que l’observance thérapeutique. Par ailleurs, notre étude a montré que les recommandations de la HAS concernant le diagnostic de l’HBP sont insuffisamment suivies par le MG. L’étude a révélé également un niveau important de symptômes résiduels gênants malgré le traitement. Enfin, bien que le partage de la décision médicale puisse aider les MG à optimiser la prise en charge globale du patient, seul un faible nombre a pris en compte l’avis du patient lors du choix du traitement.


Déclaration d’intérêts


F. Lacoin et R.O. Fourcade sont membres du comité scientifique de l’étude Trophée et ont reçu des honoraires à ce titre. A. Slama (direction médicale) et C. Le Fur (direction des affaires économiques et gouvernementales) sont employés par GlaxoSmithKline qui commercialise le dutastéride, un médicament indiqué dans le traitement de l’HBP. F.-E. Cotté (département de pharmaco-épidémiologie) était employé par GlaxoSmithKline au moment de l’étude. E. Michel et A. Sitbon (département Medical Research) sont employés par Cegedim Strategic Data responsable de l’analyse des données.


Financements  : cette étude a été financée par le laboratoire GlaxoSmithKline.



Remerciements


Nous remercions Laure Benjamin (GlaxoSmithKline) pour son aide dans l’interprétation des données et la relecture du manuscrit.



 Niveau de preuve : 3.





Tableau 1 - Liste des instruments inclus dans l’autoquestionnaire patient.
Critère mesuré  Instrument utilisé  Items ou graduation  Scores 
Sévérité des symptômes de l’HBP  IPSS  7 items sur la fréquence des symptômes liés à l’HBP graduée de 0 (fréquence nulle) à 5 (fréquence presque quotidienne)  0–7 : symptômes légers
8–19 : symptômes modérés
20–35 : symptômes sévères 
  IPSS-Q8  8e item sur la qualité de vie en fonction des symptômes  De 0 (très satisfait) à 6 (très ennuyé) 
 
Évolution des symptômes de l’HBP
(sur les 12 derniers mois) 
EVA  Échelle graduée de −5 à +5  [−5 à −1] : symptômes aggravés
]−1 à 1[ : symptômes stabilisés
[1 à 5] : symptômes améliorés 
 
Observance au traitement  MMAS-4  Quatre items binaires (oui/non) sur le comportement lié à la prise d’un traitement médicamenteux  Quatre réponses négatives (non) signifient une bonne observance
Au moins une réponse positive (oui) signifie une faible observance 



Légende :
HBP : hypertrophie bénigne de la prostate ; IPSS : International Prostate Symptom Score ; EVA : échelle visuelle analogique ; MMAS-4 : Morisky Medication-Taking Adherence Scale 4 items.



Tableau 2 - Caractéristiques de la population de l’étude et modalités de diagnostic et de suivi fréquemment utilisées par le médecin.
  Total des patients inclus
n =1098 
Caractéristiques des patients    
Âge (moyenne±ETans)  71,7±8,9 
Âge (médiane [min–max], ans)  72 [50–101] 
Diagnostic de l’HBP réalisé par le   
Médecin généraliste, n (%)  959 (87,3) 
Urologue, n (%)  136 (12,4) 
Ancienneté du diagnostic (moyenne±ETans)  6,2±5,1 
Âge au moment du diagnostic (moyenne±ETans)  65,5±8,2 
Antécédent de rétention aiguë d’urine, n (%)  48 (4,4) 
Comorbidités métaboliques   
Hypertension artérielle, n (%)  676 (61,6) 
Diabète de type II, n (%)  184 (16,8) 
Dyslipidémie, n (%)  489 (44,5) 
Obésité (≥30kg/m2), n (%)  200 (18,2) 
 
Modalités de diagnostic    
Interrogatoire, n (%)  886 (80,7) 
Toucher rectal, n (%)  722 (65,8) 
Score symptomatique, n (%)  40 (3,6) 
Échographie, n (%)  614 (55,9) 
PSA, n (%)  635 (57,8) 
Analyse des urines   
Bandelette urinaire, n (%)  11 (1,0) 
ECBU, n (%)  56 (5,1) 
Créatininémie, n (%)  69 (6,3) 
 
Suivi de l’HBP    
Interrogatoire, n (%)  480 (43,7) 
Toucher rectal, n (%)  172 (15,7) 
Score symptomatique, n (%)  23 (2,1) 
Échographie, n (%)  198 (18,0) 
PSA, n (%)  124 (11,3) 



Légende :
HBP : hypertrophie bénigne de la prostate ; ET : écart-type ; PSA : antigène spécifique de prostate.



Tableau 3 - Scores International Prostate Symptom Score (IPSS) en fonction de l’ancienneté du traitement.
Scores  Total des patients
n =718 
Traitement stable
n =434 
Traitement récent
n =151 
Traitement modifié
n =133 
p  
IPSS            
Légère (≤7)  251 (38,0 %)  174 (44,1 %)  48 (34,5 %)  29 (23,0 %)   
Modérée (8–19)  344 (52,1 %)  193 (48,9 %)  77 (55,4 %)  74 (58,7 %)  <0,001a 
Sévère (20–35)  65 (9,8 %)  28 (7,1 %)  14 (10,1 %)  23 (18,3 %)   
 
Données manquantes  58  39  12   
 
IPSS-Q8            
Satisfaisante (<3)  399 (57,7 %)  269 (64,4 %)  75 (51,7 %)  55 (43,0 %)  <0,001a 
Amoindrie (≥3)  292 (42,3 %)  149 (35,6 %)  70 (48,3 %)  73 (57,0 %)   
 
Données manquantes  27  16   



[a] 
Test χ2 de Pearson significatif ; valeur de p 0,05.


Tableau 4 - Différences entre le point de vue du médecin généraliste (MG) (échelle de Likert) et celui du patient (score International Prostate Symptom Score [IPSS]) par rapport au stade de sévérité des symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).
  Appréciation des symptômes de l’HBP selon le médecin 
  Légers  Modérés  Sévères  Total 
Appréciation des symptômes de l’HBP selon le patient          
Légers  97  150  251 
Modérés  76  249  19  344 
Sévères  49  10  65 
 
Total   179  448  33  660 



Légende :
Test de Kappa non pondéré observé : κ=0,144 ; HBP : hypertrophie bénigne de la prostate.



Tableau 5 - Évaluation de l’évolution des symptômes par le patient et par le médecin généraliste (MG).
Évolution des symptômes  Selon le patient
n =718 
Selon le médecin
n =718 
p  
Moyenne±ET  0,4±1,6  1,1±1,6  <0,001a 
Aggravation (≤−1)  116 (18,5 %)  63 (8,8 %)   
Stabilisation (−1 à 1)  301 (48,1 %)  280 (39,0 %)  <0,001b 
Amélioration (≥1)  209 (33,4 %)  375 (52,2 %)   
 
Données manquantes  92   



Légende :
ET : écart-type.

[a] 
Test t de Student.
[b] 
Test du χ2.


Tableau 6 - Concordance entre l’observance rapportée par les patients (Questionnaire Morisky Medication-Taking Adherence Scale 4 items [MMAS-4]) et l’observance évaluée par les médecins généralistes (MG) (échelle de Likert).
  Observance (point de vue médecin) 
  Mauvaise, plutôt mauvaise ou moyenne  Plutôt bonne ou parfaite  Total 
Observance (point de vue patient)    
Mauvaise, plutôt mauvaise ou moyenne (4 à 2 « oui »)  22 (43,1 %)a [23,4 %]b  72 (12,3 %)a [76,6 %]b  94 (14,7 %) [100 %] 
 
Plutôt bonne à parfaite
(1 à 0 « oui ») 
29 (56,9 %)a [5,3 %]b  515 (87,7 %)a [94,7 %]b  544 (85,3 %) [100 %] 
 
Total   51 (100 %) [8,0 %]  587 (100 %) [92,0 %]  638 



Légende :
Coefficient simple de Kappa=0,223 (IC 95 % : 0,121–0,325). Analyse conduite uniquement sur les questionnaires complets et pour lesquels le médecin avait également répondu (n =638). Les données sont présentées en nombre absolu de patients selon les points de vue du patient et du médecin généraliste (MG).

[a] 
Les pourcentages entre parenthèses se rapportent au total des colonnes (point de vue des médecins).
[b] 
Les pourcentages entre crochets se rapportent au total des lignes (point de vue des patients).


Références



Costa P., Ben Naoum K., Boukaram M., Wagner L., Louis J.F. Hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) : prévalence en médecine générale et attitude pratique des médecins généralistes français. Résultats d’une étude réalisée auprès de 17 953 patients Prog Urol 2004 ;  14 : 33-39
Flam T., Montauban V. Dépistage de l’hypertrophie bénigne de la prostate clinique en médecine générale : enquête sur 18 450 hommes Prog Urol 2003 ;  13 : 416-424
de la Taille A., Desgrandchamps F., Marliac S., Comet D., Lamézec L. Incidence et profil des patients avec hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) symptomatique, pour lesquels les urologues instaurent une bithérapie Prog Urol-FMC 2009 ;  19 : F19-F22 [inter-ref]
Descazeaud A., Robert G., Delongchamps N.B., Cornu J.N., Saussine C., Haillot O., et al. Bilan initial et suivi de l’hyperplasie bénigne de prostate : revue de litterature du CTMH de l’AFU Prog Urol 2012 ;  22 : 1-6 [inter-ref]
Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé. Recommandations pour la pratique clinique. Prise en charge diagnostique et thérapeutique de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Mars 2003 : Disponible à : www.has-sante.fr/.
Madersbacher S., Alivizatos G., Nordling J., Sanz C.R., Emberton M., de la Rosette J.J. EAU 2004 guidelines on assessment, therapy and follow-up of men with lower urinary tract symptoms suggestive of benign prostatic obstruction (BPH guidelines) Eur Urol 2004 ;  46 : 547-554 [cross-ref]
McVary K.T., Roehrborn C.G., Avins A.L., Barry M.J., Bruskewitz R.C., Donnell R.F., et al. Update on AUA guideline on the management of benign prostatic hyperplasia J Urol 2011 ;  185 : 1793-1803 [cross-ref]
Chatelain C.D.L., Foo K.T., Khoury S., Mc Connell J., Abrams P., et al. 5th International consultation on BPH, evaluation and treatment of lower urinary tract symptoms (LUTS) in older men, June 25–28, 2000  Paris: Health Publications Ltd. (2001). 
Lukacs B. Management of symptomatic BPH in France: who is treated and how? Eur Urol 1999 ;  36 (Suppl. 3) : 14-20 [cross-ref]
Cornu J.N., Merlière Y., Vicaut E., Fournier A., Hodée C., Aout M., et al. Management of benign prostatic hyperplasia in current clinical practice: lessons learned from a comprehensive nation-wide, 2 million patients survey J Urol 2011 ;  185 (Suppl) : e693-e694
Emberton M., Marberger M., de la Rosette J. Understanding patient and physician perceptions of benign prostatic hyperplasia in Europe: the prostate research on behaviour and education (PROBE) survey Int J Clin Pract 2008 ;  62 : 18-26
Hong S.J., Rayford W., Valiquette L., Emberton M. The importance of patient perception in the clinical assessment of benign prostatic hyperplasia and its management BJU Int 2005 ;  95 : 15-19 [cross-ref]
Robert G., Descazeaud A., Delongchamps N.B., Cornu J.N., Azzouzi A.R., Haillot O., et al. Traitement médical de l’hyperplasie bénigne de la prostate : revue de littérature par le CTMH/AFU Prog Urol 2012 ;  22 : 7-12 [cross-ref]
Fourcade R.O., Lacoin F., Roupret M., Slama A., Le Fur C., Michel E., et al. Outcomes and general health-related quality of life among patients medically treated in general daily practice for lower urinary tract symptoms due to benign prostatic hyperplasia World J Urol 2011 ;  30 : 419-426
de la Rosette J.J., Alivizatos G., Madersbacher S., Perachino M., Thomas D., Desgrandchamps F., et al. EAU Guidelines on benign prostatic hyperplasia (BPH) Eur Urol 2001 ;  40 : 256-263 [cross-ref]
Sagnier P.P., Richard F., Botto H., Teillac P., Dreyfus J.P., Boyle P. Adaptation et validation en langue française du score international des symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate Prog Urol 1994 ;  4 : 532-538
Morisky D., Ang A., Krousel-Wood M., Ward H. Predictive validity of a medication adherence measure for hypertension control J Clin Hypertens 2008 ;  10 : 348-354 [cross-ref]
Pupca G., Patard J.J., Ziade J., Guiraud P., Lobel B., Guille F. Les scores symptomes : que decrivent-ils exactement ? Prog Urol 2000 ;  10 : 561-567
Verhamme K.M., Dieleman J.P., Bleumink G.S., Bosch J.L., Stricker B.H., Sturkenboom M.C. Treatment strategies, patterns of drug use and treatment discontinuation in men with LUTS suggestive of benign prostatic hyperplasia: the Triumph project Eur Urol 2003 ;  44 : 539-545 [cross-ref]


 
Décédé.




© 2012 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.