Optimisation de la séquence d’administration des checkpoints immunitaires PD-L1 à la radiothérapie pour cancer de la vessie

05 novembre 2020

Auteurs : G. Marcq, C. Tholomier, S. Shinde-Jadha, M. Ayoub, J. Huang, R. Kool, R. Skowronski, F. Brimo, J. Mansure, W. Kassouf
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 715
Objectifs

De nouvelles stratégies de préservation de la vessie sont nécessaires pour le cancer de vessie infiltrant le muscle (TVIM). La thérapie combinée des « checkpoints » immunitaires (anti-PD-L1) et de la radiothérapie a montré des effets antitumoraux synergiques dans des études précliniques. L’objectif de notre étude était d’évaluer si la séquence d’administration de cette thérapie combinée a un impact sur la réponse antitumorale.

Méthodes

Nous avons développé un modèle murin de TVIM syngénique in vivo où des cellules cancéreuses de vessie murine (MB49) ont été injectées par voie sous-cutanée dans le flanc droit de souris C57BL/6. Les souris ont ensuite été randomisées selon les traitements suivants : contrôle, anti-PD-L1 seul, radiothérapie seule (XRT) composée de 2 fractions de 6,25Gy, anti-PD-L1 concomitant avec XRT, anti-PD-L1 néoadjuvant suivi de XRT, ou XRT suivi d’une thérapie adjuvante anti-PD-L1. La croissance tumorale, la survie et le taux de répondeurs ont été analysés par ANOVA, Kaplan–Meier ou Chi2 respectivement.

Résultats

Au total, 60 souris ont été randomisées. On retrouvait une différence statistiquement significative du taux de croissance tumorale entre les bras de traitement (p =0,029). Le moment de l’administration de l’immunothérapie (néoadjuvante, concomitante ou adjuvante) n’a modifié ni la croissance tumorale ni la survie (p >0,05). Le taux de répondeurs était également similaire dans chaque bras de traitement combiné (p >0,05) (Fig. 1, Fig. 2).

Conclusion

La combinaison de l’immunothérapie anti-PD-L1 et de la radiothérapie offre des réponses antitumorales optimales. Le timing d’administration de l’immunothérapie (néoadjuvant, concomitant ou adjuvant) ne semble pas affecter les résultats. La question de leur profil de toxicité respectif reste à analyser.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Croissance tumorale fonction du temps entre les bras témoin, XRT (radiothérapie) seule, anti-PD-L1 seul et thérapie combinée (anti-PD-L1 et XRT simultanés).




Fig. 2
Fig. 2. 

Croissance et survie tumorales entre les bras combinés : anti-PD-L1 et XRT concomitants (radiothérapie), anti-PD-L1 néoadjuvant avec XRT et anti-PD-L1 et XRT adjuvant avec XRT.





Déclaration de liens d'intérêts


Bourse de Mobilité - Université de Lille.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.