L’hyperactivité détrusorienne et les troubles de la compliance préopératoires sont-ils des facteurs d’échec de sphincter urinaire artificiel chez l’homme?

25 novembre 2019

Auteurs : I. Bentellis, M. El-Akri, J. Hascoet, Q. Alimi, R. Mathieu, S. Vincendeau, J. Kerdraon, C. Voiry, A. Manunta, B. Peyronnet
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 739
Objectifs

L’objectif principal de cette étude était de comparer les taux de continence entre les patients ayant ou non un trouble de la compliance préopératoire et/ou une hyperactivité détrusorienne (HAD).

Méthodes

Les dossiers des patients de sexe masculin ayant eu l’implantation d’un SAU entre 2008 et 2018 dans un centre universitaire ont été revus rétrospectivement. Les patients n’ayant pas eu de bilan urodynamique préopératoire et ceux ayant une incontinence d’effort d’origine neurogène étaient exclus. Le trouble de la compliance était défini, conformément à la terminologie de l’International Continence Society, comme une compliance<20mL/cmH2O. Le critère de jugement principal était la continence sociale à 3 mois (0 à 1 protection/jour). Les critères secondaires étaient la prise de traitements pour HAV postopératoire, ainsi que les taux de résolution de troubles de la compliance et HAD en postopératoire.

Résultats

Quatre-vingt-dix-sept patients étaient éligibles pour inclusion. Il y avait 73,8 % de patients continents à 3 mois. L’HAD préopératoire n’était pas significativement liée à la continence à 3 mois (80,9 % vs. 73,7 % p =0,78), ni à une HAV traitée en postopératoire (24 % vs. 30 % p =1). Le trouble de la compliance n’était pas non plus lié à la continence postopératoire (80 % vs. 76,2 % p =1) ni au traitement postopératoire d’une HAV (31,6 % vs. 25 % p =1). Les facteurs associés à la continence postopératoire étaient le taux d’urgenturies préopératoires (60 % vs. 22 % p =0,03), la quantité de pertes au Pad Test (986mL vs. 588mL p =0,03) ainsi que la capacité cystomanométrique préopératoire (333mL vs. 430mL p =0,03). Parmi les patients avec une HAD préopératoire ayant eu un bilan urodynamique postopératoire, 25 % avaient une disparition de l’HAD.

Conclusion

Le trouble de la compliance et l’hyperactivité détrusorienne préopératoires ne semblent pas être associée aux résultats fonctionnels post-implantation d’un SAU chez l’homme, ni à l’existence de symptômes d’HAV postopératoire.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.