Le score PCA3 et l'IRM prostatique permettent-ils de sélectionner les patients candidats a une première série de biopsies prostatiques ?

25 février 2013

Auteurs : M. Vinet, V. Vlaeminck-Guillem, O. Rouvière, P. Perrin, P. Paparel, M. Devonec, E. Adam, P.E. Briant, A. Ruffion
Référence : Prog Urol, 2013, 2, 23, 121-127




 



Actuellement, la méthode de référence du diagnostic individuel précoce du cancer de prostate reste basée sur le dosage du Prostate Specific Antigen (PSA) et sur le toucher rectal. Le PSA manque essentiellement de spécificité : le nombre de faux positifs est tel que pour un PSA entre 4 et 10ng/mL, la littérature rapporte seulement 24 à 37 % de biopsies positives [1]. De la même façon, ce manque de spécificité pose problème chez les patients avec PSA élevé persistant et biopsies prostatiques (PBP) négatives.


Il est donc intéressant de rechercher de nouveaux outils diagnostiques permettant de distinguer les patients qui ont un cancer de ceux qui n’en ont pas.


Le gène PCA3  est le plus prometteur des nouveaux marqueurs utilisés pour le diagnostic du cancer de prostate. Il génère des ARN non codants (ARNnc PCA3) dont l’expression dans le cancer de prostate est 66 à 100 fois plus importante que dans le tissu prostatique normal [2] et 140 fois plus forte que dans l’hypertrophie bénigne de prostate [3]. L’utilisation du PCA3 après une première série de biopsie, pour décider de l’opportunité de nouvelles séries de biopsies, semblait utile [4].


La combinaison de différentes séquences IRM (T2, diffusion, dynamique) dite IRM multiparamétrique (IRM MP) a été proposée pour localiser les foyers de cancer de prostate de façon précise [5, 6, 7]. L’IRM MP a également été utilisée pour améliorer la détection de zones suspectes de cancer et pourrait, en guidant les biopsies, améliorer « leur rentabilité diagnostique » [8, 9].


L’objectif de notre étude exploratoire était de déterminer l’intérêt potentiel de l’utilisation conjointe du score PCA3 et de l’IRM prostatique pour améliorer la sélection des patients candidats à une première série de biopsies de prostate.


Patients et méthodes


Entre mai 2009 et octobre 2011, 69 patients avec une indication de première biopsie prostatique pour un PSA supérieur à 4ng/mL et/ou un toucher rectal suspect ont été prospectivement inclus dans les deux services d’urologie des hospices civils de Lyon. Tous les patients ont eu une IRM prostatique et un dosage du PCA3 urinaire avant la réalisation de biopsies prostatiques échoguidées. L’étude a été approuvée par le CPP et un consentement éclairé a été obtenu auprès de chaque patient.


PCA3


Les urines du premier jet étaient collectées après la réalisation d’un toucher rectal appuyé standardisé [10]. Les échantillons d’urines ont été conditionnés et testés afin de quantifier la concentration d’ARN PCA3 et d’ARNm PSA dans les urines.


Le score PCA3 se mesure à partir d’un prélèvement urinaire et se définit comme :
ARN PCA3/ARN PSA×1000


Tous les échantillons urinaires du centre hospitalier Lyon Sud et de l’hôpital É.-Herriot ont été prélevés selon les mêmes modalités et acheminés vers un centre d’analyse unique situé aux Hospices civils de Lyon (unité médicale d’oncologie moléculaire et transfert – service de biochimie – biologie moléculaire Sud, centre hospitalier Lyon Sud). L’ensemble des dosages biologiques a été effectué sous la responsabilité d’un seul biologiste, en utilisant le kit commercial Progensa™ PCA3 assay contenant les tubes de recueil et les réactifs de dosage (Gen-Probe Inc., San Diego, CA, États-Unis).


IRM


Toutes les IRM ont été réalisées avant les biopsies dans le service de radiologie urinaire et vasculaire de l’hôpital É.-Herriot selon un protocole standardisé. De mai 2009 à mars 2010 (35 patients), les IRM ont été effectuées sur un système 1.5T (Symphony, Siemens, Erlangen, Allemagne), en utilisant des antennes pelviennes externes. Elles incluaient une imagerie pondérée en T2 (coupes axiales et sagittales), une imagerie de diffusion (coupes axiales) et une séquence dynamique après injection de gadolinium (coupes axiales, résolution temporelle de 15secondes). De mars 2010 à octobre 2011 (34 patients), les IRM ont été effectuées sur un système 3T (MR 750, GE, Milwaukee, États-Unis). Elles ont comporté les mêmes séquences, la résolution de la séquence dynamique étant de sept secondes.


Toutes les IRM ont été relues par un seul opérateur senior avec 15ans d’expérience en imagerie prostatique.


Sur les images en T2, tout nodule en hyposignal dans la zone périphérique a été considéré comme suspect. Dans la zone de transition, seules les plages en hyposignal homogène, à contours flous et sans capsule périphérique étaient considérées comme suspectes [11].


Les images de diffusion étaient utilisées pour calculer des cartes déterminant le coefficient apparent de diffusion (cartes ADC). Tout nodule de la zone périphérique apparaissant en hyposignal sur les cartes ADC (restriction de la diffusion) était considéré suspect. Dans la zone de transition, seuls les nodules en hyposignal sur la carte ADC et ayant un aspect suspect en T2 étaient retenus comme suspects.


Pour l’analyse des images, la prostate était divisée en 27 secteurs et la localisation des zones suspectes était reportée sur un schéma standardisé, comme cela a récemment été recommandé [12]. La taille des cibles était précisée sous la forme d’une mesure du plus grand axe.


Enfin, un score subjectif de suspicion, basé sur une échelle de Likert à cinq stades (0 : formellement bénin ; 1 : probablement bénin ; 2 : indéterminé ; 3 : probablement malin ; 4 : formellement malin) a été utilisé pour résumer les constatations IRM selon les recommandations récentes [12, 13]. Toutes les zones strictement normales sur les trois séquences ont reçu un score de 0. Les zones anormales mentionnées sur le schéma standardisé ont reçu un score d’au moins 1.


Biopsies prostatiques transrectales échoguidées


Les biopsies ont été réalisées dans le service d’urologie du centre hospitalier Lyon Sud ou dans le service de radiologie urinaire et vasculaire de l’hôpital É.-Herriot, selon le lieu d’inclusion du patient. Toutes les biopsies ont été obtenues par guidage échographique endorectal. Les prélèvements ont été effectués en utilisant un pistolet à biopsie après une anesthésie locale. Au moins 12 biopsies systématiques de la zone périphérique ont été réalisées pour tous les patients (en latéral et en paramédian, à l’apex, milieu de glande et base, de chaque côté).


Lorsqu’un nodule suspect était signalé à l’IRM, l’opérateur était libre soit de rajouter une à deux carottes sur ce nodule soit de considérer que ce nodule était déjà biopsié dans les biopsies systématiques. Pour les biopsies supplémentaires, l’opérateur se reportait à la grille de lecture qui localisait les cibles. Les biopsies supplémentaires ont été réalisées avec un repérage visuel simple entre les images IRM et les images obtenues en échographie. Ce repérage utilisait des points de repères anatomiques comme la forme de la prostate, la position par rapport à l’apex ou au veru montanum.


Analyse anatomopathologique


Pour chaque patient, l’examen histopathologique des prélèvements a été réalisé dans le centre où s’était déroulée la procédure, le service d’anatomopathologie de l’hôpital É.-Herriot ou du centre hospitalier Lyon Sud.


Pour tous les échantillons, la taille de chaque biopsie, la présence de capsule, la présence de cancer, la taille du cancer ainsi que les grades histologiques de Gleason ont été recueillis.


Analyses statistiques


Les capacités du score PCA3 et de l’IRM à prédire le résultat des biopsies ont été évaluées en termes de sensibilité, spécificité, VPP, VPN et analyse ROC en les comparant avec le résultat histologique des biopsies.


Les échantillons urinaires ayant moins de 10000 copies d’ARNm de PSA/mL ont été considérés comme non informatifs. Le score PCA3 n’a pas été calculé et les patients ont été exclus de l’analyse.


La valeur seuil de score PCA3 à 35 a été défini dans la littérature comme ayant les meilleures performances diagnostiques [4, 14].


Les IRM ont été retenues comme positives lorsqu’elles signalaient au moins une anomalie de score global de suspicion supérieur ou égal à 3.


Résultats


Population


Soixante-neuf patients ont été inclus, un seul échantillon urinaire n’était pas interprétable ce qui correspond à un taux d’informativité de 99,5 %. Le patient avec échantillon non informatif a été exclu du reste de l’analyse, il avait bénéficié d’une IRM 3T qui était négative et les biopsies étaient également négatives. La population est décrite dans le Tableau 1.


Trente-quatre cancers de prostate ont été diagnostiqués sur 68 patients et donc le taux de biopsie positive était de 50 %. Le PSA médian de la population était de 5,2 (3,2–28).


Score PCA3


Le score PCA3 médian était de 23,5 dans le groupe biopsie négative et de 50,5 dans le groupe biopsie positive (p <0,05) (Figure 1). L’aire sous la courbe ROC du score PCA3 était de 0,699 (Figure 2). La valeur seuil de 35 avait une sensibilité et une spécificité de 61,8 % et 58,8 %. Dans notre série, la valeur seuil de 21 était le meilleur compromis diagnostique associant une sensibilité de 91 % et une spécificité de 50 % (Tableau 2). En dessous de cette valeur seuil le taux de biopsie positive était de 15 % contre 64,6 % pour un score PCA3 supérieur à 21 (Figure 3).


Figure 1
Figure 1. 

Score PCA3 médian et moyen dans les groupes biopsies négatives et biopsies positives.




Figure 2
Figure 2. 

Courbe ROC du score PCA3 – l’aire sous la courbe est de 0,699.




Figure 3
Figure 3. 

Taux de biopsies positives en fonction du seuil de score PCA3 à 21.




Vingt patients avaient un PCA3 inférieur ou égal à 21 dont trois avec des biopsies positives (2 score de Gleason 6 sur 1 et 0,5mm et 1 score 3+4 sur 2mm).


Quarante-huit patients avaient un PCA supérieur à 21, 31 avaient un cancer de prostate (18 scores de Gleason 6, 6 scores 3+4, 5 score 4+3 et 2 scores de Gleason 8).


IRM prostatique


Trente-deux patients avaient une IRM négative dont 11 avaient un cancer de prostate (9 avec un score de Gleason 6 et 2 avec un score de Gleason à 7).


Trente-six avaient une IRM positive et 23 avaient un cancer de prostate (11 scores de Gleason 6, 5 scores 3+4, 5 scores 4+3 et 2 scores de Gleason 8).


La VPN des scores IRM 0, 1 et 2 était de 80 %, 43 % et 69 %.


La VPP des scores IRM de 3 et 4 était respectivement de 50 % et 81 % (Tableau 3).


L’aire sous la courbe ROC de l’IRM MP était de 0,701 (Figure 4).


Figure 4
Figure 4. 

Courbes ROC du score PCA3 (AUC 0,99) et de l’IRM (AUC 0,701).




Score PCA3 et IRM multiparamétrique


La répartition des patients en fonction du score IRM et de la valeur seuil du PCA3 de 21 est décrite dans le Tableau 3.


Les courbes ROC pour l’IRM (0,71) et le PCA3 (0,699) se chevauchaient (Figure 4).


Un seul des patients avec des biopsies positives (0,5mm de Gleason 3+3) avait à la fois une IRM négative et un PCA3<21.


Parmi les patients avec un score PCA3 inférieur à 35, trois patients avaient des biopsies positives avec un score de Gleason à 6 et deux une IRM positive.


Discussion


Depuis l’avènement du PSA sérique, le dépistage du cancer de prostate a évolué vers la détection de tumeurs infracliniques. Une augmentation importante du nombre de biopsies de prostate a été observé et donc proportionnellement des biopsies négatives, compte tenu du taux de faux positifs du PSA [1]. De façon parallèle, le taux de réhospitalisation pour complication septique des biopsies était également en augmentation [15].


Plusieurs études mettaient en évidence l’intérêt du PCA3 pour guider la décision de première biopsie [14] ou de rebiopsies [16, 17]. Cette étude a évalué le score PCA3, l’IRM prostatique et leur association pour la sélection des patients candidats à une première série de biopsies de prostate.


Dans cette série, le score PCA3 moyen était plus élevé dans le groupe des biopsies positives par rapport au groupe des biopsies négatives.


Dans l’étude de Deras et al., l’AUC du score PCA3 pour prédire le résultats des biopsies initiales était à 0,703 ce qui était comparable aux résultats obtenus dans notre série et à ceux de l’étude de de la Taille (0,761) [14].


Par comparaison avec les études sur le PCA3 et les rebiopsies [17], notre étude suggère que le PCA3 peut être utile pour guider la décision de première biopsie. De plus, les performances diagnostiques du PCA3 ne sont pas modifiées par l’âge, le volume prostatique ou le PSA [14, 17].


Un seuil plus bas, spécifique des patients adressés pour première biopsie a été proposé. On ne peut cependant exclure une influence de l’échantillonnage puisque l’analyse exhaustive des performances du test PCA3 sur une population de 527 patients adressés consécutivement dans notre centre pour première biopsie a confirmé le bon compromis établi par le seuil à 35 : sensibilité à 62 % et spécificité à 69 % (communication orale AFU 2012).


L’IRM MP prébiopsie, associée à une grille de lecture spécifique, avait des performances diagnostiques quasi-identiques au score PCA3. L’IRM apportait un bénéfice diagnostique pour les scores extrêmes (0 : VPN=0,80 ; 4 : VPP=0,81), qui, respectivement, ne concernaient cependant que 14 % et 23 % des patients.


Nous avons utilisé une antenne de surface en réseau-phasé. Puech et al. ont comparé des images T2 obtenues avec antenne endorectale seule et avec antenne externe seule chez 30 patients avant biopsies de prostate. Il n’y avait pas de différence significative entre les deux techniques, ni pour la qualité subjective des images, ni pour la détection tumorale.


L’interprétation d’un examen d’imagerie dépend du radiologue, liée à son expérience personnelle et au niveau d’activité du centre où il exerce. Dans notre étude les IRM ont été relues par un radiologue spécialisé dans la sémiologie radiologique prostatique.


En outre, l’utilisation d’un score subjectif à cinq niveaux permet de mieux stratifier le degré d’anomalie visible en IRM. Récemment la Société européenne de radiologie urogénitale (ESUR) a proposé l’utilisation d’un score d’interprétation basé sur des critères plus objectifs (Prostate Imaging, Reporting, and Data System [PI-RADS]) [13] afin de mieux standardiser l’interprétation et les compte rendu des IRMs prostatiques. Ces scores plus objectifs ne sont cependant pas encore validés. Une autre approche serait de développer des logiciels d’aide au diagnostic qui renseignent le lecteur sur le risque. de malignité d’une anomalie IRM [18]. Là encore ces approches nécessitent une validation clinique.


Dans notre série, 35 patients ont eu une IRM 1,5T et 34 une IRM 3T. Nous n’avons pas comparé les résultats de ces deux groupes. L’ESUR notait que l’IRM 3T bénéficie d’un ratio signal bruit important permettant des images de haute qualité d’acquisition rapide sans utilisation d’une antenne endorectale. Toutefois, la supériorité de l’imagerie 3T était encore discutée [19].


L’association du PCA3 à l’IRM a permis la combinaison d’un examen biologique et d’un outil morphologique. Le but de cette étude était d’éliminer les faux positifs que l’un ou l’autre des examens auraient pu mettre en évidence. Un seul patient avait à la fois une IRM négative et un score PCA3 inférieur à 21, les biopsies ne mettait en évidence que 0,5mm de Gleason 6. Donc sur cette constatation, 17 patients auraient pu ne pas avoir de biopsie tout en ne diagnostiquant pas un adénocarcinome de score de Gleason six inframillimétriques. Dans l’étude de Sciarra et al., l’utilisation de l’IRM pour ajouter des biopsies ciblées améliorait la sensibilité du PCA3 (79 % vs 68 %), mais pas la spécificité, point essentiel du diagnostic précoce du cancer de prostate. De plus, reste le problème du « guidage » des biopsies par l’IRM, la plupart des lésions restant non visibles en échographie et ne laissant comme choix qu’un repérage spatial moins précis. Le développement de solutions de fusion d’image IRM-échographie pourra dans l’avenir être une solution [20].


Cette étude est la seule se concentrant uniquement sur le sujet des biopsies de prostate initiales. Dans des études antérieures, le score PCA3 avait une meilleure spécificité en particulier au seuil de 35 (76 %) par rapport à notre série (58,8 %) ; au seuil de 20, la sensibilité était de 84 % et la spécificité de 55 % [14].


L’ensemble des IRM a été relu par un seul radiologue expérimenté avec une grille de lecture et de compte rendu standardisé apportant une rigueur certaine à tous les examens de la série. Toutefois, l’absence de système de guidage des biopsies ne permet pas d’être certain d’avoir réaliser les prélèvements au niveau des cibles repérées en IRM.


Conclusion


Cette étude a mis en évidence que l’association du score PCA3 et de l’IRM MP peut être un outil d’amélioration des indications des biopsies de prostate. Il faudrait étudier les performances de ces deux examens et de leur association quant au caractère d’agressivité du cancer de prostate. L’évaluation de l’impact économique, c’est-à-dire calculer le rapport coût-efficacité de notre procédure, en comparant le coût des deux tests par rapport à l’économie réalisée par la diminution du nombre de biopsies inutiles et de leurs complications, serait également intéressante.


Déclaration d’intérêts


Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts.



 Niveau de preuve : 3.





Tableau 1 - Caractéristiques de la population de l’étude.
  Biopsies positives  Biopsies négatives 
Âge      
No. pts  34  34 
Médian  62  65 
Moyen±EC  63,3±7,5  63,4±7,6 
 
No.  carottes      
No. pts  34  34 
Médian  12  12 
Moyen±EC  12,9±1,25  12,9±1,69 
 
PSA      
No. pts  34  34 
Médian  5,6 
Moyen±EC  5,44±1,8  7,26±4,7 
 
TR suspect      
No. pts  34  34 
Oui  10 
Non  28  24 
 
Score PCA3      
No. pts  34  34 
Médian  23,5  52 
Moyen±EC  50,8±87,5  81,8±77,6 
 
Score de Gleason (%)      
  20 (58,8) 
  13 (38,2) 
>   2 (5,9) 



Légende :
PSA : Prostate Specific Antigen.



Tableau 2 - Sensibilité et spécificité du score PCA3 au seuil de 21, 35 et 50.
  % sensibilité  % spécificité 
Score PCA3 valeur 21  91,2  50 
Score PCA3 valeur 35  61,8  58,8 
Score PCA3 valeur 50  50  76,5 





Tableau 3 - Répartition des patients en fonction du score PCA3 au seuil de 21, du degré de suspicion IRM et du résultat des biopsies. Valeur prédictive positive (VPP) de chaque score de suspicion IRM.
Résultats biopsies  PCA3  21 
>21 
Total  VPP IRM (%) 
    Bénin  Malin  Bénin  Malin     
Degré suspicion IRM  10  20 
57 
16  31 
20  50 
13  16  81 




Références



Thompson I.M., Ankerst D.P., Chi C., Goodman P.J., Tangen C.M., Lucia M.S., et al. Assessing prostate cancer risk: results from the Prostate Cancer Prevention Trial J Natl Cancer Inst 2006 ;  98 : 529-534 [cross-ref]
Vlaeminck-Guillem V., Ruffion A., Andre J. Value of urinary PCA3 test for prostate cancer diagnosis Prog Urol 2008 ;  18 : 259-265 [inter-ref]
Landers K.A., Burger M.J., Tebay M.A., Purdie D.M., Scells B., Samaratunga H., et al. Use of multiple biomarkers for a molecular diagnosis of prostate cancer Int J Cancer 2005 ;  114 : 950-956 [cross-ref]
Deras I.L., Aubin S.M., Blase A., Day J.R., Koo S., Partin A.W., et al. PCA3: a molecular urine assay for predicting prostate biopsy outcome J Urol 2008 ;  179 : 1587-1592 [cross-ref]
Kitajima K., Kaji Y., Fukabori Y., Yoshida K., Suganuma N., Sugimura K. Prostate cancer detection with 3T MRI: comparison of diffusion-weighted imaging and dynamic contrast-enhanced MRI in combination with T2-weighted imaging J Magn Reson Imaging 2010 ;  31 : 625-631 [cross-ref]
Sciarra A., Barentsz J., Bjartell A., Eastham J., Hricak H., Panebianco V., et al. Advances in magnetic resonance imaging: how they are changing the management of prostate cancer Eur Urol 2011 ;  59 : 962-977 [cross-ref]
Girouin N., Mege-Lechevallier F., Tonina Senes A., Bissery A., Rabilloud M., Marechal J.M., et al. Prostate dynamic contrast-enhanced MRI with simple visual diagnostic criteria: is it reasonable? Eur Radiol 2007 ;  17 : 1498-1509 [cross-ref]
Cheikh A.B., Girouin N., Colombel M., Marechal J.M., Gelet A., Bissery A., et al. Evaluation of T2-weighted and dynamic contrast-enhanced MRI in localizing prostate cancer before repeat biopsy Eur Radiol 2009 ;  19 : 770-778 [cross-ref]
Hambrock T., Somford D.M., Hoeks C., Bouwense S.A., Huisman H., Yakar D., et al. Magnetic resonance imaging guided prostate biopsy in men with repeat negative biopsies and increased prostate specific antigen J Urol 2010 ;  183 : 520-527
Groskopf J., Aubin S.M., Deras I.L., Blase A., Bodrug S., Clark C., et al. APTIMA PCA3 molecular urine test: development of a method to aid in the diagnosis of prostate cancer Clin Chem 2006 ;  52 : 1089-1095 [cross-ref]
Akin O., Sala E., Moskowitz C.S., Kuroiwa K., Ishill N.M., Pucar D., et al. Transition zone prostate cancers: features, detection, localization, and staging at endorectal MR imaging Radiology 2006 ;  239 : 784-792 [cross-ref]
Dickinson L., Ahmed H.U., Allen C., Barentsz J.O., Carey B., Futterer J.J., et al. Magnetic resonance imaging for the detection, localisation, and characterisation of prostate cancer: recommendations from a European consensus meeting Eur Urol 2011 ;  59 : 477-494 [cross-ref]
Barentsz J.O., Richenberg J., Clements R., Choyke P., Verma S., Villeirs G., et al. ESUR prostate MR guidelines 2012 Eur Radiol 2012 ;  22 : 746-757 [cross-ref]
de la Taille A., Irani J., Graefen M., Chun F., de Reijke T., Kil P., et al. Clinical evaluation of the PCA3 assay in guiding initial biopsy decisions J Urol 2011 ;  185 : 2119-2125 [cross-ref]
Nam R.K., Saskin R., Lee Y., Liu Y., Law C., Klotz L.H., et al. Increasing hospital admission rates for urological complications after transrectal ultrasound guided prostate biopsy J Urol 2010 ;  183 : 963-968 [cross-ref]
Marks L.S., Fradet Y., Deras I.L., Blase A., Mathis J., Aubin S.M., et al. PCA3 molecular urine assay for prostate cancer in men undergoing repeat biopsy Urology 2007 ;  69 : 532-535 [inter-ref]
Haese A., de la Taille A., van Poppel H., Marberger M., Stenzl A., Mulders P.F., et al. Clinical utility of the PCA3 urine assay in European men scheduled for repeat biopsy Eur Urol 2008 ;  54 : 1081-1088 [cross-ref]
Niaf E., Rouviere O., Mege-Lechevallier F., Bratan F., Lartizien C. Computer-aided diagnosis of prostate cancer in the peripheral zone using multiparametric MRI Phys Med Biol 2012 ;  57 : 3833-3851 [cross-ref]
Kim C.K., Park B.K., Kim B. Diffusion-weighted MRI at 3T for the evaluation of prostate cancer AJR Am J Roentgenol 2010 ;  194 : 1461-1469 [cross-ref]
Singh A.K., Kruecker J., Xu S., Glossop N., Guion P., Ullman K., et al. Initial clinical experience with real-time transrectal ultrasonography-magnetic resonance imaging fusion-guided prostate biopsy BJU Int 2008 ;  101 : 841-845 [cross-ref]






© 2012 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.