La médecine personnalisée gagne du terrain

25 novembre 2018

Auteurs : G. Robert, A. de la Taille, A. Descazeaud
Référence : Prog Urol, 2018, 15, 28, 797-798
   
 
 

 

La prise en charge de l'obstruction prostatique bénigne et des symptômes urinaires qui en découlent est l'une des préoccupations quotidiennes des urologues depuis des décennies. La mise en perspective historique proposée par le Pr Alain Jardin illustre bien les très nombreuses tentatives réalisées par nos prédécesseurs pour éviter le décès des patients puis pour soulager leurs symptômes tout en préservant leur intégrité physique.

Grâce aux progrès réalisés, l'obstruction prostatique bénigne ne menace désormais plus que très rarement le pronostic vital des patients. Devant le caractère assez récurrent des symptômes exprimés et l'absence de risque majeur de complication, la tentation est donc de proposer une prise en charge très stéréotypée, guidée par des algorithmes, des recommandations ou parfois même uniquement par des habitudes de prescription.

Pourtant, de nombreux progrès ont été faits. Ils mettent à la disposition des praticiens, des outils diagnostics, des molécules et des interventions très diverses pouvant permettre de personnaliser la prise en charge depuis la démarche diagnostique jusqu'à l'intervention chirurgicale. Les risques vitaux et la morbidité des traitements étant minimaux, l'écoute du patient et la prise en compte de ses demandes dans le raisonnement médical doivent ainsi prendre une place plus importante que par le passé.

Dans ce rapport, nous avons souhaité insister sur la personnalisation de la prise en charge des patients qui nous semble être devenue une priorité et un enjeu pour les urologues face à une pathologie dont les conséquences se mesurent principalement en termes de qualité de vie.

 

Déclaration de liens d'intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.

   

 

 
   
   
 
 
   

 

© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.