Infections urinaires post-urétéroscopie : influence du mode d’élimination urinaire dans la population neurologique

05 novembre 2020

Auteurs : D. Sypre
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 707-708
Objectifs

Évaluer les conséquences du mode d’élimination urinaire sur le taux d’infection urinaire post-urétéroscopie au sein de la population neurologique.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique. Tous les patients neurologiques ayant eu un geste d’urétéroscopie (rigide ou souple) entre janvier 2013 et mai 2019 étaient éligibles. Les patients étaient séparés en deux groupes distincts en fonction du mode d’élimination urinaire : dérivation urinaire non-continente (DUNC) et vessie native (VN). Le critère de jugement principal était la fréquence des infections urinaires fébriles survenant dans les 3jours suivant le geste d’urétéroscopie. Les critères de jugements secondaires comprenaient la sévérité de l’infection urinaire postopératoire et la description des profils microbiologiques (ECBU) pré-, per- et postopératoires pour les deux groupes.

Résultats

Pendant la période d’inclusion, 106 procédures étaient réalisées chez 49 patients. Vingt-neuf patients avaient une DUNC et 20 patients avaient une VN. L’âge moyen était respectivement de 42,5 ans (±12,6) et de 49,8 ans (±13,2) dans les groupes DUNC et VN. Le taux d’infection urinaire postopératoire était plus élevé dans le groupe DUNC, sans que la significativité statistique ne soit atteinte (21,7 % vs 13,3 % ; p =0,26). Le taux d’infection urinaire postopératoire associée à un sepsis sévère était comparable entre les deux groupes (6 % vs 8,3 % ; p =0,35). Les données microbiologiques pré-, per- et postopératoires étaient disponibles pour 96 procédures. L’ECBU intra-pyélique peropératoire était plus souvent positif (41,9 % vs 22,6 %) dans le groupe DUNC. En revanche, parmi les ECBU positifs peropératoires, le taux de bactéries multirésistantes (BMR) était significativement plus bas dans le groupe DUNC (27,8 %, vs 81,8 % ; p =0,031) (Tableau 1, Tableau 2, Tableau 3).

Conclusion

Au sein de la population neurologique, la présence d’une DUNC semble exposer les patients à un risque plus élevé d’infection urinaire post-urétéroscopie, en lien avec un ECBU peropératoire plus souvent positif.




 




Déclaration de liens d'intérêts


L'auteur déclare ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 -







Tableau 2 -







Tableau 3 -









© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.