Incidence des caractéristiques anatomiques des tumeurs sur le taux de complications des néphrectomies partielles (NP)

25 novembre 2012

Auteurs : N. Korahanis, H. Baumert, A. Méjean, H. Lang, J. Bernard, G. Pignot, L. Zini, M. Crepel, J. Rigaud, L. Salomon, L. Bellec, C. Vaessen, M. Roupret, J. Jung, E. Mourey, X. Martin, P. Bigot, C. Bruyère, J. Berger, J. Ansieau, P. Gimel, F. Salome, J. Hubert, C. Pfister, F. Trifard, J.-J. Patard
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 827




 

Objectifs.– Évaluer l’incidence des complications du groupe de NP selon les caractéristiques anatomiques des tumeurs ainsi que sur l’état du rein controlatéral sur une série prospective de 567 NP.


Méthodes.– Analyse de sous groupe de l’observatoire NEphrectomies Partielles et pratique de l’Hémostase : Registre Observationnel National (Nephron). Le recrutement a été réalisé du 1er juin au 31 décembre 2010. Les complications péri- et postopératoires étaient collectées via un e-CRF.


Résultat.– En regroupant l’ensemble des complications médicales et chirurgicales immédiates et tardives (après la sortie de l’hôpital), il n’y avait pas de différence en terme de complications quelque soit le coté de la tumeur dans l’ensemble du groupe NP (p =0,23). Il y avait dans cette série plus de complications dans le cas de tumeur exophytique 24 % contre 15,3 % pour les non-exophytiques (p =0,02), pas de différence pour le caractère sinusale de la tumeur ni de sa position antérieure ou postérieure. On avait 27,2 %, 20,4 % et 14,9 % de complications totales respectivement pour des tumeurs polaires supérieures, moyennes ou inférieures (p =0,01). L’état du rein controlatéral était un facteur prédictif de survenu de complications avec un taux de 19,2 % ; 27,9 % et 40,7 % respectivement chez les patients présentant un rein controlatéral sain, pathologique ou absent (p =0,01). La taille moyenne des tumeurs était respectivement de 4,5cm ; 3,1cm et 3,3cm pour les NP réalisées en chirurgie ouverte, cœlioscopique ou robotique (p <0,05). Les tumeurs ont été regroupées en deux groupes : groupe 1<4cm ; groupe 24cm. Il y a 2,5 fois plus de risque d’avoir des complications tardives dans le groupe 2. Le groupe 2 avait aussi des temps d’ischémie chaude plus élevée de 20,6±9,9min contre 18,7±9,9min pour le groupe 1 (p =0,02). Enfin les temps d’ischémie chaude suivant les voies d’abords étaient de 16,6min±9,0, 25,5 min±9,4, 22,0min±9,9 respectivement chez les NP ouvertes, cœlioscopiques et robotiques.


Conclusion.– Dans cette étude prospective multicentrique, la taille tumorale4cm, la localisation polaire supérieure et l’état du rein controlatéral sont des facteurs prédictifs de complications des NP.


Type de financement .– Laboratoire Baxter.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.