Faut-il proposer une seconde résection systématique pour toutes les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle vésical à risque élevé ?

25 novembre 2015

Auteurs : A. Lipsker, Y. Hammoudi, T. Bessede, J. Patard, G. Pignot
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 761
Objectifs

Évaluer, par la pratique systématique d’une deuxième résection, le taux de tumeur résiduelle chez les patients pTa haut grade versus pT1 haut grade.

Méthodes

Entre janvier 2010 et juillet 2013, 53 patients ayant une tumeur de vessie n’infiltrant pas le muscle vésical (TVNIM) à risque élevé de récidive et de progression ont eu une re-résection systématique, selon les recommandations actuelles du CCAFU.

Résultats

Parmi les 53 patients ayant une TVNIM à risque élevé, l’examen anatomopathologique de la résection initiale a identifié : 17 lésions pTa haut grade (32,1 %) et 36 lésions pT1 haut grade (67,9 %). Il existait une différence significative entre les 2 groupes de patients (Ta haut grade versus T1 haut grade) concernant le taux de tumeur résiduelle à la seconde résection (11,8 % versus 66,7 % ; p =0,0002). Les facteurs prédictifs de tumeur résiduelle à la seconde résection étaient le stade T1 (p =0,0002), la multifocalité tumorale (p =0,02) et le Cis associé (p =0,0005).

Conclusion

Le taux élevé de tumeur résiduelle dans notre série a souligné l’intérêt d’une re-résection systématique pour les TVNIM à risque élevé. Cependant, pour les tumeurs de stade initial pTa sans Cis associé, l’intérêt de cette re-résection a semblé moindre.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.