Facteurs de risque d’éventration après transplantation ranale : étude rétrospective cas témoins bicentrique sur 230 patients

25 novembre 2015

Auteurs : E. Broggi, F. Gaudez, F. Desgrandchamps, F. Bruyere
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 764
Objectifs

Peu de données sont présentes dans la littérature médicale concernant les facteurs de risque d’éventration chez les patients transplantés rénaux. L’objectif de cette étude était d’étudier l’incidence des éventrations et de rechercher les facteurs de risque spécifiques d’éventration chez les patients transplantés rénaux.

Méthodes

Cette étude rétrospective cas témoins bicentrique a porté sur 230 patients transplantés rénaux au sein de 2 centres hospitalo-universitaires français (Tours et Saint-Louis à Paris) de 1995 à 2014, et de 2000 à 2014 respectivement. Quarante-six patients ont développé une éventration après transplantation rénale et ont été appariés à 184 témoins, à raison de 4 témoins par cas. Le critère de jugement principal était la survenue d’une éventration après greffe rénale. L’analyse statistique a consisté à réaliser une analyse univariée selon le modèle de Cox, et une régression logistique avec analyse multivariée.

Résultats

Quarante-cinq patients (1 %) ont été opérés d’une cure d’éventration après transplantation rénale parmi les 4348 patients greffés pendant cette période. Le suivi médian était de 55,5 mois. En analyse univariée, le tabagisme, la survenue d’une lymphocèle et la fermeture pariétale en un seul plan aponévrotique lors de la greffe étaient associés de façon significative à la survenue d’une éventration après transplantation rénale. L’absence de traitement, le drainage ou la marsupialisation de la lymphocèle n’influaient pas sur le risque de survenue d’éventration. Le tabagisme ancien sevré ou actif (OR=2,32, p =0,0370), une lymphocèle (OR=4,3903, p =0,0018) et la fermeture pariétale en 1 seul plan aponévrotique (OR=3,37, p =0,0088) augmentaient significativement le risque d’éventration après greffe rénale en analyse multivariée.

Conclusion

Cette étude représente la plus grande série actuelle de patients éventrés après greffe rénale. Le tabagisme ancien sevré ou actif, la survenue d’une lymphocèle et la fermeture pariétale en un seul plan aponévrotique lors de la greffe étaient des facteurs de risque indépendants d’éventration dans les suites de la transplantation rénale.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.