Facteurs de risque de récidive et de progression après traitement par HIVEC

05 novembre 2020

Auteurs : L. Doisy, A. Cimier, A. Adypagavane, J. Walz, T. Marquette, T. Maubon, S. Rybikowski, S. Fakhfakh, K. Loverde, N. Mottet, J. Irani, E. Lechevallier, D. Rossi, G. Gravis, G. Pignot
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 832
Objectifs

La thermo-chimiothérapie est une alternative thérapeutique chez les patients réfractaires ou contre-indiqués au BCG et non éligibles à la cystectomie. La thermo-chimiothérapie par HIVEC est encore peu évaluée, mais les premiers résultats semblent prometteurs, avec 60 % de survie sans récidive à 1 an. L’identification de facteurs prédictifs de réponse à l’HIVEC pourrait permettre une meilleure sélection des patients.

Méthodes

L’objectif de notre étude était d’identifier des facteurs de risque de récidive et de progression après thermo-chimiothérapie par HIVEC.

Il s’agit d’une étude rétrospective multicentrique ayant inclus 53 patients pris en charge pour une tumeur de vessie non infiltrant le muscle (TVNIM) à haut risque, en échec de BCG ou contre-indiquée au BCG, et traités par HIVEC entre juin 2016 et octobre 2019. Tous les patients étaient considérés comme non éligibles à la cystectomie ou la refusant catégoriquement.

Le traitement a consisté en 6 instillations hebdomadaires de mitomycine chauffée à 43° C grâce au dispositif HIVEC. Un suivi cystoscopique et cytologique trimestriel a été réalisé.

Résultats

Le suivi médian était de 18 mois. Le taux de survie sans récidive à 12 mois était de 60,5 % dans la population globale. La survie sans récidive était moins bonne dans le groupe de patients en échec de BCG, avec une survie sans récidive à 1 an de l’ordre de 52,2 %.

En analyse univariée, seul le grade était significativement associé au risque de récidive (p =0,028). Les tumeurs de type CIS pur avaient un taux de récidive plus important que les tumeurs papillaires (66,7 % versus 36,4 %), mais cette différence n’était pas significative (p =0,09).

Trois patients (5,7 %) ont progressé vers l’infiltration musculaire, tous du groupe EORTC à très haut risque. Le groupe EORTC était associé au risque de progression avec une tendance à la significativité (p =0,058).

Conclusion

L’HIVEC pourrait être une alternative à la cystectomie, chez les patients contre-indiqués au BCG ou chez les patients récidivants sous la forme d’un bas grade. À l’inverse, la cystectomie doit rester le traitement de référence pour les patients à très haut risque EORTC en échec de BCG, en raison du risque de progression.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.