Évolution de la présentation et de la prise en charge des angiomyolipomes rénaux. Série de 392 patients sur trois décennies

25 novembre 2013

Auteurs : I. Ouzaid, R. Eyraud, S. Campbell, D. Longo, G. Haber
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1019-1020




 



Objectifs .- La prise en charge des masses rénales a évolué avec l'avènement des approches mini-invasives. L'objectif de cette étude était de rapporter l'évolution de présentation clinique et l'évolution la prise en charge des angiomyolipomes (AML) du rein sur trois décennies.


Méthodes .- Entre 1980 et 2012, les dossiers de 392 patients qui ont été traités dans notre institution pour des masses rénales avec un diagnostic final d'AML ont été revus. Les symptômes au diagnostic, les caractéristiques radiologiques des AML (typique, contenant de la graisse ; solide ou kystique) et les différents traitements offerts aux patients ont été collectés et comparés. Par ailleurs, l'impact de la taille (seuil de 4cm) sur la prise en charge a été également évalué.


Résultats .- L'âge moyen de la cohorte était de 61,7±16,9ans. Le sex-ratio était de 3 femmes pour 1 homme. Sur l'ensemble, 75,2 % étaient asymptomatiques. De tous les patients symptomatiques (24,8 %), l'hématurie, la douleur lombaire, l'hémorragie rétro-péritonéales étaient respectivement le motif de consultation dans 11,2 %, 9 % et 1,5 % des cas. La taille des masses rénales au diagnostic a significativement diminué sur la durée de l'étude (p <0,001). Par exemple, la taille moyenne était de 6,6±5,1cm en 2000 et de 2,9±2,8cm en 2012. Sur l'ensemble des patients, 277 (70,5 %) étaient traités activement et 115 (29,5 %) étaient surveillés. La néphrectomie partielle (ouverte, laparoscopique ou robotique) était le traitement de choix dans 49 %. L'évolution des traitements était en faveur de la préservation néphrotique (Figure 1). Lorsque les patients étaient répartis en fonction de la taille tumorale, les patients avec des tumeurs≥4cm, étaient plus jeunes avec des tumeurs avec un compartiment graisseux visible en imagerie et avaient plus de change d'être traités activement.


Figure 1
Figure 1. 

Évolution des différents traitements. L'analyse de la variance (Anova) a montré une évolution significative (p <0,001) vers les traitements mini-invasifs (surveillance, angio-embolisation). Les lignes vertes représentent les moyennes. NPO : néphrectomie partielle ouverte ; NRC/NRR : néphrectomie radicale cœlio/robot ; NRO : néphrectomie radicale ouverte ; NPC/NPR : néphrectomie partielle cœlio/robot.




Conclusion .- De même que l'ensemble des masses rénales, la taille des AML nouvellement diagnostiqués sont de plus en plus de petite taille. Cette étude a mis en évidence les tendances de la prise en charge des AML vers des options mini-invasives telles que l'angio-embolisation et la surveillance active favorisant la préservation néphrotique.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.