Comparaison du changement de toxine et de la réinjection de la même toxine chez les patients en échec d’injections de toxine botulique pour hyperactivité détrusorienne neurogène

25 novembre 2015

Auteurs : B. Peyronnet, E. Castel-lacanal, A. Manunta, M. Roumiguié, P. Marque, P. Rischmann, X. Gamé
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 736-737
Objectifs

Les injections intra-détrusoriennes de toxine botulique sont recommandées en cas d’hyperactivité détrusorienne neurogène (HAD-N) résistante aux anticholinergiques. Cependant, des taux d’échec de toxine botulique allant jusqu’à 32 % ont été rapportés chez ces patients. L’objectif de ce travail était de comparer l’efficacité de la réinjection de la même toxine à celle du switch de toxine chez les patients en échec d’une première injection détrusorienne.

Méthodes

Une étude monocentrique rétrospective a été mené incluant tous les patients ayant reçu une injection intra-détrusorienne de toxine botulique A (onabotulinum toxine A ou abobotulinum toxine A) pour HAD-N entre 2004 et 2014. Le succès de l’injection de toxine était défini comme une disparition des urgenturies, de l’incontinence urinaire et de l’hyperactivité détrusorienne et un nombre d’autosondages<8/jour. Les patients en échec d’une première injection de toxine botulique étaient pris en charge soit par une réinjection de la même toxine à la même dose soit par une réinjection d’une autre toxine (abobotulinum toxine en cas d’injection précédente d’abobotulinum toxine et vice-versa).

Résultats

Cinquante-huit patients ont été inclus dans l’analyse finale. Un changement de toxine botulique a été effectué chez 29 patients et les 29 autres patients ont eu une réinjection de la même toxine. Le taux de succès était plus élevé chez les patients traités par un switch de toxine par rapport à ceux traités par une réinjection de la même toxine (51,7 % vs 24,1 % ; p =0,03). Les patients chez qui l’abobotulinum toxine était remplacée par l’onabotulinum toxine et ceux chez qui l’onabotulinum toxine était remplacée par l’abobotulinum toxine avaientt des taux de succès similaire (52,9 % vs. 50 % ; p =0,88).

Conclusion

Chez les patients en échec d’une injection de toxine botulique, le changement de toxine botulique était plus efficace qu’une deuxième injection de la même toxine à la même dose. Le remplacement de l’onabotulinum toxine A par l’abobotulinum toxine A était aussi efficace que le cas contraire.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.