Comparaison des voies cœlioscopiques transpéritonéales et rétropéritonéales pour la surrénalectomie pour métastase : une étude multicentrique

25 novembre 2019

Auteurs : A. Goujon, N. Schoentgen, R. Betari, A. Gryn, V. Vanalderwerelt, S. Oumakhlouf, M. Thoulouzan, N. Brichart, B. Pradere, M. Soulie, G. Fournier, F. Saint, K. Bensalh, F. Bruyere, V. Joulin, F. Nouhaud, E. Huyghe, A. Manunta, B. Peyronnet
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 650-651
Objectifs

La voie cœlioscopique pour les surrénalectomies pour suspicion de métastase reste controversée. Aucune étude n’a à ce jour chercher à comparer les voies d’abord cœlioscopique transpéritonéale et rétropéritonéale dans cette indication. L’objectif de cette étude était de comparer les résultats des voies cœlioscopiques transpéritonéale (transP) et rétropéritonéale (rétroP) pour la surrénalectomie pour métastase.

Méthodes

Tous les patients ayant eu surrénalectomies pour métastase surrénalienne, quel que soit le primitif, réalisées dans 7 centres entre 2006 et 2016 ont été inclus dans une étude rétrospective. Les surrénalectomies réalisées lors d’une néphrectomie homolatérale ont été exclues. Les Résultats périopératoires des surrénalectomies trransP et rétroP ont été comparés. La survies sans récidive (SSR) ont été estimées par la méthode de Kaplan – Meier et comparées par le test de Log-Rank.

Résultats

Quatre-vingt-treize patients ont été inclus : 76 transP et 17 rétroP. La taille tumorale moyenne était comparable dans les deux groupes (35,6 vs. 51,9mm ; p =0,49). Il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les deux groupes en termes de durée opératoire (175,5 vs. 177,8min ; p =0,87), de durée d’hospitalisation (4,8 vs. 4,3jours ; p =0,89) de complications postopératoires (18,1 % vs. 29,4 % ; p =0,32) et de taux de marges positives (22,5 % vs. 18,8 % ; p =0,74). Les taux de complications majeures (Clavien 3 ou plus) étaient également similaires dans les deux groupes (6,1 % s. 11,7 % ; p =0,60). Après un suivi moyen de 26,4 et 21,1 mois (p =0,75), les taux estimés de SSR à 5 ans étaient de 25,6 % et 13,8 % respectivement (p =0,52 ; Fig. 1).

Conclusion

Dans cette étude multicentrique les résultats périopératoires et oncologiques des voies transP et rétroP étaient similaires. Des études de plus large effectif, et idéalement prospectives randomisées, seront nécessaires pour confirmer l’équivalence de ces deux techniques.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Survie sans récidive estimée en fonction de la voie d'abord.





Déclaration de liens d'intérêts


ANSM - programme de recherche de la plateforme d'épidémiologie PEPS.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.