Classification endoscopique modifiée des lésions urétérales dues aux gaines d’accès urétéral 10/12-Fr (GLCS-PETRA) et suivi à moyen terme

25 novembre 2017

Auteurs : S. Doizi, S. Hamri Al-Qahtani, A. Alasker, E. Sener, O. Traxer
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 765-766
Objectifs

L’utilisation des gaines d’accès urétéral lors d’une urétéroscopie souple reste débattue. L’incidence des lésions urétérales a été rapportée comme élevée en cas d’utilisation de gaines 12/14-Fr. Nous rapportons dans cette étude une nouvelle classification des lésions urétérales dues à l’utilisation de gaine d’accès urétéral 10/12-Fr ainsi que les résultats du suivi à moyen terme.

Méthodes Au total, 182 urétéroscopies souples ont été incluses prospectivement dans cette étude. Ces dernières ont été réalisées pour le traitement de calculs rénaux entre novembre 2014 et novembre 2016. Des gaines d’accès urétéral 10/12-Fr ont été utilisées à chaque fois.

Une évaluation endoscopique modifiée des lésions urétérales (GLCS-PETRA) a été réalisée à la fin de chaque intervention au moment du retrait de l’endoscope, celle-ci se basant sur :

– le grade de la lésion suivant la classification endoscopique décrite par Traxer et al. ;

– la longueur de la lésion : 5mm ;

– la circonférence de la lésion : 50 % ;

– la localisation de la lésion : uretère lombaire, iliaque et pelvien.

Le suivi échographique était à 3 et 12 mois suivant l’ablation de la sonde JJ.

Résultats

Trente lésions urétérales ont été observées dans 26 uretères (14,2 %). Une seule lésion de grade 3 (atteignant le muscle lisse) a été observée (0,55 %). Les lésions urétérales de haut grade (2–3) étaient observées chez les patients non pré-stentés. Lors du suivi à 3 et 12 mois après ablation de la sonde JJ, aucune dilatation des cavités pyélocalicielles n’a été observée lors de l’échographie rénale réalisée (Figure 1).

Conclusion

L’utilisation de gaines d’accès urétéral 10/12-Fr apparaît peu morbide avec un taux de lésion urétérale de haut grade faible. Une évaluation endoscopique systématique de l’uretère à la fin de chaque intervention est recommandée afin de ne pas connaître une lésion urétérale. La durée d’implantation de la sonde JJ en cas de lésion reste à définir. Aucune conséquence à moyen terme n’a été observée en cas de lésion de haut grade au cours de cette étude.




 




Figure 1
Figure 1. 





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.