Caractérisation des cellules souches mésenchymateuses du tissu adipeux porcin et de leurs effets sur la reprise de fonction des greffons rénaux dans un modèle préclinique porcin d’auto-transplantation mimant les conditions des donneurs décédé...

25 novembre 2015

Auteurs : X. Matillon, E. Baulier, T. Hauet, F. Favreau, J. Rodriguez, O. Damour, J. Roumy, L. Badet
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 763
Objectifs

Le phénomène d’ischémie-reperfusion (IR) est un processus central impliqué dans la dysfonction aiguë et chronique du greffon rénal. L’objectif de cette étude était de caractériser les cellules souches mésenchymateuses du tissu adipeux (TA) porcin (pASC) et leurs capacités à améliorer la reprise de fonction des greffons dans des conditions mimant la situation des donneurs décédés après arrêt cardiaque (DDAC).

Méthodes

La morphologie, la prolifération, le phénotype en cytométrie de flux et le profil métabolique en résonance magnétique nucléaire (RMN) des pASC ont été déterminés. Leur résistance à une séquence d’hypoxie-réoxygénation (HR) a été évaluée en analysant leur viabilité cellulaire et leur profil métabolique en RMN. La faisabilité, les résultats fonctionnels et histologiques d’une injection autologue de 106 pASC/kg dans l’artère rénale de 3 greffons rénaux autotransplantés (après 1h d’ischémie chaude et 24h de conservation à 4°C dans la solution UW et néphrectomie controlatérale – groupe pASC-AUTO) ont été comparés à un groupe de porcs autotransplantés sans injection de pASC – groupe AUTO-T.

Résultats

La technique d’extraction cellulaire est reproductible et permet d’obtenir suffisamment de pASC ayant les caractéristiques de cellules souches mésenchymateuses. Leur profil métabolique en RMN n’était pas modifié avec les passages, caractérisant la stabilité des lignées. Leur viabilité après HR était supérieure à 70 %. L’injection de 106 pASC/kg est réalisable 15jours après le prélèvement du TA. À j7, la créatininémie moyenne du groupe pASC-AUTO était de 298±33,8 versus 997,6±170,6μmol/L pour le groupe AUTO-T (p =0,04). La reprise de fonction était significativement améliorée et les lésions histologiques réduites dans le groupe pASC-AUTO.

Conclusion

L’injection de pASC à la reperfusion des greffons dans un modèle porcin mimant la situation des DDAC semble améliorer la reprise de fonction et limiter les lésions tubulaires liées à l’ischémie-reperfusion des greffons à j7. Ces potentialités thérapeutiques devront être confirmées par des études complémentaires à la fin du suivi de 6 animaux à 3 mois.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.