Cancer de la prostate au Burkina Faso : caractéristiques diagnostics et indications thérapeutiques initiales

25 novembre 2013

Auteurs : F. Kabore, B. Zango, T. Kambou, C. Yaméogo, B. Kirakoya
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1075




 

Objectifs .- Rapporter les caractéristiques diagnostics et les indications thérapeutiques initiales des cancers de la prostate (CaP) au Burkina Faso.


Méthodes .- Étude prospective descriptive d'une cohorte de patients au CHU Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou sur une période de 4ans (janvier 2009-décembre 2012). Les nouveaux cas de CaP diagnostiqués à l'analyse histologique des carottes de biopsies prostatiques transrectale ont été inclus durant la période d'étude. Le bilan d'extension était faite sur la base d'une tomodensitométrie thoraco-abdomino-pelvienne (TDM TAP) Les paramètres étudiés : les caractéristiques cliniques, les circonstances du diagnostic, les résultats histologiques, la classification TNM et les indications thérapeutiques initiales.


Résultats .- Cent soixante-huit cas de CaP ont été inclus durant la période d'étude. L'âge moyen des patients était de 68,8ans (ET : 8,8). 72,6 % patients (n =122) étaient symptomatiques au moment du diagnostic. Les symptômes du bas appareil urinaires étaient les plus fréquents et 39,3 % des patients (n =66) étaient en rétention d'urine. Le taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA) moyen était de 483, 3ng/mL (ET : 80,5). L'indication de la biopsie prostatique était basée sur une élévation du PSA et une anomalie évocatrice au touché rectal (TR) dans la majorité des cas (73,2 %, n =123). L'adénocarcinome prostatique était le type histologique retrouvé dans tous les cas. La majorité des patients (86,9 %, n =146) avaient une extension locale ou métastatique au bilan d'extension. Les traitements à visées palliatives étaient prédominants. Elles consistaient en une hormonothérapie dans 72 % des cas (118/168). La prostatectomie radicale n'était indiquée que chez 3 patients (1,8 %).


Conclusion .- Le diagnostic du CaP dans cette étude était tardif chez des patients déjà symptomatiques. L'essentiel de la prise en charge était palliative. Des actions de sensibilisation devraient être menées pour favoriser le diagnostic précoce.




Haut de page



© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.