Anémie et sarcopénie : facteurs pronostiques chez les patients traités par chimiothérapie néoadjuvante et cystectomie radicale pour une tumeur de vessie infiltrant le muscle

25 novembre 2019

Auteurs : E. Billon, P. Regnier, V. De Luca, S. Brunelle, J. Walz, S. Dermeche, M. Guerin, C. Vicier, T. Maubon, S. Rybikowski, N. Branger, S. Fakhfakh, G. Pignot, G. Gravis
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 755
Objectifs

Le concept de pré-habilitation avant chirurgie oncologique est de plus en plus répandu. Plusieurs études ont démontré l’importance de l’anémie et de la sarcopénie sur la survie et sur les complications des traitements anticancéreux. Notre étude vise à évaluer l’impact de l’anémie et de la sarcopénie sur la survie des patients traités pour tumeur de vessie infiltrant le muscle (TVIM) localisée.

Méthodes

Nous avons analysé de façon rétrospective les dossiers de 82 patients traités par chimiothérapie néoadjuvante à base de cisplatine suivie d’une cystectomie radicale pour une TVIM localisée (cT2-T4 N0 M0) entre janvier 2012 et décembre 2017. L’anémie était définie par un taux d’hémoglobine<13g/dL pour les hommes et<12g/dL pour les femmes. La sarcopénie était évaluée par la mesure de l’indice de masse musculaire squelettique (IMS) en L3 sur les scanners pré-chimiothérapie, post-chimiothérapie et post-cystectomie.

Résultats

Parmi les 82 patients, d’âge médian 64,5 [31–80] ans, 20,3 % (15/82) présentaient une anémie avant traitement et celle-ci était significativement associée à un plus faible poids (64,9kg vs 78,4kg, p =0,002), un IMC plus bas (22,6 vs 26,7, p =0,002) et un IMS plus faible (39,4 vs 48,6, p <0,001). Le suivi médian était de 34,2 mois [6,4–80,9]. En analyse univariée, l’anémie (p =0,026) et la diminution de plus de 5 % de l’IMS pendant le traitement (p =0,003) étaient significativement associés à une moindre survie globale. En analyse multivariée, l’anémie (p 5 % en cours de traitement (p =0,009), l’atteinte ganglionnaire (p <0,001), le statut ECOG≥1 (p =0,009) et l’absence de réponse histologique complète (p =0,032) étaient des facteurs pronostiques indépendants associés à une diminution de la survie globale.

Conclusion

Dans le cancer de vessie localisé infiltrant le muscle, l’anémie avant traitement semble être un facteur indépendant de survie, de même que la diminution de la masse musculaire squelettique en cours de traitement. Cette étude illustre ainsi l’importance de la réhabilitation avant, pendant et après le traitement dans la prise en charge des patients atteints d’une TVIM localisée.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.