Anastomose urinaire pyélo-urétérale termino-latérale (en Y) en transplantation rénale : technique et résultats

25 novembre 2012

Auteurs : R. Regnault, M.-O. Timsit, C. Elie, C. Legendre, C. Fournier, O. Alenda, P. Wiskirski, A. Mejean
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 774-775




 



Objectifs.– Évaluer le résultat de la technique d’anastomose pyélo-urétérales termino-latérale sur l’uretère natif de patients transplantés en situation préemptive.


Méthodes.– Entre septembre 2008 et mars 2012, dans la série monocentrique de greffe rénale issues de donneurs vivants, 17 patients ont été transplantés avec une anastomose urinaire de type pyélo-urétérale termino-latérale. Cette technique était exclusivement pratiquée chez des receveurs en situation préemptive, avec une diurèse conservée supérieure à un litre, lorsque l’uretère du receveur paraissais de bonne qualité. En pratique, l’anastomose pyélo-urétérale était pratiquée rein en place définitive, après urétérotomie latérale de l’uretère natif, par deux hémi-surjets de PDS. Le recours à une protection de l’anastomose par une sonde JJ était systématique. Les durées opératoires, la survenue de complications urinaire, la douleur post opératoire, l’existence d’une dilatation sur l’échographie à trois mois et l’évolution de la créatininémie ont été colligés.


Résultat.– La diurèse préopératoire des patients était de 1547 cc [±213 cc]. La créatinine moyenne préopératoire était de 475,6μmol/l [±159,85] pour une clairance moyenne selon Cockcroft à 17,70mL/min [±6,1]. Le temps opératoire était de 104,7min [±26,16]. Le saignement moyen de 70cc [±64cc]. Aucun incident per opératoire n’a été déploré. La durée d’hospitalisation moyenne était de 11,3jours [±4,17]. Une seule complication urinaire a été observée avec une migration de la sonde JJ dans l’uretère obligeant à une ureteroscopie pour extraction à j21 (Clavien IIIb). Sur l’ensemble des patients, avec un recul moyen de 18 mois [±10,58], aucune complication urinaire tardive n’a été observée avec notamment l’absence d’anomalie sur la voie excrétrice du greffon à l’échographie systématique du troisième mois. La créatinine post opératoire était de 92,64μmol/L [±21,66] et de 121,56μmol/l à trois mois [±29,27].


Conclusion.– La pratique en transplantation rénale d’une anastomose pyélo-urétérale termino-latérale en Y sur l’uretère natif du receveur est une technique simple représentant une alternative intéressante, dans des indications sélectionnées, aux anastomoses pyélo-urétérales ou urétéro-vésicales.






© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.