Accueil > Publications > Recommandations > Recommandations du comité de cancérologie de l’Association Française d’Urologie – actualisation 2022-2024 : prise en charge du cancer du rein
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Recommandations du comité de cancérologie de l’Association Française d’Urologie – actualisation 2022-2024 : prise en charge du cancer du rein

Objectif

Mettre à jours les recommandations sur la prise en charge des cancers du rein.

Méthodes

Une revue systématique de la littérature a été faite sur la période allant de 2015 à 2022. Les articles jugés les plus pertinents concernant le diagnostic, la classification, le traitement chirurgical, le traitement médical et le suivi du cancer du rein ont été sélectionnés et incorporés aux recommandations. Les recommandations ont ainsi été actualisées en spécifiant le niveau de preuve (fort ou faible).

Résultats

L’examen de référence pour faire le diagnostic et le bilan d’extension des can- cers du rein est le scanner thoraco-abdominal injecté. L’IRM et l’échographie de contraste sont indiquées dans certains cas particuliers. La biopsie percutanée est recommandée dans les situations où ses résultats influenceront la décision thérapeutique. Les tumeurs du rein doivent être classées selon la classification pTNM 2017, la classification OMS 2022 et le grade nucléolaire de l’ISUP. Les cancers du rein métastatiques doivent être classés selon les critères de l’IMDC. La néphrectomie partielle est le traitement de références des tumeurs T1a et peut être faite par voie ouverte, laparoscopique ou robotique. La surveillance active des tumeurs de moins de 2 cm peut être proposée quel que soit l’âge du patient. Les thérapies ablatives et la surveillance active sont des options chez les patients âgés avec des comorbidités. Les tumeurs T1b doivent être traitées par néphrectomie partielle ou totale en fonction de la complexité tumorale. La néphrectomie totale est le traitement de première intention des cancers localement avancés. Le pembrolizumab est une option à considérer chez les patients à haut risque de récidive après chirurgie d’un cancer du rein localisé. Chez les patients métastatiques: la néphrectomie cytoréductrice peut être proposée en cas de bon pronostic et la néphrectomie de clôture peut être proposée chez les patients en réponse complète ou en réponse partielle majeure ; le traitement médical doit être proposé en première intention en cas de pronostic mauvais ou intermédiaire. Le traitement chirurgical ou local des métastases peut être proposé en cas de lésion unique ou d’oligo-métastases. Les molécules recommandées en première ligne chez les patients métastatiques atteints d’un carcinome rénal à cellules claires sont les associations axitinib/pembrolizumab, nivolumab/ipilimumab, nivolumab/cabozantinib et lenvatinib/pembrolizumab. Le cabozantinib est le traitement de première ligne recommandé chez les patients atteints d’un cancer papillaire métastatique. Les tumeurs kystiques doivent être classées selon la classification de Bosniak. L’exérèse chirurgicale doit être proposée en priorité aux lésions Bosniak III et IV. Il est recommandé de suivre les patients en adaptant les modalités à l’agressivité tumorale.

Conclusion

Ces recommandations actualisées sont un référentiel qui permettra aux prati- ciens fran ̧cais et francophones d’encadrer au mieux leur prise en charge des cancers du rein. © 2022 Elsevier Masson SAS. Tous droits re ́serve ́s.

Vous pourrez également aimer

Contenu protégé