Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 2- Volume 25- pp. F25-F60 (Juin 2015)

    Numéro 2- Volume 25- pp. F25-F60 (Juin 2015)

    • Urologie : spécialité de la diversité

      Progrès FMC, 2015, 2, 25, F25

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Comment j’effectue un bloc pénien pour chirurgie de la verge ?

      Résumé
      Objectif

      Mise au point sur la technique et les indications de l’anesthésie locorégionale par bloc pénien.

      Méthodes

      Description de la technique du bloc pénien en listant tous les aspects pratiques basés sur l’expérience personnelle de l’auteur et documentée à partir de l’analyse de la littérature.

      Résultats

      Le bloc pénien permet d’assurer une anesthésie et une analgésie postopératoire satisfaisante lors de chirurgie de la verge. Il s’agit d’un bloc simple à effectuer, très efficace et de morbidité quasi nulle avec la technique décrite. La distribution de l’anesthésie comprend la totalité du pénis à l’exclusion de sa base et du scrotum. L’utilisation d’anesthésiques locaux non adrénalinés est impérative de même que le respect des doses maximales utilisables.

      Conclusions

      La fiabilité, l’innocuité du bloc pénien et la qualité de la prise en charge tant en ce qui concerne l’acte chirurgical que l’analgésie postopératoire pour les patients mérite que ce type de bloc anesthésique locorégional soit plus diffusé en chirurgie urologique.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Comment j’effectue un bloc pénien pour chirurgie de la verge ?

      Summary
      Objective

      Focus on technique and indications of locoregional anesthesia by penile block.

      Methods

      Description of the technique of penile block by listing all the practical aspects based on the personal experience of the author and documented from the analysis of the literature.

      Results

      Penile block via the subpubic space allows surgery of the penis in good conditions and with effective postoperative analgesia. The review of articles reported in Pubmed showed that this technique is safe and easy to implement. Consistently successful anaesthesia is obtained eventually combined with ventral infiltration at the site of incision. Epinephrine solutions should not be used and are contraindicated to avoid ischemic complications. Respect of maximal posology of anaesthetic are required.

      Conclusions

      The reliability and safety of the penile block, the quality of care both in relation to surgery that postoperative analgesia for patients deserve this type of locoregional anesthetic block is more diffused in urologic surgery. The penile block via subpubic space should be promoted in urology.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • La posthectomie : un geste anodin ?

      Résumé
      Introduction

      La posthectomie représente le geste le plus pratiqué dans le monde, même si beaucoup de procédures ne sont pas faites de façon chirurgicale. Elle consiste dans l’ablation du prépuce chez l’enfant ou l’adulte en cas de phimosis (impossibilité ou difficulté à décalotter) ou pour des raisons de convenance personnelle ou familiale. Le but de cet article est de décrire les différentes techniques opératoires et de voir quelles sont les complications possibles.

      Méthode

      Description des techniques opératoires en listant tous les aspects pratiques basés sur l’expérience personnelle de l’auteur et documentée à partir de l’analyse de la littérature et de l’histoire de cette technique, ainsi que leurs complications potentielles.

      Résultats

      Intérêts et inconvénients des différentes techniques, indications et choix de la technique optimale selon les situations seront étudiés.

      Conclusion

      La posthectomie a été, est et restera un geste courant en urologie générale. Néanmoins, sans rentrer dans les controverses de la posthectomie pour convenance personnelle ou familiale, elle reste un geste dont les différentes techniques doivent être parfaitement connues des urologues pour pouvoir faire face à toutes les situations, et limiter le risque de complications potentielles toujours mal vécues pour ce geste d’apparence anodine.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      La posthectomie : un geste anodin ?

      Summary
      Introduction

      The posthectomy represents the most frequent procedure in the world, although many procedures are not done surgically. It consists in the removal of the foreskin in the child or the adult in the event of phimosis (inability or difficulty to retract) or for reasons of personal or familial convenience. The purpose of this article is to describe the different surgical techniques, and see what are the possible complications.

      Method

      Description of the operative techniques by listing all practical aspects based on the author's personal experience and documented from the analysis of the literature and the history of this technique, as well as their potential complications.

      Results

      Interests and disadvantages of the different techniques, indications and choice of optimal technique according to the situations will be investigated.

      Conclusion

      The posthectomy has been, is and will remain a regular surgical procedure in general urology. However, without going into the controversies of the posthectomy for personal or family convenience, it remains a technical procedure with different techniques must be perfectly known to urologists in order to face to all situations, and limiting the risk of potential complications still difficult to live for this gesture of innocuous appearance.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Technique du curage ganglionnaire inguinal robot-assisté dans le cancer du pénis

      Résumé
      Objectifs

      Décrire une technique le curage ganglionnaire inguinal par voie laparoscopique robot-assistée pour cancer du pénis.

      Méthodes

      Rapport d’expérience pratique monocentrique avec description, étape par étape, du matériel nécessaire, de l’installation du patient, des différents temps opératoires.

      Résultats

      La particularité de notre technique est d’aborder initialement le plan profond et de réaliser un curage le plus extensif possible. Dix patients ont été opérés. La durée opératoire a été entre 100 et 140minutes. Entre 8 et 15 ganglions ont été retrouvés par côté. Deux patients ont développé une lymphocèle dont une qui s’est compliquée de sepsis sévère. Nous n’avons pas noté d’hématomes ou nécroses cutanées. Le recul est de 6 à 24 mois.

      Conclusion

      Dans notre expérience, cette approche de curage inguinal robot-assisté a permis de réduire la morbidité de la procédure sans compromettre le contrôle carcinologique tout en respectant les limites de dissection.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Technique du curage ganglionnaire inguinal robot-assisté dans le cancer du pénis

      Summary
      Objective

      To describe a technique inguinal lymphadenectomy robot-assisted laparoscopic surgery for penile cancer.

      Method

      Single center experience report with description, step by step, the necessary equipment for patient setup, different operating times.

      Results

      The special feature of our technique is to initially address the deeper level and achieve a more extensive dissection can. Ten patients were operated. The operative time was 100 to 140minutes. Between 8 and 15 nodes were found by side. Two patients developed seroma one of which was complicated by severe sepsis. We have not noticed bruising or skin necrosis. The decline is 6 to 24 months.

      Conclusion

      In our experience, this robot-assisted inguinal lymphadenectomy approach has allowed to reduce the morbidity of the procedure without compromising cancer control while respecting the dissection limits.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Comment je prescris : acétate d’abiratétone (Zytiga)

      Résumé

      Le traitement du cancer de prostate résistant à la castration s’est enrichi récemment d’une nouvelle molécule, avant ou après chimiothérapie : l’acétate d’abiratérone. Son utilisation est aisée et sa tolérance très bonne, pourvu que le praticien respecte certaines règles de prescription de base qui sont décrites ci-dessous. Une surveillance rapprochée est nécessaire, en particulier en début de prescription.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Comment je prescris : acétate d’abiratétone (Zytiga)

      Summary

      Castration-resistant prostate cancer recently received an addition to its available treatments, before or after chemotherapy: abiraterone acetate. This drug is easy to prescribe, and its tolerance is acceptable, as long as a few rules are respected at the initiation of the treatment. These rules are details within this article. A close monitoring is necessary in the first few weeks of prescription.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Tumeurs urothéliales

      Progrès FMC, 2015, 2, 25, F53

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Cancer du rein

      Progrès FMC, 2015, 2, 25, F55

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Editorial Board

      Progrès FMC, 2015, 2, 25, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    • Editorial BoardLire la suite
    • Editorial BoardLire la suite
    • Editorial BoardLire la suite

    Continuer votre lecture