Valeur pronostique de l’index de résistance lors de la conservation rénale pulsatile hypothermique des greffons prélevés à partir de donneurs décédés après arrêt cardiaque

19 novembre 2014 - 5:15pm

Thème: 
Transplantation
Référence: 
O-041

Objectifs
La pénurie d’organe a conduit à utiliser des reins de plus en plus marginaux comme ceux issus des Donneurs Décédés par Arrêt Cardiaque (DDAC). L’évaluation de ces greffons est basée sur l’analyse des caractéristiques du donneur et des paramètres de perfusion. Le but de notre étude est de vérifier l’intérêt de l’utilisation de l’Index de Résistance (IR) pour l’évaluation de la viabilité des greffons.

Méthodes
Depuis 2006, 54 greffons ont été prélevés puis perfusés par la machine RM3 (Waters Medical®). Les donneurs respectaient les critères du protocole national de DDAC. Les greffons étaient perfusés avant extraction par sonde de Gillot (SG) ou par Circulation Régionale Normothermique (CRN). Une bi-greffe était réalisée si les IR étaient compris entre 0,35 et 0,5 mmHg/ml/min. Une étude que nous avons publiée montrait des résultats fonctionnels similaires entre des bi-greffes réalisées avec un IR compris entre 0,35 et 0,5 et des mono-greffes. Nous avons étudié le rôle des IR par rapport aux caractéristiques des donneurs et aux résultats fonctionnels post-transplantation.

Résultats
Entre 2006 et 2013, 46 patients ont été transplantés à partir de DDAC. Huit greffons n’ont pas été transplantés du fait de mauvais paramètres de perfusion (IR > 0,40 mmHg/ml/min). Six patients ont eu une bi-greffe. Dix-sept greffes ont été réalisées après CRN et 29 après SG. Le suivi médian a été de 59,7 ± 34,6 mois. Il n’y a eu aucune Non Fonction Primaire (NFP). 86,9 % des patients ont eu une Reprise Retardée de Fonction. La clairance calculée moyenne à 12 mois est de 41,5 ml/min/1,73m2. Les IR des greffons conservés par Gillot ou par CRN étaient statistiquement différents. Le sexe, le taux de créatinine du donneur, les temps d’ischémie chaude, de low-flow, et les durées entre le début de CRN ou GILLOT et le prélèvement impactaient significativement sur les IR.

Conclusion
L’absence de NFP et les bons résultats fonctionnels permettent de valider notre stratégie d’acceptation des greffons en fonction de l’analyse des IR. Les IR sont corrélés au degré d’agression tissulaire subi par le greffon pendant la phase critique de l’arrêt cardiocirculatoire au prélèvement.