Thérapie focale du cancer de la prostate : détermination des limites de la cible tumorale et des marges de sécurité entre l’IRM et l’histologie

21 novembre 2014 - 3:15pm

Thème: 
Cancer de la prostate localisé
Référence: 
O-159

Objectifs
La planification du traitement focal du cancer prostatique nécessite une définition précise de la cible en 3 Dimensions (3D). Cependant, les différences de taille tumorale entre l’IRM et l’histologie représentent un risque potentiel de sous-traitement. Notre objectif était de comparer les limites des tumeurs prostatiques visualisées en IRM avec les cancers histologiques des pièces de prostatectomie totale (PT), basé sur un logiciel de recalage-fusion.

Méthodes
Au total, 33 candidats pour une PT entre novembre 2012 et juillet 2013 étaient inclus. Un radiologue contourait les lésions suspectes et assignait un score de suspicion (SS) de 1 à 5. Un anatomopathologiste contourait les cancers sur lames analysées selon le protocole standard. Un recalage-fusion en 3D entre l’IRM et l’histologie était réalisé en utilisant une plate-forme développée en interne. Les contours des tumeurs (IRM et Histologie) étaient comparés par la Distance de Hausdorff (DH) après stratification par SS, taille tumorale et Score de Gleason (SG). Une planification rétrospective du volume de nécrose focale a été créée pour définir la marge de sécurité optimale de traitement.

Résultats
Quarante-six cancers sur pièces de PT (SG médian 7, extrêmes 6–9) ont été recalés avec l’IRM préopératoire. Le SS IRM médian était de 4 (extrêmes 2–5). 76,1 % (35/46) des lésions étaient plus volumineuses en histologie et avaient un SS et un SG significativement plus élevés (p < 0,01). La DH maximum pour toutes les lésions étaient de +1,99 mm en faveur de l’histologie (soit 18,5 % du diamètre tumoral), et était plus importante pour les SS élevés (+3,49 mm, p < 0,01) et pour les lésions < 10 mm (+2,48 mm, p < 0,01). Le volume de nécrose focale planifié rétrospectivement définissait 9 mm comme une marge optimale pour la destruction tumorale complète. (Tableau 1, Fig. 1 et 2)

Conclusion
En moyenne, l’IRM sous estimait les limites réelles des cancers, en particulier pour les lésions < 10 mm, de SS et de SG élevés. La sous-estimation du volume tumoral impacte le planning de la thérapie focale et nos résultats permettent de la corriger au moment de l’ablation avec repérage par imagerie.