Intérêt de l’instillation postopératoire précoce de mitomycine C (IPOP) dans les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle : vers un âge limite ?

21 novembre 2014 - 12:15pm

Thème: 
Tumeurs urothéliales
Référence: 
O-139

Objectifs
L’âge avancé est corrélé à un risque plus important de développer une tumeur de vessie et a une évolution plus péjorative chez les patients porteurs de TVNIM. Pour ces derniers, une IPOP permet de réduire le risque de survenue d’une récidive tumorale. Nous avons voulu évaluer si l’âge avait un impact sur le bénéfice associé à l’IPOP chez les patients porteurs d’une TVNIM.

Méthodes
Nous avons mené une étude multicentrique incluant 4258 patients présentant une TVNIM traités par RTUV. Parmi ces patients, 2605 (61 %) ont eu une instillation unique de mitomycine C. Aucun patient n’a reçu d’instillation adjuvante. Un modèle multivarié de régression de Cox a permis de tester les facteurs influant sur la survenue d’une récidive tumorale (y compris l’âge et l’administration d’une IPOP).

Résultats
Avec un suivi moyen de 48 mois, 2063 (48 %) patients ont présenté une récidive tumorale. En analyse multivariée ajustant pour les facteurs pronostiques reconnus, l’IPOP (risque relatif : 0,62 ; 95 % IC : 0,56–0,68 ; p < 0,0001) et l’âge (risque relatif : 1,04 ; 95 % IC 1,01–1,09 ; p = 0,036) étaient tous les deux associés à la survenue d’une récidive tumorale. Nous n’avons observé aucune limite d’âge ou le bénéfice de l’IPOP était remis en question (Fig. 1 et 2).

Conclusion
Nous avons confirmé la diminution du risque de récidive tumorale engendrée par l’IPOP de mitomycine C chez les patients porteurs de TVNIM. De plus, ce bénéfice persiste quelque soit l’âge des patients. Par conséquent, l’âge ne devrait pas être un obstacle à la décision d’administration d’une IPOP.