Échographie peropératoire pour l’identification d’une tumeur rénale endophytique au cours d’une néphrectomie partielle robot-assisteé. Description d’une technique particulière dans un pays en manque de moyens

20 novembre 2014 - 12:00pm

Thème: 
Tumeur du rein
Référence: 
V-001

Objectifs
Les petites tumeurs rénales endophytiques sont parfois difficiles à retrouver en peropératoire d’où la nécessite de réaliser une échographie peropératoire. Le coût élevé d’achat d’une sonde d’échographie peropératoire, les limitations techniques des robots Da-Vinci Standard ainsi que les soucis financiers d’un pays en crise financière nous ont efforcés à trouver une alternative afin de pouvoir réaliser les cas les plus difficiles.

Méthodes
Une sonde d’échographie endorectale de 7,5 Mhz a été utilisée après stérilisation selon les procédures habituelles. Pour améliorer la flexibilité nous commençons l’opération en laparoscopie. Quand le site probable de la tumeur est préparé, nous réalisons une incision de 1,5 cm et insérons la sonde dans le champ opératoire. Après visualisation et marquage de la tumeur le robot est installé. La sonde d’échographie est laissée en place en cas de besoin. Elle peut également être échangée pour un trocart de 15 mm.

Résultats
Nous avons utilisé cette technique pour un nombre limité de patients. Dans tous les cas la tumeur a été bien identifiée. La morbidité de l’opération n’a pas augmenté. Nous avons eu un cas d’hématome sous-cutané résolu spontanément.

Conclusion
L’utilisation de la sonde d’échographie endorectale pour identifier et délimiter les tumeurs rénales lors d’une néphrectomie partielle robot-assistée est une technique facile, de moindre coût et accessible a tous les urologues.