Urofrance.org : le site de l'Association Française d'Urologie

Accueil > Symptômes > Colique néphrétique

Colique néphrétique

Une douleur lombaire ou abdominale localisée d’un seul côté ? Pensez à la colique néphrétique

La colique néphrétique se caractérise par une douleur intense de la région lombaire et abdominale, survenant d’un seul côté et apparaissant de manière brutale.

La douleur naît dans le dos et descend dans l’aine, voire au niveau des organes génitaux externes.

Aucune position ne soulage la douleur qui peut s’accompagner d’autres symptômes :

  • Digestifs : nausées, vomissements, ballonnements abdominaux
  • Urinaires : pollakiurie (envie fréquente d’uriner), urgenturie (besoin fréquent d’uriner), hématurie (sang dans les urines)

Les douleurs surviennent par crise, durant habituellement d’une dizaine de minutes à quelques heures.

Quelquefois les symptômes digestifs ou les douleurs des organes génitaux externes prédominent. Ils peuvent être trompeurs.

Les causes de la colique néphrétique :

Un obstacle des voies urinaires provoque une augmentation de pression brutale dans les voies urinaires : uretère et rein.

  • Dans 80 % des cas, l’obstacle est un calcul rénal qui s’est déplacé et qui bloque l’écoulement des urines au niveau de l’uretère.
  • D’autres causes d’obstacles peuvent être rarement retrouvées : tumeurs, rétrécissements inflammatoires, cicatriciels.

Les facteurs de risque de la colique néphrétique :

  • Voyage récent et prolongé
  • Séjour en pays chaud
  • Travail dans une ambiance surchauffée
  • Immobilisation prolongée (après une maladie par exemple)
  • Consommation insuffisante d’eau, déshydratation

Les cas graves à rechercher :

  • La colique néphrétique qui s’accompagne de fièvre, de frissons
  • L’insuffisance rénale, le rein unique ou une personne greffée du rein.L’anurie : plus d’émission d’urines.
  • La femme enceinte
  • Les douleurs ne cédant pas aux antalgiques et anti inflammatoires prescrits par le médecin.

Ces situations nécessitent une consultation en URGENCE.
Un geste chirurgical de drainage du rein peut alors être nécessaire en urgence.

Les examens habituellement demandés lors d’une crise de colique néphrétique :

  • ECBU : pour éliminer une surinfection des urines.
  • Dosage de la créatinine : pour vérifier le fonctionnement global des reins.
  • Radiographie standard (ASP) + échographie rénale ou scanner abdomino-pelvien : pour faire le diagnostic, évaluer les complications et les chances d’élimination spontanée du calcul, planifier si besoin un traitement chirurgical urologique.

L’évolution naturelle dépend de la migration du calcul : les petits calculs (< 6 mm) peuvent s’évacuer spontanément, en quelques jours voire quelques semaines.

En cas de persistance du calcul après un mois, ou si le calcul a peu de chance de s’évacuer, un traitement chirurgical peut être proposé.