A comparison of transurethral surgery with watchful waiting for moderate symptoms of benign prostatic hyperplasia

14 février 2020

Auteurs : Wasson JH, Reda D, Bruskewitz R, Elinson J, Keller A, Henderson W
Référence : The new England journal of medecine, vol. 332 N°2,75-79, Jan.12, 1995

Thérapeutique à l’étude
Chirurgie

Objectif principal
Comparer la surveillance active et la résection transurétrale de prostate chez des patients porteurs de symptômes urinaires du bas appareil modéré.

Population de l’étude
800 hommes avec une moyenne d’âge de 54 ans (+/- 5 ans)
276 hommes dans le groupe surveillance 
280 dans le groupe traitement chirurgical inclus au final

Méthodologie
Etude prospective multicentrique et randomisée

Durée de suivi
3 ans

Critères de jugements
- Subjectifs : examen clinique, IPSSS
- Objectifs : Débitmétrie , résidu post mictionnel, rétention aigüe d’urine, incontinence urinaire nouveau ou persistant, augmentation de la créatinémie

Principaux résultats
Le risque de complication était de 2,7% année personne pour la chirurgie contre 6,2% année personne pour la surveillance.

  Opéré
(N=280)
 
Surveillance 
(N=276)
 
Risque relatif
(95% CI)
 
Echec de 
traitement
 
23 47 0,48 (0,30-0,77)
Décès 13 10 1,28 (0,57-2,87)
Rétention d’urine 1 8 0,12 (0,02-0,98)
Important résidu post mictionnel 3 16 0,18 (0,05-0,63)
Augmentation de la créatinémie 3 1 2,96 (0,31-28,26)
Calcul de vessie 0 1 0,00
Incontinence urinaire persistante 4 4 0,99 (0,25-3,90)
Score d’inconfort important 1 12 0,08 (0,01-0,63)
Perdu de vue 14 16 0,86 (0,43-1,73)
Sortie de l’étude a la demande du patient 24 17 1,39 (0,76-2,53)
Adénocarcinome de prostate 24 8 2,96 (1,35-6,47)

Enseignements pour la pratique clinique
A compléter

Pour approfondir
A compléter
 

Commentaires du CTMH

Cette étude à haut niveau de preuve permet d’apporter un éclairage important dans notre pratique quotidienne d’urologue. S’il est vrai que la chirurgie est peu discutée pour les patients en rétention aigue d’urine, d’infection à répétition ou de retentissement sur le haut appareil, ceci est beaucoup moins évident pour les patients souffrant de symptômes modérés du bas appareil urinaire.
A travers cet article les auteurs apportent une réponse claire pour ses patients en proposant une chirurgie si le patient le souhaite. Ils démontrent qu’il a moins de chance d’avoir une complication. Toutefois la surveillance clinique reste une alternative acceptable à la vue du peu de complications graves.
On pourra reprocher l’absence de troisième bras dans cette étude qui seraient les traitements médicaux.