Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 14- Volume 33- pp. 733-954 (Novembre 2023)

    Numéro 14- Volume 33- pp. 733-954 (Novembre 2023)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Combined approach for the management of kidney and ureteral stones (Endoscopic Combined IntraRenal Surgery, ECIRS)

      Résumé

      L’objectif premier de l’abord combiné est de limiter le nombre d’accès percutanés pour le traitement des calculs coralliformes, ou complexes du rein par un traitement simultané antégrade percutané et rétrograde urétéroscopique. L’autre indication est la présence simultanée de plusieurs calculs rénaux et urétéraux ou d’un calcul lombaire impacté. La combinaison des deux techniques permettrait d’augmenter le taux de SFR et de diminuer le taux de retraitement des calculs complexes par rapport à la NLPC seule. L’installation se fait en général en position de décubitus dorsal modifié.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode Recommandation pour la pratique clinique (RPC) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis) [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Combined approach for the management of kidney and ureteral stones (Endoscopic Combined IntraRenal Surgery, ECIRS)

      Summary

      The primary objective of the combined approach is to limit the number of percutaneous access tracts for the treatment of staghorn, or complex kidney stones by simultaneous percutaneous antegrade and retrograde ureteroscopy. The other indication is the simultaneous presence of several kidney and ureteral stones or of an impacted pelvic stone. The combination of the two techniques may increase the stone-free rate and decrease the retreatment rate of complex stones compared with percutaneous nephrolithotomy alone. The patient is usually in the modified supine position.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Specific cases – chronic kidney disease, bilateral stones, and solitary kidney

      Résumé

      Si la présence d’une maladie rénale chronique, d’un diabète ou d’une HTA sont des facteurs de risque d’altération de la fonction rénale, le risque relatif d’insuffisance rénale était de 1,52 chez les patients lithiasiques. Les différentes techniques utilisées pour traiter les calculs du haut-appareil urinaire n’altèrent généralement pas la fonction rénale des patients chez qui elle est normale et peuvent parfois améliorer la fonction rénale ou ralentir sa dégradation chez les insuffisants rénaux. Par comparaison au traitement asynchrone des calculs bilatéraux rénaux et urétéraux, le traitement synchrone s’accompagne d’un risque d’anurie et de nécessité de geste complémentaire plus élevés, en l’absence de drainage postopératoire. Pour le traitement des calculs sur rein unique, l’absence de drainage postopératoire expose au risque d’anurie postopératoire, et la multiplication des trajets de NLPC entraîne une augmentation de la morbidité hémorragique ainsi que du risque d’altération de la fonction rénale.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU, urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022]) et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Specific cases – chronic kidney disease, bilateral stones, and solitary kidney

      Summary

      Chronic kidney disease, diabetes and hypertension are risk factors of kidney function impairment. The relative risk of kidney failure is 1.52 in patients with urinary stone disease. The various techniques used to remove upper urinary tract stones generally do not alter kidney function in patients with normal kidney function and may sometimes improve kidney function or slow its deterioration in patients with kidney disease. Compared to the asynchronous treatment of bilateral renal and ureteral stones, concomitant treatment is associated with higher risk of anuria and the need of additional interventions, in the absence of postoperative stenting. For the treatment of solitary kidney stones, the absence of postoperative stenting increases the risk of postoperative anuria. Moreover, the multiplication of percutaneous nephrolithotomy access tracts increases the risk of bleeding and that of kidney function impairment.

      Methodology

      These recommendations were developed according to two methods: the Clinical Practice Recommendations (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Radiation protection in the operating theater

      Résumé

      Il a été montré qu’il existait un risque relatif de cancer plus élevé chez les patients lithiasiques, sans doute corrélé à la répétition des examens radiologiques et des interventions sous contrôle radioscopique. Réduire les doses délivrées au patient permet aussi de réduire les doses délivrées à l’opérateur et à ses aides. Les doses délivrées lors des actes d’endoscopie diminuent avec l’expérience des urologues. La formation à la radioprotection et l’utilisation de protocoles permettent de réduire l’utilisation des radiations ionisantes au bloc opératoire.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022]) et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Radiation protection in the operating theater

      Summary

      It has been shown that the relative risk of cancer is higher in patients with urinary stone disease, probably due to the repeated radiological exams and procedures under fluoroscopic guidance. Reducing the radiation doses delivered to the patient also decreases the doses delivered to the operators and their assistants. The doses delivered during endoscopic procedures decrease with the urologist's experience. Training in radiation protection and the use of protocols can decrease the use of ionizing radiation in the operating room.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] and whether they were adaptable to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Postural therapy

      Résumé

      La posturothérapie consiste en un procédé postural qui a comme objectif de lutter contre le phénomène de gravité responsable de la non-élimination de calculs caliciels inférieurs. Elle permet d’en améliorer ou d’en accélérer l’élimination et notamment d’augmenter le taux de SFR. Elle associe cure de diurèse, inversion posturale et percussion lombaire. Elle permet une amélioration de 50 % et une accélération de l’élimination des fragments. Malgré son impact positif, la posturothérapie reste sous-utilisée. Il s’agit des premières recommandations pratiques de réalisation de la posturothérapie.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Postural therapy

      Summary

      Postural therapy is a postural procedure to fight against the gravity phenomenon responsible for the non-elimination of lower calyceal stones. It allows improving or accelerating their expulsion and it increases the stone-free rate. This procedure associates forced diuresis, postural inversion, and lumbar percussion. It allows a 50% improvement and an acceleration of fragment elimination. Despite its positive impact, postural therapy remains under-used. These are the first practical recommendations on postural therapy.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] and whether they were adaptable to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Objectives, results, residual stones and fragments

      Résumé

      Les objectifs principaux du traitement interventionnel des calculs sont l’élimination des calculs, l’élimination des symptômes et la sauvegarde de la fonction rénale. Après le traitement de calculs rénaux (LEC ou endoscopie) des fragments peuvent persister au niveau des reins, soit laissés délibérément en place ou par échec du traitement utilisé (CR : calculs résiduels résistant à la LEC, laissés ou inaccessibles en endoscopie), soit par défaut d’élimination des fragments obtenus (FR : fragments résiduels). Leur prise en charge peut alors différer. La définition la plus utilisée des FR dans la littérature repose sur une taille≤4mm, évaluée sur trois critères : taux d’élimination spontanée, taux d’interventions secondaires et taux de progression. Les FR peuvent spontanément s’éliminer (42 %), persister, augmenter de volume (32 %) ou encore se compliquer et nécessiter un geste urologique secondaire (36 %). Comme dans le traitement du calcul initial, il est important de tenir compte de la composition lors de la prise de décision de traitement des CR/FR.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU urolithiasis (EAU, 2022) et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Objectives, results, residual stones and fragments

      Summary

      The main objectives of interventional stone treatment are stone removal, symptom elimination, and kidney function preservation. After treatment of kidney stones (extracorporeal shock wave lithotripsy [ESWL], or endoscopy), fragments may remain in the kidney, either deliberately left in place or due to treatment failure (i.e. residual stone [RS], resistant to ESWL, left or inaccessible by endoscopy), or due to failure to eliminate the obtained fragments (i.e. residual fragments [RF]). Their management may differ. The most commonly used definition of RF in the literature is based on a size cut-off (≤4mm) and on three criteria: spontaneous clearance rate, secondary intervention rate, and disease progression rate. RF may be spontaneously eliminated (42%), persist and increase in size (32%), or become complicated and require a secondary urological procedure (36%). Like for the initial treatment, it is important to consider the stone composition for the treatment decision-making concerning RS/RF.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) (EAU, 2022) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Summary of indications

      Résumé

      Les taux d’élimination spontanée des calculs urétéraux diminuent avec l’augmentation de leur taille, mais aussi en fonction de leur localisation. La surveillance a alors pour objectifs de déceler la survenue d’une complication (fièvre, tolérance clinique…) et de vérifier la potentielle migration/élimination du calcul. Le recours à un traitement urologique instrumental et le choix de sa technique sont multifactoriels. La surveillance des calculs rénaux s’adressera en priorité à ceux à faible risque de progression ou de complication (taille<4mm et/ou localisation calicielle inférieure et de composition non infectieuse). La surveillance pourra cependant s’étendre à des calculs plus volumineux selon le contexte clinique et les comorbidités. À l’inverse, un geste urologique de nécessité pourra être également indiqué pour des calculs<4mm pour motif professionnel (militaire, pilote, expatrié…) ou social ou de voyage… Le choix de la technique est multifactoriel et repose sur la composition des calculs (si déjà connue) et/ou leur densité, les avantages et limites de chaque traitement mais aussi le contexte clinique tout en mettant en balance le geste le moins invasif et l’objectif de tendre le plus possible vers le statut SFR.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode Recommandation pour la pratique clinique (RPC) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis) [EAU 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Summary of indications

      Summary

      The spontaneous elimination rate of ureteral stones decreases with their size, but also in function of their location. The objectives of stone surveillance are to detect the occurrence of a complication (e.g., fever, clinical tolerance) and to verify the potential stone migration/elimination. The use of urological procedures and the choice of technique are based on many different factors. Kidney stone surveillance is proposed mainly to people with low risk of progression or complications (size<4mm and/or lower calyx location and non-infection stone). Surveillance may be extended to patients with larger stones, in function of the clinical context and comorbidities. Conversely, a urological procedure may also be proposed to patients with stones<4mm for professional (e.g., soldier, pilot, expatriate) or social reasons or if travelling is planned. The choice of technique is based on the stone composition (if already known) and density, the advantages and limitations of each technique, and also the clinical context, while trying to choose the least invasive procedure for a stone-free objective.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendations method (CPR) and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) [EAU 2022] and their adaptability to the French context. This chapter is based on the references used in the chapters on the different techniques (extracorporeal shock wave therapy, ureteroscopy, percutaneous nephrolithotomy, medical expulsive therapy, postural therapy, chemolysis by alkalinization) as well as the American Urological Association (AUA) and EAU recommendations.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Medical management – from diagnosis to treatment

      Résumé

      L’analyse morpho-constitutionnelle des calculs permet de distinguer schématiquement plusieurs situations : problèmes diététiques, digestifs, métaboliques/hormonaux, infectieux ou génétiques. Un bilan biologique sanguin et urinaire est recommandé en première intention afin d’identifier les facteurs de risque de lithiase dans le but d’éviter une récidive ou une évolution. L’autre objectif est de diagnostiquer une potentielle pathologie à haut potentiel lithogène sous-jacente (hyperparathyroïdie primaire, hyperoxalurie primaire ou entérique, cystinurie, acidose tubulaire distale…) pouvant relever d’une prise en charge spécifique. Les règles hygiénodiététiques sont la base de traitement de tous types de calcul, mais des traitements médicamenteux peuvent être requis.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode Recommandation pour la pratique clinique (RPC) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis) [EAU 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Medical management – from diagnosis to treatment

      Summary

      The morphological-compositional analysis of urinary stones allows distinguishing schematically several situations: dietary, digestive, metabolic/hormonal, infectious and genetic problems. Blood and urine testing are recommended in the first instance to identify risk factors of urinary stone disease in order to avoid recurrence or progression. The other objective is to detect a potential underlying pathology associated with high risk of urinary stone disease (e.g. primary hyperparathyroidism, primary or enteric hyperoxaluria, cystinuria, distal renal tubular acidosis) that may require specific management. Lifestyle-diet measures are the basis of the management of all stone types, but pharmacological treatments may be required.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) [EAU 2022] and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL)

      Résumé

      La lithotripsie extracorporelle (LEC) est une technique mini-invasive de fragmentation des calculs urinaires par ondes de choc sous contrôle d’imagerie radioscopique et/ou échographique. Les résultats de la LEC dépendent de l’indication (calcul, contexte clinique) mais aussi des modalités de réalisation. La structure, la nature et la densité à la TDM IV− (UH) des calculs influencent la fragmentation obtenue par la LEC. La limite supérieure de taille des calculs rénaux a été abaissée à 15mm (1,68cm3) en raison du risque majoré d’empierrement au-delà et de nécessité potentielle d’anesthésie ainsi que d’implantation d’endoprothèse urétérale alors que le développement des technologies endourologiques permet une fragmentation plus fine des calcul s et/ou une meilleure élimination, réduisant ainsi le risque d’empierrement et diminuant ainsi le nombre potentiel de séances ou de réinterventions.

      Methodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la Pratique Clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU urolithiasis [EAU 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL)

      Summary

      Extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL) is a minimally invasive technique for the fragmentation of urinary tract stones using shock waves under fluoroscopic and/or ultrasound guidance. ESWL results depend on the indication (stone size/composition, clinical context) and also on how it is performed. The stone structure, nature and density (Hounsfield units; evaluated by CT without contrast agent) influence the fragmentation achieved by ESWL. The upper size limit of kidney stones has been lowered to 15mm (1.68cm3) due to the increased risk of steinstrasse with larger sizes and the potential need of anesthesia and ureteral stenting. Conversely, the development of endourological technologies allows a finer stone fragmentation and/or better elimination, thus reducing the risk of steinstrasse and decreasing the potential number of sessions or additional interventions.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendations method (CPR) and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis [EAU 2022]) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Laser – utilization and settings

      Résumé

      La lithotrie endocorporelle a progressé grâce au développement des Lasers. Deux sources sont actuellement disponibles : l’Holmium (HO:YAG) et plus récemment, le Thulium fibré (LTF). Les modes en général utilisés sont la pulvérisation, la fragmentation et le « pop-corning ». Il s’agit des premières recommandations vis-à-vis de l’utilisation des Lasers dans le traitement des calculs et de leurs paramétrages. Ces derniers doivent être modulés et peuvent évoluer en cours de traitement en fonction de l’effet obtenu, du site et du type de calcul traité.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode Recommandation pour la pratique clinique (RPC) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis[EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Laser – utilization and settings

      Summary

      Endocorporeal lithotripsy has progressed thanks to the development of lasers. Two laser sources are currently available: Holmium:YAG (Ho:YAG) and more recently Thulium Fiber Laser (TFL). The settings generally used are dusting, fragmentation, and “pop-corning”. These are the first recommendations on laser use for stone management and their settings. Settings must be modulated and can be changed during the treatment according to the expected and obtained effects, the location and stone type that is treated.

      Methodology

      These recommendations have been developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether or not the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022]) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Ureteroscopy and ureterorenoscopy

      Résumé

      Les améliorations techniques dont la miniaturisation, l’amélioration de la déflexion et des performances optiques des endoscopes, la mise à disposition de consommables dédiés ont conduit à un usage accru des urétéroscopes pour les calculs rénaux comme ceux de l’uretère. L’urétérorénoscopie apporte un élément diagnostique par la reconnaissance endoscopique des calculs et celle des anomalies papillaires (REPC). Le standard actuel de lithotritie endocorporelle pour l’URSS est le laser. La pose systématique d’une endoprothèse urétérale n’est pas nécessaire avant URS/URSS, et ce d’autant qu’une durée de drainage préopératoire>30jours serait un facteur de risque infectieux indépendant. Les gaines d’accès urétéral permettent un accès facile et répété au haut appareil urinaire et facilitent ainsi l’URSS. Leur utilisation améliore la vision, diminue la pression intrarénale et réduit possiblement le temps opératoire, mais peut être à l’origine de lésions urétérales.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis [EAU 2022]) et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Ureteroscopy and ureterorenoscopy

      Summary

      Technical advances, including miniaturization, have improved the deflection and optical performance of the ureteroscopes, and the availability of dedicated disposable devices have led to their increasing use for kidney and ureteral stone management. Ureterorenoscopy brings diagnostic evidence through the endoscopic description of stones and renal papillary abnormalities. Currently, intracorporeal lithotripsy during ureterorenoscopy is based on laser sources. Routine ureteral stenting is not necessary before ureterorenoscopy, especially because preoperative stenting for>30 days is considered as an independent risk factor of infection. Ureteral access sheaths allow the easy and repeated access to the upper urinary tract and thus facilitate ureterorenoscopy. Their use improves vision, decreases intrarenal pressure, and possibly reduces the operative time, but they may cause ureteral injury.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether or not the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis [EAU 2022]) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Percutaneous nephrolithotomy

      Résumé

      La néphrolithotomie percutanée (NLPC) est la technique de choix pour le traitement des calculs rénaux volumineux (≥2cm). La position peut être en décubitus ventral ou dorsal modifié. La ponction est effectuée sous fluroscopie et/ou échographie. Le taux de SFR serait comparable entre les accès miniaturisés et les NLPC standard. Les interventions réalisées avec des instruments de plus faible diamètre avaient tendance à être associées à une perte sanguine significativement plus faible mais à une durée d’intervention plus longue. La limitation du nombre de trajets de ponction permet une meilleure préservation de la fonction rénale et une diminution du risque de complications. L’utilisation de l’acide tranexamique pendant la NLPC aurait un donc intérêt pour diminuer le risque de saignement, le taux de transfusion et éventuellement la durée opératoire.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la (méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU urolithiasis [EAU 2022]) et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Percutaneous nephrolithotomy

      Summary

      Percutaneous nephrolithotomy (Labate et al.) is the standard procedure for the treatment of large (≥2cm) kidney stones. The patient can be in prone or modified supine position. The puncture is performed under fluoroscopy and/or ultrasound guidance. The stone-free rate seems to be comparable between miniaturized and standard PCNL. Procedures performed with smaller diameter instruments tend to be associated with significant lower blood loss, but longer procedure times. The limitation of the number of percutaneous tracts results in better preservation of the kidney function and lowers the risk of complications. The use of tranexamic acid during PCNL may be interesting for reducing the bleeding risk, the transfusion rate, and possibly the intervention duration.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis [EAU 2022]) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of The AFU Lithiasis Committee: Open surgery and laparoscopy

      Résumé

      Seulement quelques centaines d’interventions sont réalisées annuellement en France pour retirer des calculs du haut-appareil par voie d’abord cœlioscopique/robotisée transpéritonéale ou rétropéritonéale. Ces traitements s’adressent à des calculs volumineux (plus de 20mm) et complexes, parfois après échec des techniques endoscopiques ou en cas d’association avec des malformations dont le traitement peut être réalisé dans le même temps. L’intérêt majeur est l’extraction des calculs en monobloc sans fragmentation préalable. Certaines situations anatomiques peuvent augmenter la difficulté technique, en particulier la présence d’un bassinet intra-sinusal ainsi que la présence d’adhérences péri-pyéliques et péri-urétérales. Les complications rencontrées sont essentiellement les fistules urinaires et les sténoses urétérales dont les risques sont diminués par la mise en place d’une endoprothèse double J. Les calculs majoritairement composés de struvite étant plus friables, leur extraction monobloc plus difficile peut occasionner une dispersion des fragments notamment en cœlioscopie. La chirurgie classique par voie ouverte a montré un taux plus élevé de SFR au prix d’une détérioration plus importante de la fonction rénale.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022]) et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of The AFU Lithiasis Committee: Open surgery and laparoscopy

      Summary

      Only few hundred interventions are performed in France each year to remove upper urinary tract stones using a laparoscopic/robotic transperitoneal or retroperitoneal approach. These interventions are proposed to patients with large (>20mm) and complex stones, sometimes after failure of endoscopic techniques or in the presence of malformations that can be treated at the same time. The major interest of these interventions is the possibility to remove the whole stone without prior fragmentation. Some anatomical situations can increase the technical difficulty, particularly the presence of an intrarenal pelvis and the presence of pelvic and periureteral adhesions. The reported complications are essentially urinary fistula and ureteral stenosis, the risks of which are reduced by the use of double J stenting. As struvite stones are more friable, their whole removal is more difficult and may lead to dispersion of fragments, particularly during laparoscopy. Conventional open surgery has a higher stone-free rate, but comes with a greater kidney function loss.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendation (CPR) method and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) (EAU Guidelines on urolithiasis. 2022) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Epidemiology, stone analysis and composition

      Résumé

      L’incidence de la lithiase urinaire est en augmentation constante dans les pays industrialisés et sa prévalence en France, dans la population générale, est estimée à 10 %. La colique néphrétique représente 1 à 2 % des motifs de consultation dans les services d’urgences. À l’heure où les nouvelles techniques de fragmentation LASER des calculs mises à la disposition des urologues vont conduire à une pulvérisation in situ de plus en plus fine des calculs, l’identification exacte des composés qui forment le calcul est essentielle pour le diagnostic étiologique. Il est donc recommandé l’analyse constitutionnelle par spectrophotométrie infrarouge ou diffraction des rayons X à compléter par un typage morphologique des calculs.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode Recommandation pour la pratique clinique (RPC) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis) [EAU 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Epidemiology, stone analysis and composition

      Summary

      The incidence of urinary lithiasis is rising steadily in industrialized countries, and its prevalence in the general population of France is estimated at 10%. Renal colic accounts for 1–2% of emergency department consultations. At a time when the new LASER stone fragmentation techniques available to urologists will lead to ever finer in situ pulverization of stones, the exact identification of the compounds that form the stone is essential for etiological diagnosis. Constitutional analysis by infrared spectrophotometry or X-ray diffraction is therefore recommended, to be complemented by morphological typing of the calculi.

      Methodology

      These recommendations have been drawn up using two methods: the Recommendation for Clinical Practice (RPC) method and the ADAPTE method, depending on whether or not the issue was considered in the EAU recommendations (urolithiasis) [EAU 2022] and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Endoscopic description of renal papillae and stones

      Résumé

      La reconnaissance endoscopique est un concept moderne effectué au cours des traitements par urétéroscopie souple, distinguant celle des anomalies rénales papillaires (REP) de celle des calculs (REC) in situ basée sur leur concordance avec les descriptions morpho-constitutionnelles de Daudon adaptées à l’endoscopie. Ces examens visuels peropératoires font désormais partie intégrante de la démarche diagnostique de la lithiase en complément de l’analyse morpho-constitutionnelle et spectrophotométrique (MC SPIR) qui en demeure l’examen de référence mais qui perd une information de représentativité des composants liés au développement notamment de la lithotripsie in situ Laser. Il s’agit des premières recommandations pratiques de reconnaissance endoscopique.

      Methodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes: la méthode RPC (Recommandation pour la Pratique Clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Endoscopic description of renal papillae and stones

      Summary

      Endoscopic observation is performed during treatments by flexible ureteroscopy to differentiate in situ between renal papillary abnormalities and stones based on their concordance with Daudon's morphological/composition descriptions adapted to endoscopy. These intraoperative visual analyses are now an integral part of the urinary stone disease diagnostic approach in addition to the morphological/structural and spectrophotometric analysis that remains the reference exam, but that loses information on the stone component representativeness due to the development of in situ laser lithotripsy. These are the first practical recommendations on the endoscopic description of renal papillae and stones.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendations (CPR) and the ADAPTE method, depending on whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022]) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Diagnosis

      Résumé

      Le choix de l’examen d’imagerie est orienté par la clinique et le contexte (situation aiguë ou pas). Même si i l’échographie est sûre (dépourvue de rayonnement) et peu coûteuse, le scanner non injecté est devenu la norme dans la stratégie diagnostique de la douleur aiguë du flanc en raison de sa sensibilité de 93,1 % et de sa spécificité de 96,6 %. Il permet également de déterminer la taille et le volume des calculs, leur densité, de montrer leur structure interne, d’évaluer la distance à la peau, et l’anatomie adjacente. Tous ces paramètres peuvent influencer la stratégie et le choix de la modalité de traitement.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode RPC (Recommandation pour la pratique clinique) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022]) et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Diagnosis

      Summary

      The choice of imaging modality is guided by the clinical presentation and the context (acute or not). Although ultrasound is safe (no radiation) and easily available, non-contrast-enhanced CT has become the gold standard in the diagnostic strategy for patients with acute flank pain because of its sensitivity (93.1%) and specificity (96.6%). It also allows determining the stone size, volume and density, visualizing their internal structure, and assessing their distance from the skin and the adjacent anatomy. All these parameters can influence the stone management and the choice of intervention modality.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods: the Clinical Practice Recommendations method (CPR) and the ADAPTE method, depending on whether the issue was considered in the EAU recommendations (urolithiasis [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022]) and their adaptability to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • 2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Management of symptomatic urinary stones

      Résumé

      La situation aiguë, liée à un calcul obstructif, se manifeste par une colique néphrétique qui peut être simple, compliquée ou à risque sur terrain particulier. Son traitement peut être seulement médical ou avoir recours à un traitement interventionnel par Lithotripsie extra corporelle (LEC), drainage endoscopique ou urétéroscopie.

      Méthodologie

      Ces recommandations ont été élaborées selon deux méthodes : la méthode Recommandation pour la pratique clinique (RPC) et la méthode ADAPTE, en fonction de la considération ou non de la question dans les recommandations de l’EAU (urolithiasis) [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] et de leur adaptabilité au contexte français.

      2022 Recommendations of the AFU Lithiasis Committee: Management of symptomatic urinary stones

      Summary

      The acute situation, caused by an obstructive stone, is defined by a renal colic that may be uncomplicated, complicated, or at risk in specific conditions. Its management may be medical or require interventional treatment by extracorporeal shockwave lithotripsy, endoscopic removal, or ureteroscopy.

      Methodology

      These recommendations were developed using two methods, the Clinical Practice Recommendations (CPR) and the ADAPTE method, in function of whether the question was considered in the European Association of Urology (EAU) recommendations (urolithiasis) [EAU Guidelines on urolithiasis. 2022] and whether they could be adapted to the French context.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    • Editorial Board

      Prog Urol, 2023, 14, 33, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    Continuer votre lecture

    Contenu protégé