Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 3- Volume 33- pp. F59-F86 (Septembre 2023)

    Numéro 3- Volume 33- pp. F59-F86 (Septembre 2023)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Prise en charge de la sexualité après traitement du cancer du pénis

      Résumé

      Le cancer du pénis est une maladie rare mais ayant un des plus hauts potentiels de mise en péril de la sexualité parmi les cancers génito-urinaires. Il touche des hommes âgés, souvent actif sexuellement. Sa prise en charge varie selon la gravité de l’atteinte : crèmes cytotoxiques, resurfaçage, curiethérapie, biopsie-exérèse, glansectomie, amputation partielle ou totale. L’impact négatif sur le bien-être et la sexualité est d’autant plus important que la chirurgie est mutilante. Le traitement doit ainsi être le plus conservateur possible, sans compromis oncologique. La prise en charge de la sexualité doit comprendre une information éclairée sur les modalités et les résultats escomptés des traitements conservateurs, une prise en charge des dysfonctions sexuelles associées, l’information sur les possibilités de reconstruction.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Prise en charge de la sexualité après traitement du cancer du pénis

      Summary

      Penile cancer is a rare condition but has one of the highest potentials among genitourinary cancers for jeopardizing sexuality. It affects older, often sexually active men. Its management varies according to the severity of the disease: cytotoxic creams, resurfacing, brachytherapy, excisional biopsy, glansectomy, partial or total amputation. The negative impact on well-being and sexuality is more important as the surgery is mutilating. The treatment must therefore be as conservative as possible, without oncological compromise. The management of sexuality must include enlightened information on the modalities and expected results of conservative treatments, management of associated sexual dysfunctions, and information on the possibilities of reconstruction.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Chirurgie partielle du testicule : pour qui et comment?

      Résumé

      Les tumeurs du testicule sont malignes dans 95 % des cas. L’orchidectomie totale est le traitement de référence des tumeurs germinales. Les 5 % restant concernent principalement les tumeurs des cordons sexuels et sont bénignes dans plus de 90 % des cas. En présence d’une tumeur suspectée bénigne, une chirurgie partielle peut être réalisée si elle répond à des critères de taille, d’aspect échographique et après avoir éliminé une tumeur germinale par la réalisation d’un scanner et du dosage des marqueurs tumoraux. Des indications de nécessité sont également proposées, dans le cas de tumeurs germinales bilatérales ou sur testicule unique. En cas de néoplasie germinale retrouvée en tissu sain, une radiothérapie adjuvante est proposée. La réalisation de cette prise en charge nécessite une équipe pluridisciplinaire habituée à la prise en charge des tumeurs du testicule. Une collaboration en anatomopathologique, radiologue, oncologue, urologue et biologiste de la reproduction permet une prise en charge adaptée.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Chirurgie partielle du testicule : pour qui et comment?

      Summary

      Testis tumors are malignant in 95 % of cases. Total orchiectomy is the reference treatment for germ cell tumours. The remaining 5 % mainly concern sex cord tumors, which are benign in more than 90 % of cases. In the presence of a suspected benign tumor, partial surgery can be performed if it meets the criteria of size, ultrasound appearance and after eliminating a germ cell tumor by performing a CT scan and assaying tumor markers. Indications of necessity are also proposed, in the case of bilateral germ cell tumors or on a single testicle. In case of in situ germ cell neoplasia found in healthy tissue, adjuvant radiotherapy is proposed. The ideal management of this specific topic requires a multidisciplinary team used to testicular tumors care, with collaboration between anatomopathologic, radiologist, oncologist, urologist and reproductive biologist.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • De la néphrectomie de cytoréduction vers la néphrectomie de clôture : évolution de la séquence chirurgicale chez les patients atteints de cancer du rein métastatique

      Résumé
      Introduction

      L’objectif de cet article était de faire le point sur la place et les résultats de la néphrectomie différée dite de clôture dans les cancers du rein métastatiques en 2023, à l’ère des traitements systémiques incluant les immunothérapies par inhibiteurs de checkpoint (IO).

      Méthodes

      Une revue de littérature a été effectuée sur les données disponibles dans Medline/PubMed avec pour mots clés « nephrectomy », « cytoreductive nephrectomy », « differed nephrectomy », « metastatic renal cancer », « metastatic renal cell carcinoma », « kidney cancer ». Les données ont été complétées avec les dernières actualités présentées dans les congrès internationaux (ASCO, ASCO-GU, AUA, EAU).

      Résultats

      La place de la néphrectomie dans les cancers du rein métastatiques ne cesse d’évoluer depuis les années 2000 au gré des nouveautés dans les traitements systémiques. Alors recommandée avant traitement par interféron comme néphrectomie immédiate, elle devient néphrectomie différée après traitement par inhibiteurs de tyrosine kinase (TKI) en 2018–2019 suite à la parution des études CARMENA et SURTIME. L’ère actuelle est celle des IO combinées ou en association avec les TKI. Par analogie avec CARMENA, le traitement systémique premier reste encore recommandé dans la plupart des situations. Devant les taux de réponse objective incluant réponses partielles ou complètes sur les sites métastatiques, un nouveau concept prend le devant de la scène : celui de la néphrectomie de clôture, avec pour objectifs l’obtention d’une rémission complète et l’arrêt des traitements systémiques.

      Conclusion

      Le concept de néphrectomie de clôture évolue dans l’arsenal thérapeutique des cancers du rein métastatiques en réponse aux traitements systémiques. Des études prospectives multicentriques sont en cours pour étudier son intérêt oncologique. Il est ainsi indispensable de rediscuter en réunion de concertation pluridisciplinaire des dossiers de patients traités pour cancer du rein métastatique, et ce tout au long de leur traitement, afin d’identifier les bons candidats à une chirurgie de clôture.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      De la néphrectomie de cytoréduction vers la néphrectomie de clôture : évolution de la séquence chirurgicale chez les patients atteints de cancer du rein métastatique

      Summary
      Introduction

      The objective of this study was to review the changing timing of cytoreductive nephrectomy for patients with metastatic renal cell carcinoma treated with immune checkpoint inhibitor (ICI)-based treatments.

      Methods

      A review of the literature was performed using Medline/PubMed database with the following keywords: “nephrectomy”, “cytoreductive nephrectomy”, “differed nephrectomy”, “metastatic renal cancer”, “metastatic renal cell carcinoma”, “kidney cancer”. Our study also included data reported during recent international oncological congress (ASCO, ASCO-GU, AUA, EAU).

      Results

      Timing for cytoreductive nephrectomy in metastatic renal cell carcinoma evolved with progress in systemic treatments. First recommended as upfront nephrectomy during interferon's era, it became differed nephrectomy during tyrosine kinase inhibitors (TKI) era, following CARMENA and SURTIME studies. Nowadays, upfront ICI combination therapies (IO-IO or IO-TKI) have become the new standard of treatment in most cases, and raise again the question of the role of nephrectomy. Partial and complete responses rates on metastatic sites as reported in phase 3 trials with ICI-based treatments lets a new concept emerge: closure nephrectomy, with the aims to achieve complete remission and allow systemic treatments pause.

      Conclusion

      Closure nephrectomy is a new paradigm in the management of patients with metastatic renal cell carcinoma who respond to upfront ICI combination therapies. Multicenter prospective studies are ongoing to evaluate survival outcomes. Multidisciplinary meetings remain essential to identify the good candidates for closure nephrectomy all along their systemic treatment.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Quel est le meilleur examen d’imagerie pour évaluer une tumeur du rein ?

      Résumé

      L’imagerie représente le point diagnostique stratégique dans la prise en charge d’une tumeur rénale, souvent découverte fortuitement. Elle permet de mieux caractériser cette lésion afin de différencier le caractère malin ou bénin et d’orienter au mieux la prise en charge. Bien que le scanner injecté aux quatre temps représente l’examen standard de référence permettant d’orienter la prise en charge dans la plupart des situations, l’imagerie par résonance magnétique et l’échographie de contraste permette dans certaines situations équivoques de mieux orienter le clinicien. De nouvelles modalités d’imagerie moléculaire sont en phase de développement et pourraient à l’avenir faciliter la prise de décision, particulièrement dans les petites masses rénales. L’urologue doit connaître les principales modalités d’imagerie, leur juste indication et les grands principes d’interprétations d’un scanner.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Quel est le meilleur examen d’imagerie pour évaluer une tumeur du rein ?

      Summary

      Imaging represents the strategic diagnostic point in the management of a renal tumor, often discovered incidentally. It allows to better characterize this lesion in order to differentiate the malignant or benign character and to orientate the management at best. Although the four-phase CT scan is the standard reference examination to guide management in most situations, magnetic resonance imaging and contrast-enhanced ultrasound imaging can better guide the clinician in certain equivocal situations. New molecular imaging modalities are under development and may, in the future, facilitate decision making, particularly in small renal masses management. The urologist must be familiar with the main imaging modalities, their correct indication and the main principles of CT interpretation.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Prostate, endocardite et décès

      Progrès FMC, 2023, 3, 33, F85

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Editorial Board

      Progrès FMC, 2023, 3, 33, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    Continuer votre lecture

    Contenu protégé