Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 4- Volume 32- pp. F95-F112 (Décembre 2022)

    Numéro 4- Volume 32- pp. F95-F112 (Décembre 2022)

    • Névralgie pudendale

      Progrès FMC, 2022, 4, 32, F110

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Editorial Board

      Progrès FMC, 2022, 4, 32, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Inhibition de PARP dans le cancer de prostate métastatique : vers un meilleur ciblage ?

      Résumé

      Les avancées de la biologie moléculaire ont permis un démembrement du cancer de prostate métastatique avec mise en évidence d’un sous-groupe d’intérêt : les tumeurs avec anomalies de gènes de réparation de l’ADN. La dimension est double : (1) la fréquence chez les patients avec un cancer de prostate métastatiques est estimée de 20–30 % ; (2) le ciblage est possible avec l’utilisation d’inhibiteurs de PARP. Cette nouvelle classe thérapeutique a vu des résultats préliminaires, prometteurs d’études de phase 2 confirmés avec une étude de phase 3 positive (PROFOUND) qui a permis l’obtention d’une autorisation européenne pour l’olaparib. L’avenir, toutefois, semble reposer sur l’utilisation de ces molécules à des phases plus précoce et en combinaison avec les anti-androgènes de 2e génération.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Inhibition de PARP dans le cancer de prostate métastatique : vers un meilleur ciblage ?

      Summary

      Advances in molecular biology have enabled a clustering of metastatic prostate cancer with the highlighting of a sub-group of interest: tumours with DNA repair gene alterations. The dimension is twofold: (1) the frequency in patients with metastatic prostate cancer is estimated at 20-30 % ; (2) targeting is possible with the use of PARP inhibitors. This new therapeutic class has seen promising preliminary results from phase 2 studies confirmed with a positive phase 3 study (PROFOUND) which has enabled European authorization to be obtained for olaparib. The future, however, seems to lie in the use of these molecules at earlier stages and in combination with 2nd generation anti-androgens.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Peut-on vraiment parler d’hypertonie urétrale ?

      Résumé

      Les symptômes de la phase de vidange peuvent être secondaires à un obstacle fonctionnel sphinctérien, dynamique, par défaut de relaxation, voire contraction paradoxale du sphincter strié pendant la miction, parfois appelé « hypertonie urétrale » – terme imprécis et non adapté, devant probablement être abandonné. Plusieurs entités chez le sujet non neurologique ont été décrites : le syndrome de Fowler, le syndrome de Hinman, la dyssynergie fonctionnelle par défaut de relâchement des muscles du plancher pelvien, avec des taux de complications différents selon l’étiologie. Le diagnostic se fait généralement sur un faisceau d’arguments obtenus par les études pression-débit, les imageries permictionnelles, voire l’électromyogramme du sphincter strié urétral. La prise en charge comprend, en premier lieu, des mesures comportementales et une prise en charge rééducative avec biofeedback . En cas d’échec, le recours à la neuromodulation sacrée ou aux autosondages est possible.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Peut-on vraiment parler d’hypertonie urétrale ?

      Summary

      Voiding difficulties can be related to a functional and dynamic urethral obstruction, due to delayed or incomplete relaxation, or paradoxical urethral sphincter contractions during voiding, sometimes called “urethral hypertonia” – an imprecise and poorly defined term which should probably not be used anymore. Different dysfunctions have been described in patients without neurological disorder: Fowler's syndrome, Hinman's syndrome or dysfunctional voiding, with various complications rates function of the etiology of the symptoms. The diagnosis will generally be made on the basis of a set of arguments obtained by pressure-flow studies, imaging during micturition, and sometimes urethral sphincter electromyography. Primary management includes behavioral measures and pelvic floor muscles physiotherapy with biofeedback. Second line treatment include sacral neuromodulation or intermittent catheterization.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Prise en charge des tumeurs kystiques Bosniak 3 : place de la surveillance

      Résumé

      Parmi les tumeurs rénales kystiques, la prise en charge des tumeurs de type Bosniak III reste complexe. Environ 50 % de ces lésions sont bénignes et parmi les lésions malignes, la majorité de ces tumeurs présentent des caractéristiques histopathologiques peu agressives et le pronostic de ces tumeurs est excellent avec un risque d’évolution métastatique très faible et une survie spécifique excellente. Un traitement systématique expose à un risque de surtraitement. Dès lors une surveillance active des kystes Bosniak III représente une alternative raisonnable qu’il convient de considérer dans la prise en charge de nos patients à proposer au cas par cas selon les caractéristiques de la tumeur et le terrain du patient tout en s’appuyant sur un diagnostic radiologique initial fiable.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Prise en charge des tumeurs kystiques Bosniak 3 : place de la surveillance

      Summary

      Among renal cysts, management of Bosniak III lesions remains complex. Approximately 50% of these lesions are benign. Furthermore, among malignant Bosniak III lesions, most of them present with favorable histological characteristics and have good prognosis with a very low risk of metastatic evolution and excellent specific survival. A systematic treatment of these tumors may lead to a risk of overtreatment. Since then, active surveillance of Bosniak III lesion represents a reasonable management option that we may consider for our patients according to tumor and patient's characteristics based on a reliable imaging initial assessment.

    • Incontinence urinaire et sphincter artificiel

      Progrès FMC, 2022, 4, 32, F109

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    Continuer votre lecture

    Contenu protégé