Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 2- Volume 31- pp. F33-F60 (Juin 2021)

    Numéro 2- Volume 31- pp. F33-F60 (Juin 2021)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Laser, LED (photothérapie) et radiofréquence du vagin pour le traitement de l’atrophie vaginale, de l’incontinence urinaire, du prolapsus et de la béance vaginale : que dit la littérature ?

      Résumé
      Introduction

      Lors de la dernière décennie, de nouveaux dispositifs de thérapie vaginale non invasive ont fait leur apparition et ont ensuite pris un essor important en dermatologie et en médecine esthétique et elles commencent à s’appliquer en urologie et en gynécologie dans le cadre de la pelvi-périnéologie. Il s’agit des techniques utilisant la radiofréquence, le laser ou la photothérapie (photobiomodulation). Différentes applications se dessinent et sont en cours d’évaluation (hyperactivité vésicale dans le cadre du syndrome génito-urinaire de la ménopause (SGUM), incontinence urinaire à l’effort, béance vaginale).

      Méthode

      Revue exhaustive de la littérature en utilisant les mots-clés : laser ; vagina ; radiofrequency ; Low Level Laser Therapy, urinary incontinence ; pelvic organ prolapse . Nous avons étudié la méthodologie et les résultats des études comparatives (avec groupe contrôle et les essais randomisés).

      Résultats

      Le laser et la radiofréquence appliqués au vagin semblent améliorer l’hyperactivité vésicale de certaines patientes présentant un syndrome génito-urinaire de la ménopause. Le laser CO2 semble plus efficace que la procédure simulée pour traiter à court terme les symptômes d’incontinence urinaire à l’effort et l’atrophie vaginale. Un essai randomisé a observé que le laser Er. semblait inefficace dans le traitement du prolapsus. Un essai randomisé a montré une efficacité significative de la radiofréquence vaginale dans les symptômes de béance vaginale.

      Conclusion

      Ces nouvelles énergies appliquées à la pelvi-périnéologie pourraient permettre de prendre en charge de façon non invasive certaines patientes souffrant de diverses pathologies (vulvodynies, incontinence urinaire à l’effort, hyperactivité vésicale, SGUM, béance vaginale, etc). Toutefois, nous sommes dans l’attente de résultats d’essais randomisés de plus grande ampleur et à long terme. Jusqu’à présent, très peu de complications ont été rapportées avec ces techniques.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Laser, LED (photothérapie) et radiofréquence du vagin pour le traitement de l’atrophie vaginale, de l’incontinence urinaire, du prolapsus et de la béance vaginale : que dit la littérature ?

      Summary
      Introduction

      During the last decade, new devices for non-invasive vaginal therapy have appeared and have then taken a significant step forward in dermatology and aesthetic medicine and they are beginning to be applied in urology and gynecology in the context of pelvic floor dysfunctions. These are techniques using radiofrequency, laser or phototherapy (photobiomodulation). Different applications are emerging and have being evaluated (overactive bladder in the context of genitourinary syndrome of menopause (GSM), stress urinary incontinence, vaginal hyperlaxity).

      Method

      Exhaustive review of the literature using the keywords: laser; vagina; radiofrequency; Low Level Laser Therapy, urinary incontinence; pelvic organ prolapse. We investigated the methodology and results of comparative studies (with control group and randomized trials).

      Results

      Laser and radiofrequency applied to the vagina appeared to improve overactive bladder in some patients with SGM. The vaginal CO2 laser appeared to be more effective than the shamed procedure in treating short-term symptoms of stress urinary incontinence and vaginal atrophy. A randomized trial observed that the Er. laser appeared to be ineffective in treating prolapse. A randomized trial has shown a significant efficacy of vaginal radiofrequency in the symptoms of vaginal hyperlaxity.

      Conclusion

      These new energies applied to vagina for pelvi-perineology permits to manage without surgery, some patients suffering from various pathologies (vulvodynia, urinary stress incontinence, overactive bladder, GSM, vaginal open bite, etc.). However, we are awaiting results from larger, longer-term randomized trials. So far, very few complications have been reported with these techniques.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Hématurie microscopique, gestion et attitude clinique en 2021

      Résumé

      L’hématurie microscopique est un motif fréquent de consultation en Urologie et concerne des populations de tous âges. Les bénéfices du bilan (identifier une pathologie urologique et en particulier un carcinome urothelial) doivent être mis en perspective des risques potentiels (infection urinaire, irradiation). Tout venant, le risque de retrouver un cancer chez un patient adressé pour une hématurie microscopique est de l’ordre de 3 %. Cependant, plusieurs facteurs ont été clairement identifiés comme associés à la découverte d’une néoplasie de l’appareil urinaire tels que l’âge, le sexe, le tabagisme ou les symptômes associés. Les recommandations européennes et américaines sont en faveur d’une abstention d’examens invasifs ou irradiants chez les patients de moins de 40 ans. Après 40 ans, il est possible de classer les patients en groupes de risque et d’adapter le bilan étiologique. Les patients de plus de 60 ans et/ou présentant des facteurs de risque doivent impérativement bénéficier d’une cystoscopie, d’une cytologie urinaire et d’un uroscanner.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Hématurie microscopique, gestion et attitude clinique en 2021

      Summary

      Microscopic haematuria is a frequent motive of consult in urological daily practice. The benefits of identifying early a urological disease and in particular a urothelial carcinoma have to be balanced by the risks of urinary tract infection after cystoscopy or secondary cancer due to CT scan irradiation. Allover, the risk of identifying a urological cancer in case of microscopic hematuria is 3 %. However, factors have been identified as associated with the occurrence of malignancy such as age, gender, tobacco use or urological symptoms. American and European recommendations suggested to differ invasive work up in patients less than 40 years of age with no risk factors. After 40, patients can be classified in risks groups and counselled accordingly regarding performance of cystoscopy, CT scan or urinary tract ultrasound.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Prise en charge du cancer de la prostate oligorécidivant après traitement local à but curatif, à l’ère des imageries métaboliques et de la radiothérapie stéréotaxique

      Résumé
      Introduction

      Dans le cancer de prostate au stade oligo-récidivant après traitement local à but curatif, une stratégie de traitement des métastases pourrait être une alternative au traitement systémique standard par suppression androgénique.

      Matériel et méthode

      Nous présentons dans un cas clinique illustré, un état de l’art de la définition du stade oligométastatique, et de son traitement par radiothérapie exclusive des métastases vs une suppression androgénique.

      Résultats

      Le développement de l’imagerie métabolique permet de reclasser en M1 une part croissante de patients M0 en imagerie conventionnelle, principalement au stade de récidive après traitement local curatif. Deux essais randomisés de phase II (STOMP et ORIOLE) ont démontré que dans cette situation, le traitement des métastases par radiothérapie stéréotaxique (ou chirurgie) est bien toléré et permet de retarder significativement l’initiation d’une suppression androgénique, sans pour autant modifier la survie globale.

      Conclusion

      Des essais prospectifs de plus larges effectifs sont en cours pour confirmer les données préliminaires de STOMP et ORIOLE et devraient permettre d’identifier les patients oligo-récidivants pour lesquels un traitement systémique peut être différé.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Prise en charge du cancer de la prostate oligorécidivant après traitement local à but curatif, à l’ère des imageries métaboliques et de la radiothérapie stéréotaxique

      Summary
      Introduction

      In oligo-recurrent prostate cancer after local treatment for curative intend, stereotaxic radiotherapy of metastasis could be an alternative to standard androgen deprivation therapy (ADT).

      Material and method

      In a case report, we present a state of the art of the definition of the “oligometastatic disease”, and the level of evidence to support first stereotaxic radiotherapy of metastasis vs. ADT.

      Results

      The development of metabolic imaging has made it possible to reclassify as M1an increasing proportion of M0 patients with conventional imaging, mainly at the step of recurrence after local curative treatment. Two randomized phase II trials (STOMP and ORIOLE) demonstrated that in this situation, the treatment of metastases by stereotaxic radiotherapy (or surgery) was well tolerated and made it possible to significantly delay the initiation of ADT, but didn’t demonstrate an improvement in overall survival.

      Conclusion

      Larger prospective trials are conducted currenly to confirm the preliminary data from ORIOLE and STOMP and should make it possible to identify oligo-recurrent patients for whom systemic treatment can be delayed.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Le rôle des Commissions de conciliation et d’indemnisation (CCI) en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins, ce qu’il faut connaître

      Résumé

      La loi no 2002-303 du 4 mars 2002, dite loi Kouchner, a mis en place un dispositif d’indemnisation spécifique des patients victimes d’accidents médicaux, d’affections iatrogènes et infections nosocomiales, système destiné à favoriser le règlement amiable de ce type de sinistres, dont le régime d’indemnisation demeure fondé sur la faute prouvée. La demande repose sur un dossier téléchargeable sur internet et sur l’évaluation de la CCI. Une demande recevable va entraîner la réalisation d’une expertise collégiale, contradictoire et gratuite. L’objectif de cet article est d’appréhender le dispositif CCI, les critères de recevabilité, son mode de fonctionnement, et les finalités prévisibles en fonction des décisions.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Le rôle des Commissions de conciliation et d’indemnisation (CCI) en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins, ce qu’il faut connaître

      Summary

      The law of 4 March 2002, known as the Kouchner Act, has put in place a specific compensation scheme for patients suffering from medical accidents, iatrogenic conditions and hospital-acquired infections, a system designed to promote the amicable settlement of such claims whose compensation scheme remains based on proven fault. The application is based on a file downloadable on the internet and on the evaluation the commission. An admissible application will lead to the realization of a collegial, contradictory and free expertise. The aim of this article is to understand the system, the criteria of eligibility, how it works, and the predictable purposes according to the decisions.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les yeux de l’urologue et le risque d’exposition en endourologie

      Résumé

      Trois risques d’exposition oculaire lors des chirurgies endoscopiques urologiques existent : les projections de liquides biologiques et d’irrigation, le rayonnement laser et les rayons X. Afin de prévenir ces risques et leurs conséquences, le port de lunettes de protection est recommandé. Cette revue a pour objectif de détailler chacun de ces risques et donner les éléments nécessaires pour une protection adaptée.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les yeux de l’urologue et le risque d’exposition en endourologie

      Summary

      Three risks of ocular exposure during endoscopic urological surgeries exist: splashes of body fluids and irrigation solution, laser and X-ray radiations. In order to prevent these risks and their consequences, the wear of protective glasses is recommended. The purpose of this review was to detail these three risks and provide recommendations for appropriate eye protection.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Editorial Board

      Progrès FMC, 2021, 2, 31, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    • Editorial BoardLire la suite
    • Editorial BoardLire la suite
    • Editorial BoardLire la suite

    Continuer votre lecture