Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 2- Volume 30- pp. 65-134 (Février 2020)

    Numéro 2- Volume 30- pp. 65-134 (Février 2020)

    • Éditorial

      Prog Urol, 2020, 2, 30, 65

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Énucléation prostatique au laser Holmium : analyse des complications précoces. Sélection des patients pour l’ambulatoire

      Résumé
      Objectifs

      L’objectif de cette étude était d’évaluer les complications et leurs facteurs de risques de l’énucléation prostatique au LASER Holmium (HoLEP) et de proposer des critères de sélection à une prise en charge ambulatoire.

      Patients et méthodes

      Nous avons étudié rétrospectivement l’ensemble des procédures monocentriques par HoLEP entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2016. Les caractéristiques préopératoires des patients (âge, IMC, score ASA, volume prostatique estimé, présence d’une sonde en préopératoire, indication opératoire, prise d’antiagrégant plaquettaire ou d’anticoagulant) et les données périopératoires (durée d’intervention, de cathétérisme, d’hospitalisation, le recours à la transfusion, les résultats anatomopathologiques, les complications à 30jours postopératoires selon la classification de Clavien-Dindo, la présence d’une sonde à la sortie, l’expérience du chirurgien) ont été recueillies. La recherche des facteurs de risque de complications a été étudiée en analyse univariée puis multivariée.

      Résultats

      Mille deux cent un patients ont été inclus. Le taux de complications était de 19,15 %. Le taux de transfusion était de 3,7 %. L’âge (p =0,019), le score ASA>2 (p =0,0019), le volume prostatique (p =0,011), la prise d’anticoagulant (p <0,0001), la faible expérience de l’opérateur (p =0,048) et une durée d’intervention prolongée (p =0,0144) ont été identifiés comme facteurs de risque de complications.

      Conclusion

      L’identification de facteurs de risque de complication postopératoire après HoLEP pourrait permettre de mieux sélectionner les patients à qui l’on propose une prise en charge ambulatoire et d’en minimiser le risque d’échec ou de réadmission précoce.

      Niveau de preuve

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Énucléation prostatique au laser Holmium : analyse des complications précoces. Sélection des patients pour l’ambulatoire

      Summary
      Objectives

      To evaluate the complications and the risk factors of Holmium LASER Enucleation of the prostate (HoLEP) and to propose selection criteria for day-case surgery.

      Material and methods

      We included retrospectively all consecutive single-center HoLEP procedures performed between January 1, 2012 and December 31, 2016. We reported the pre-operative characteristics of the patients (age, BMI, ASA score, estimated prostate volume, presence of a preoperative catheter, operative indication, antiplatelet or anticoagulant intake) and the peri operative data (duration of intervention, catheterization, hospitalization, transfusion, histopathological findings, 30-day postoperative complications given to Clavien-Dindo classification, presence of a catheter at discharge, urologist experience). Uni- and multi-variate analyzes were performed to investigate risk factors for complications.

      Results

      One thousand two hundred and one patients were included. The overall complication rate was 19.15 %. The transfusion rate was 3.7%. We demonstrated that the age at procedure (P =0.019), an ASA score>2 (P =0.0019), a high prostatic volume (P =0.011), an anticoagulant intake (P =<0.0001), a poor-urologist experience (P =0.048) and a long operative time (P =0.0144) were at risks of complications.

      Conclusion

      The identification of postoperative complication risk factors after HoLEP could help to better select patients who are offered day-case surgery and minimize the risk of failure or early readmission.

      Level of evidence

      4.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Chirurgie de l’hypertrophie bénigne de prostate et information des patients : qu’est ce que les patients comprennent et retiennent ?

      Résumé
      Introduction

      L’information préopératoire est déterminante à l’adhésion du patient au traitement mais peut être insuffisamment assimilée par le patient du fait de sa densité et de sa complexité. L’objectif de cette étude était d’évaluer la compréhension et la satisfaction des patients de l’information préopératoire de chirurgie de l’hypertrophie bénigne de prostate (HBP). Les facteurs influençant la compréhension étaient également étudiés.

      Méthodes

      Il s’agissait d’une étude monocentrique sur questionnaire incluant tous les patients devant se faire opérer d’une HBP quelle que soit la technique chirurgicale. Un questionnaire était envoyé à chaque patient, à domicile, après la consultation urologique préopératoire.

      Résultats

      Deux cent dix questionnaires ont été envoyés et 106 patients (50,5 %) ont renvoyé le questionnaire. L’information était jugée excellente (cotée 9/10 et 10/10 sur l’échelle numérique) par 38,68 % (41/106) des patients et « très bonne » (cotée 7–8) par 45,28 % des patients (48/106). Les complications postopératoire les plus fréquemment citées par les patients étaient l’éjaculation rétrograde (39,6 % des patients, n =42/106) et le saignement (29,2 %, n =31/106). 57,6 % des patients (n =61) se rappelaient avoir reçu la fiche d’information écrite. Après rappel des complications éventuelles, 5,7 % des patients (n =6/106) hésitaient à se faire opérer. Seul l’âge des patients était significativement associé à une différence de compréhension (p <0,005).

      Conclusion

      L’information dispensée aux patients avant chirurgie d’HBP paraissait satisfaisante bien qu’elle semble mal comprise, notamment concernant les complications. Cette étude pourrait permettre de modifier notre vision de l’information du patient, en passant d’un modèle paternaliste à un modèle de « partenariat » avec le patient.

      Niveau de preuve

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Chirurgie de l’hypertrophie bénigne de prostate et information des patients : qu’est ce que les patients comprennent et retiennent ?

      Summary
      Introduction

      Preoperative information is a key to adherence to treatment for the patients, but may be misunderstood because of its density and complexity. The aim of this study was to assess comprehension and satisfaction of patients about preoperative information of benign prostatic hyperplasia (BPH) surgery. Factors influencing patient understanding were also studied.

      Patients and methods

      It was a monocentric study on questionnaires including every patients planned for BPH surgery, whatever the surgical technique. A survey was sent at patient's home after the preoperative consultation.

      Results

      One hundred and six of 210 patients (50,5 %) returned the questionnaire. 38,68 % (n =41) found the quality of information excellent (9 or 10 out of 10), and 45,28 % (n =48) found the quality of information good (7 or 8 out of 10). The main recalled complications were retrograde ejaculation (39.6 %, n =42/106), and bleeding (29,2 %, n =31/106). 57.6 % of patients (n =61) remembered receiving the written information sheet of the French Association of Urology. 5.7 % (n =6) hesitated having the procedure. Only patient's age was significantly associated with difference of comprehension (p <0.005).

      Conclusion

      Information given before a BPH surgery seems satisfactory although it was poorly understood, notably about complications. Providing complete oral information, insisting on complications, and giving the written information sheet are essential for a good doctor-patient relationship and a forensic serenity.

      Level of evidence

      3.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Incision de plaque et greffe de Tachosil chez les patients atteints d’une maladie de Lapeyronie

      Résumé
      Introduction

      La chirurgie est une option de traitement pour la correction de la courbure en cas de maladie de Lapeyronie. L’incision-greffe est préférée dans les courbures importantes et complexes.

      Méthodes

      Les patients avec une courbure de verge stable ont été rétrospectivement inclus du 1er janvier 2017 au 1er avril 2018. La greffe a été réalisée à l’aide d’une matrice de collagène associé à du fibrinogène et de la thrombine. Les patients étaient vus en consultation avant et après l’intervention pour évaluer la courbure, la longueur de la verge et la fonction érectile.

      Résultats

      Vingt et un patients d’âge moyen de 52,13 ans (18–70 ans) ont été opérés. Le suivi post-chirurgie était de 8,36 mois (1–14 mois) en moyenne. Il y a eu deux hématomes et une dysurie (Clavien 1) en postopératoire immédiat, et une reprise chirurgicale (Clavien 3B) pour hernie de prothèse (apparue à 3 mois postopératoire). La durée d’hospitalisation moyenne était de 1,38 nuits (1–5 nuits) et la durée d’intervention de 158min en moyenne (102–249min). La courbure moyenne après l’intervention était de 5,88° (0–30°) contre 82,75° (50–100°) en préopératoire. Le score d’érection était à 7,86 (4–10) contre 7,62 (3–10) en préopératoire. La taille de la verge n’a pas été modifiée (11,92 [11–14,5] contre 12,09cm [10–15cm] auparavant).

      Conclusion

      L’utilisation de cette matrice apporte de nombreux avantages : diminution du temps opératoire, application facile et coût faible. Des résultats cliniques à long terme sont nécessaires pour confirmer ces résultats encourageants.

      Niveau de preuve

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Incision de plaque et greffe de Tachosil chez les patients atteints d’une maladie de Lapeyronie

      Summary
      Introduction

      Surgery is a treatment for correction of penile curvature in Peyronie's disease. Partial plaque excision and grafting is recommended for severe and complex curvature.

      Methods

      Patients with stable penile curvature who underwent a partial plaque excision and grafting between January 2017 and April 2018 were retrospectively included. The graft was realized using a self-adhesive collagen fleece (Tachosil®). Penile curvature, penile length and erection score were measured before and after surgery.

      Results

      Twenty-one patients, aged 52,13 (18–70 years) were included. The average follow-up after surgery was 8,36 months (1–14 months). Early complications included two hematomas and one dysuria (Clavien 1). One patient had a penile prosthesis hernia 3 months after surgery, and needed a new surgery (Clavien 3B). Patients stayed at the hospital 1.38 night (1–5) and operating time was 158min (102–249min). Average penile curvature after surgery was 5.88° (0–30°), while it was 82.75° (50–100°) before. Erection score increased from 7.62 (3–10) to 7.86 (4–10). There was no modification of the penile length 11.92cm (11–14.5) after surgery and 12.09cm (10–15cm) before.

      Conclusion

      The use of TachoSil® reduces the operative time, is easy to use and has hemostatic properties at a low cost. However, prospective randomized trial and long terms results are required to confirm our encouraging results.

      Level of evidence

      3.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Aïdoïopoïèse sur modèle cadavérique humain revascularisé pulsatile et ventilé SIMLIFE® : cas isolé ou futur changement de paradigme en chirurgie de réassignation génitale ?

      Résumé
      Introduction

      En 2015, nous avions relaté notre expérience à propos de la courbe d’apprentissage en chirurgie de la réassignation génitale et souligné un concept d’apprentissage traditionnel en quatre étapes.

      Cas clinique

      Dans cet article, nous présentons notre première expérience d’aïdoïopoïèse (vaginoplastie) menée sur modèle SIMLIFE®, mannequin humanoïde à très haut degré de réalisme utilisant des corps humains issus de don du corps associés à un dispositif de circulation pulsatile et un dispositif de ventilation.

      Résultats

      La technique chirurgicale utilisée était celle de l’inversion pénienne, décomposée en 14 étapes distinctes. Le temps chirurgical total fut de 182minutes. On ne dénotait aucune complication intraopératoire, et il n’y eut aucune lésion de l’urètre ou du rectum. Le saignement intraopératoire mesuré par la perte de liquide opératoire était de 280mL. Nous revenons sur les avantages de cette technologie adaptée à la chirurgie de la transsexualité.

      Conclusion

      Nous avons démontré la faisabilité d’une aïdoïopoïèse avec le modèle humanoïde de simulation SIMLIFE® et l’amélioration de la technique d’apprentissage de ce type de chirurgie avec ce modèle. Cette technologie pourrait trouver de nombreuses autres applications chirurgicales. Elle se heurte cependant aux contraintes de coût et de la législation sur les cadavres.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Aïdoïopoïèse sur modèle cadavérique humain revascularisé pulsatile et ventilé SIMLIFE® : cas isolé ou futur changement de paradigme en chirurgie de réassignation génitale ?

      Summary
      Introduction

      In 2015, we reported our experience with the learning curve in genital reassignment surgery and highlighted a four-step learning concept.

      Clinical case

      In this article, we present our first vaginoplasty performed on a humanoid model SIMLIFE®, a human body associated with a pulsating circulation device and a ventilation device.

      Results

      The surgical technique included 14 steps. The total surgical time was 182minutes. There was no intraoperative complication, and there was no damage to the urethra or rectum. The intraoperative bleeding measured by the loss of operative fluid was 280mL. We discuss the advantages of this technology perfectly adapted to transsexual surgery.

      Conclusion

      We demonstrated the feasibility of vaginoplasty performed on a humanoid model SIMLIFE® and highlighted improvement of the surgical skills with this model. This technology could find many other surgical applications. However, it faces cost constraints and legislation on corpses.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Reduced E-cadherin expression as a prognostic factor in non-muscle-invasive bladder cancer: A systematic review and meta-analysis

      Résumé
      Introduction et objectifs

      Le rôle exact de la E-cadhérine dans le cancer de la vessie non invasif sur le muscle (NMIBC) est encore inconnu, et les objectifs de cette étude étaient de prouver si la réduction de l’expression de la E-cadhérine peut être un facteur pronostique chez les patients atteints de NMIBC.

      Matériaux et methods

      Une méta-analyse a été menée pour évaluer la valeur pronostique de l’expression réduite de la E-cadhérine dans la NMIBC. Les bases de données PubMed, Embase et Web of Science ont été incluses dans la recherche de l’étude.

      Résultats

      Quinze études portant sur un total de 1538 patients NMIBC ont été incluses. Les résultats ont montré que l’expression réduite de l’E-cadhérine était associée de manière significative à une survie sans récidive mediocre (HR combinée 2,16, IC 95 %, 1,22–3,85) et à une survie sans progression (HR combinée 1,91, IC 95 % 1,52–2,40) chez les patients NMIBC.

      Conclusion

      La E-cadhérine peut être un facteur pronostique pour les patients atteints de NMIBC.

      Reduced E-cadherin expression as a prognostic factor in non-muscle-invasive bladder cancer: A systematic review and meta-analysis

      Abstract
      Introduction and objectives

      The exact role of E-cadherin in non-muscle-invasive bladder cancer (NMIBC) is still unknown, and the aims of this study were to prove whether reduced E-cadherin expression can be a prognostic factor in patients with NMIBC.

      Materials and methods

      A meta-analysis was conducted to assess the prognostic value of reduced E-cadherin expression in NMIBC. The PubMed, Embase and Web of Science databases were included in the study search.

      Results

      Fifteen studies with a total of 1538 NMIBC patients were included. The results showed that reduced E-cadherin expression was significantly associated with poor recurrence-free survival (RFS) (pooled HR 2.16, 95% CI 1.22–3.85) and progression-free survival (PFS) (pooled HR 1.91, 95% CI 1.52–2.40) in NMIBC patients.

      Conclusion

      E-cadherin can be a prognostic factor for patients with NMIBC.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Reasons for intravesical instillation postponement during adjuvant treatment of non-muscle-invasive bladder cancer: A prospective study

      Résumé
      Introduction

      Les instillations intravésicales pour le traitement adjuvant des tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle (TVNIM) peuvent être nécessairement reportées. Cependant, la fréquence et les raisons de l’ajournement ne sont pas claires.

      Matériel et méthode

      Nous avons mené une étude épidémiologique prospective dans un service d’urologie francilien, entre août 2016 et mars 2017, afin de déterminer la fréquence et les raisons d’ajournement des instillations intravésicales pendant le traitement adjuvant de TVNIM. En raison d’une grave pénurie de BCG au cours de l’étude, seul un traitement d’induction a été autorisé par l’agence nationale des médicaments (ANSM). Cent patients traités consécutivement par des instillations intravésicales de mitomycine C (MMC) ou Bacille Calmette-Guérin (BCG) ont été inclus. À chaque séance et en cas d’ajournement d’une instillation, l’équipe médicale complétait un questionnaire spécialement conçu.

      Résultats

      Au total, 541 instillations ont été réalisées chez 100 patients. Vingt-quatre instillations (4,4 %) ont été ajournées chez 19 patients. La cause principale d’ajournement était un examen cytobactériologique des urines non traité dans 13/24 (54 %) des cas. Les causes d’ajournement ne différaient pas significativement entre MMC et BCG. Les instillations les plus fréquemment annulées étaient les premières du protocole thérapeutiques (26 % des cas). Le nombre d’instillation précédant celles annulées ne différaient pas significativement entre MMC et BCG (2,1±2,0 instillations pour MMC vs 1,5±1,6 pour BCG; p =0,64).

      Conclusion

      Il y avait un faible taux des instillations ajournées (4,4 %). La raison principale, à savoir un ECBU non traité et une bandelette urinaire positive, reposant sur la jurisprudence des expertises médico-légales, ne sont pas inclues dans les dernières recommandations du CC-AFU. Pour réduire le retard des instillations, les patients devraient être davantage impliqués dans la gestion de leurs ECBU.

      Niveau de preuve

      3.

      Reasons for intravesical instillation postponement during adjuvant treatment of non-muscle-invasive bladder cancer: A prospective study

      Summary
      Introduction

      Intravesical instillations for adjuvant treatment of non-muscle-invasive bladder cancer (NMIBC) may be postponed of necessity. However, the frequency and reasons for postponement are unclear.

      Materials

      We carried out a prospective, epidemiological study in an Urology department of the Île-de-France, between August 2016 and March 2017, to determine the frequency and reasons for postponement of intravesical instillations during adjuvant treatment of NMIBC. One-hundred consecutive patients treated by intravesical instillations of mitomycin C (MMC) or Bacillus Calmette-Guérin (BCG) were included. At each session and in case of instillation postponement, the medical team completed a specially designed questionnaire.

      Results

      A total of 541 instillations were performed in the 100 patients. Twenty-four instillations (4.4%) were postponed in 19 patients. The major cause of postponement was an untreated positive urine analysis and culture (UAC) in 13/24 (54%) cases. The causes of cancellation did not differ significantly between MMC and BCG. The most frequently cancelled instillations were the first in the therapeutic protocol in 26% of cases. The number of instillations preceding those cancelled did not differ significantly between MMC and BCG (2.1±2.0 instillations for MMC vs. 1.5±1.6 for BCG; P =0.64).

      Conclusions

      There was a low rate of postponed instillations (4.4%). The main reasons, namely an untreated UAC and a positive dipstick test, based on the jurisprudence, are not included in the latest CC-AFU guidelines.

      Level of evidence

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Quality of life associated with orthotopic neobladder and ileal conduit in women: A multicentric cross-sectional study

      Résumé
      Introduction

      Le présent article a pour objectif de comparer l’enterocystoplastie de susbstitution orthotopique (ESO) à la dérivation urinaire non continente de type Bricker (DUNC), en termes de qualité de vie et de résultats fonctionnels, après réalisation d’une exentération pelvienne antérieure pour cancer de vessie, au sein d’un population strictement féminine.

      Méthodes

      Toutes les femmes ayant eu une exentération pelvienne antérieure associée à la confection d’une ESO ou d’une DUNC pour cancer de vessie, entre janvier 2004 et décembre 2014, a sein de 3 centres hospitalo-universitaires français, et qui étaient toujours vivantes en février 2016, étaient éligibles. Trois autoquestionnaires distincts étaient soumis aux participantes : EORTC QLQ-C30, EORTC QLQ-BLmi30 et SF-12. Le critère de jugement principal correspondait au sous-score « qualité de vie globale » de l’autoquestionnaire EORTC QLQ-C30. Les critères de jugement secondaires correspondaient aux autres sous-scores obtenu à partir de l’autoquestionnaire EORTC QLQ-C30 ainsi que les sous-scores issus des autoquestionnaires EORTC QLQ-BLmi30 et SF-12. Les réponses à ces autoquestionnaires étaient comparées entre les femmes ayant eu une ESO et celles ayant eu une DUNC à l’aide du test du U de Mann-Whitney, avec une significativité statistique fixée à p <0,05.

      Résultats

      Quarante femmes étaient inclues dans l’étude (17 ESO, 23 DUNC). Le critère de jugement principal était comparable entre les femmes ayant eu une ESO et celles ayant eu une DUNC (83,3 vs 66,7 p =0,22). De même, aucune différence significative n’a pu être mise en évidence entre les deux groups pour les critères de jugement secondaires.

      Conclusion

      Le présent article n’a pas permis de mettre en évidence de différence statistiquement significative en termes de qualité de vie ou de résultats fonctionnels entre les femmes ayant eu une ESO et celles ayant eu une DUNC après exentération pelvienne antérieure pour cancer de vessie.

      Niveau de preuve

      3.

      Quality of life associated with orthotopic neobladder and ileal conduit in women: A multicentric cross-sectional study

      Summary
      Purpose

      To compare quality of life and functional outcomes associated with orthotopic neobladder (ONB) and ileal conduit (IC) after anterior pelvic exenteration for bladder cancer in women, through a multicentric cross-sectional study.

      Methods

      All women who have undergone an anterior pelvic exenteration associated with ONB or IC for a bladder cancer between January 2004 and December 2014 within the three participating university hospital centers and that were still alive in February 2016 were included. Three distinct auto-administered questionnaires were submitted to the patients: the EORTC QLQ-C30, the EORTC QLQ-BLmi30 and the SF-12. Comparison of response to these questionnaires between women with ONB and those with IC were studied with Mann-Whitney U tests, with a statistically significant P -value set at<0.05. The primary endpoint was the “global health status” sub-score extracted from the EORTC QLQ-C30 questionnaire. The secondary endpoints were the functional sub-scores and symptoms sub-scores obtained with the EORTC QLQ-C30 questionnaire as well as the sub-scores obtained with the EORTC QLQ-BLmi30 and the SF-12 questionnaires.

      Results

      Forty women were included in the study (17 ONB, 23 IC). The primary endpoint was comparable between the ONB and IC women (83.3 vs. 66.7 P =0.22). Similarly, no significant statistical difference could be pointed between the ONB and IC women in terms of secondary endpoints.

      Conclusion

      The present study did not report any significance difference in terms of quality of life and functional outcomes between women with ONB and those with IC after pelvic exenteration for bladder cancer.

      Level of evidence

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
    • Editorial Board

      Prog Urol, 2020, 2, 30, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Sexual dysfunction after elective laparoscopic or endovascular abdominal aortic aneurysm repair in men

      Résumé
      Introduction

      La chirurgie d’un anévrisme de l’aorte abdominale (AAA) infra-rénale peut entraîner des troubles de l’éjaculation et de l’érection chez l’homme. La chirurgie par endoprothèse serait moins pourvoyeuse d’éjaculation rétrograde que la chirurgie ouverte. Nous avons évalué la fonction sexuelle après chirurgie laparoscopique et après endoprothèse.

      Méthodes

      Nous avons mené une étude prospective monocentrique sur 124 patients opérés d’un AAA entre 2013 et 2015. La fonction sexuelle était évaluée par le questionnaire IIEF-15 et des questions sur l’éjaculation.

      Résultats

      Quarante-cinq patients (36,3 %) ont rempli le questionnaire IIEF en préopératoire avec 20–37,8 % de dysfonction sexuelle. Vingt et un patients (46,7 %) ont poursuivi l’étude à 3, 6 et 12 mois. L’âge moyen était de 65±5,6 ans dans le groupe laparoscopie et 77±10,5 ans dans le groupe endoprothèse (p =0,003). La fonction sexuelle était légèrement améliorée à 12 mois dans le groupe laparoscopie (+1,4 pour le score érectile et +4,6 pour l’IIEF-15) sans différence significative (p =0,83 et 0,74) mais 8 patients (61,5 %) présentaient des troubles de l’éjaculation persistants à 3 mois. Dans le groupe endoprothèse, les patients présentaient une dysfonction sexuelle modérée initiale sans amélioration à 12 mois, mais un seul rapportait des troubles de l’éjaculation.

      Conclusions

      La majorité des patients éligibles à un traitement chirurgical d’AAA présentait une dysfonction érectile et sexuelle initiale. La chirurgie laparoscopique n’entraîne pas de dysfonction érectile ou sexuelle de novo et il est noté une amélioration globale postopératoire. Les troubles de l’éjaculation étaient fréquents et persistants à 1 an. La chirurgie par endoprothèse ne permettait pas d’amélioration de la fonction sexuelle à 1 an.

      Niveau de preuve

      4.

      Sexual dysfunction after elective laparoscopic or endovascular abdominal aortic aneurysm repair in men

      Summary
      Introduction

      Infrarenal abdominal aortic aneurysm (AAA) repair can lead to ejaculation and erection troubles in men. There are few studies on sexual dysfunction after endovascular repair (EVAR) but they suggest less retrograde ejaculation than after open repair. We assessed the sexual dysfunction and ejaculation troubles after elective laparoscopic repair or EVAR.

      Methods

      We conducted a monocentric prospective study on 124 patients undergoing AAA repair between 2013 and 2015. Sexual function was evaluated using the IIEF-15 questionnaire and questions on ejaculation.

      Results

      Only 45 patients (36.3%) accepted to complete the IIEF preoperatively with 20–37.8% having preoperative sexual dysfunction. Among them, 21 (46.7%) accepted to complete the questionnaire at 3, 6 and 12 months. Mean age at inclusion was 65±5.6 years in the laparoscopic group and 77±10.5 years in the EVAR group (P =0.003). Erectile and sexual function were slightly improved at 12 months in the laparoscopic group (+1.4 for erectile score and +4.6 for IIEF score) with no significant difference (P =0.83 and 0.74) whereas 8 patients (61.5%) had persistent ejaculation troubles at 3 months. In the EVAR group, patients had moderate sexual dysfunction at baseline without improvement at 12 months, but only one patient reported ejaculation troubles.

      Conclusions

      Most patients eligible for AAA repair present with baseline erectile and sexual dysfunction. Laparoscopic AAA repair provides no onset of erectile or sexual dysfunction but a global improvement after surgery. Ejaculation troubles are frequent and persistent at 1 year. However, EVAR treatment, doesn’t allow recovering of sexual function at 1 year.

      Level of evidence

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Management of chronic testicular pain due to thoracolumbar junction syndrome: A pilot study

      Résumé
      Introduction

      La douleur testiculaire chronique peut être un symptôme d’un dérangement intervertébral minime au niveau de la charnière thoraco-lombaire. Le but de notre étude est d’examiner l’efficacité à moyen terme d’une manipulation ostéopathique particulière de la colonne vertébrale sur la douleur testiculaire.

      Méthodes

      Les patients souffrant d’une douleur testiculaire chronique ont été examinés à la recherche des critères d’un syndrome de charnière thoraco-lombaire. Les patients répondants aux critères du diagnostic ont bénéficié d’une manipulation ostéopathique vertébrale par un médecin expérimenté avec une évaluation de la douleur par l’échelle visuelle analogique avant la session, juste après la session et à chaque mois par la suite. La satisfaction du patient a été également examinée. La comparaison a été faite en utilisant le test de Wilcoxon et les facteurs prédicteurs ont été étudiés grâce à une étude multivariée.

      Résultat

      Sur les 62 patients examinés, 41 patients répondaient aux critères diagnostic et 37 patients ont été inclus. La douleur a disparu complètement chez 67,5 % des patients et une amélioration a été notée chez 18,9 %. Deux patients ont rechuté par la suite (5,4 %). La douleur a persisté chez 13,5 % des patients. Les facteurs prédicteurs de rechute et de non-amélioration étaient une durée prolongée des symptômes et une douleur limitée à la paroi scrotale.

      Conclusion

      La douleur testiculaire chronique est souvent due à un dérangement intervertébral minime et répond bien à une manipulation ostéopathique vertébrale bien conduite.

      Management of chronic testicular pain due to thoracolumbar junction syndrome: A pilot study

      Summary
      Introduction

      Thoracolumbar dysfunction (TLD) had been evoked as a possible etiology of chronic testicular pain. Our study investigated the efficacy of osteopathic diagnosis and treatment of TLD in men with chronic testicular pain.

      Methods

      Patients suffering from testicular pain were examined for thoracolumbar dysfunction and enrolled in a prospective trial if they have both conditions. Following standardized examination, all patients were prescribed 1 to 3 osteopathic treatment sessions, usually at weekly interval. Treatment success was evaluated using the Visual Analog scale and durability was assessed by regular follow-up. Patient satisfaction was also assessed. Comparison of pain improvement was done using Wilcoxon matched-pairs signed-ranks test. Logistic regression was used to assess for risk factors of success. A P <0.001 was used for significance.

      Result

      Out of 62 patients enrolled, 41 patients (median age 32 years, IQR 24–37) were suffering from chronic testicular pain and TLD. 37 of the 41 participants completed the treatment and follow-up according to the plan. Patients underwent a median of 2 osteopathic treatment sessions (range 1–3). Overall, pain disappeared completely in 25 patients (67.5%) and improvement was noted in 7 patients (18.9%). After initial improvement, two patients experienced relapse at their last visit (5.4%). Five patients (13.5%) had no improvement of their symptoms after osteopathic treatment. Statistically, improvement was significant with a P <0.001 and on logistic regression, site of pain and duration of pain were the sole predictors of failure.

      Conclusion

      TLD is a pathology that should be considered in the differential diagnosis in patients with chronic testicular pain and osteopathic manipulation of the spine appears to be an effective treatment option.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Vous pourrez également aimer

    • Quel traitement pour le syndrome de la vessie douloureuse/cystite interstitielle en 2021 en France ?Lire la suite
    • UROnews n°78 - Highlights du comité de cancérologie vessieLire la suite
    • Chapitre 03 - Algies pelviennes chez la femme *Lire la suite

    Continuer votre lecture