Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 6- Volume 29- pp. 293-346 (Mai 2019)

    Numéro 6- Volume 29- pp. 293-346 (Mai 2019)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Anne de Bretagne, un calcul politique

      Résumé

      Anne de Bretagne, symbole de la Bretagne a été deux fois reine de France. Elle serait décédée d’une pyélonéphrite obstructive à l’âge de 36 ans, permettant la réunification définitive du royaume de France. Nous relatons une hypothèse de sa mort.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Anne de Bretagne, un calcul politique

      Summary

      Anne de Bretagne, symbol of Brittany, was twice queen of France. She would have died of obstructive pyelonephritis at the age of 36 years old, allowing the definitive reunification of the Kingdom of France. We have a hypothesis of her death.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Formation par la simulation : de quels outils disposons-nous en urologie ? Revue systématique de la littérature

      Résumé
      Contexte

      La formation par la simulation prend une place croissante dans la formation chirurgicale et devient incontournable depuis la réforme du 3e cycle.

      Objectif

      L’objectif de ce travail était de faire une mise au point sur les différents outils d’apprentissage par la simulation disponibles dans le domaine de l’urologie ainsi que leur niveau de validation, à l’aide d’une revue systématique de la littérature.

      Sources documentaires

      Une recherche a été réalisée sur Medline® en utilisant les termes suivants : « urology » et « simulator ». Les travaux en langue anglaise et française ont été retenus.

      Sélection des études

      Deux cent quatre-vingt-onze abstracts ont été lus, permettant de sélectionner 154 articles lus pour évaluer leur éligibilité. Les études dont l’objectif n’était pas la validation d’un simulateur, les études décrivant un modèle animal ou dont le texte intégral n’était pas disponible ont été exclues.

      Résultats

      Cent-six études ont été analysées pour ce travail de revue. Les simulateurs décrits ont été regroupés dans 7 catégories : simulateurs de chirurgie laparoscopique, de chirurgie robotique, d’urétéroscopie, de chirurgie percutanée du rein, de procédures endoscopiques sur la vessie ou la prostate, de gestes de base en urologie et de procédures échoguidées sur la prostate. La plupart des simulateurs ont fait l’objet d’études validant leur apparence ou leur contenu. La validation du construit ou a fortiori du transfert des compétences sur patient est manquante dans la majorité des cas.

      Limites du travail

      Ce travail n’a pas abordé la question de l’évaluation des compétences à l’aide des simulateurs. De plus, la nouvelle nomenclature proposée pour définir les différentes étapes de validation d’un simulateur n’a pas été prise en compte.

      Conclusion

      Il existe pour l’urologie de nombreux simulateurs permettant de reproduire une grande variété de procédures. Cependant, leur niveau de validation est inconstant et doit être pris en compte à l’heure du choix d’un simulateur, de même que son coût, la propension des étudiants à l’utiliser et sa disponibilité.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Formation par la simulation : de quels outils disposons-nous en urologie ? Revue systématique de la littérature

      Summary
      Context

      Simulation-based training is taking an increasingly important place in surgical training and is becoming mandatory with the latest reform of the French medical studies.

      Objectives

      The objectives of this work were to report the various simulation tools available for the surgical training in urology, along with their validation level, through a systematic literature review.

      Documentary sources

      A search was conducted using Medline® with the terms “urology” and “simulator”. Articles in English and French were selected.

      Study selection

      Two hundred and ninety-one abstracts were read, allowing for the selection of 154 articles read to assess their eligibility. Studies whose main objective was not the validation of a simulator, studies describing animal models or studies whose full text was not available were excluded.

      Results

      One hundred and six studies were analyzed in this review. The simulators described were classified in 7 categories: laparoscopic surgery, robotic surgery, ureteroscopy, percutaneous nephrolithotomy, endoscopic bladder and prostate surgery, basic skills in urology, and ultrasound-guided prostate interventions simulators. Apparent and content validity were demonstrated for most simulators, but construct and predictive validity were often lacking.

      Limitations

      We did not consider the use of simulators as competency evaluation tools. Besides, the latest terminology proposed to define the various validation steps was not taken into account.

      Conclusion

      Many simulators are available in the field of urology and allow the reproduction of a large variety of urological procedures. However, their validation level is inconsistent, and has to be taken into account when choosing a simulator for surgical training, along with its cost, the eagerness of students to use the simulator and its availability.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Base pédagogique de la reconnaissance endoscopique des calculs, étude prospective monocentrique

      Résumé
      Introduction

      Évaluer la reconnaissance endoscopique visuelle de la morphologie des calculs urinaires par les urologues en formation après enseignement d’un expert.

      Matériel Des images de surface et de section de calculs issues d’urétéroscopies numériques ont été soumises pour description et reconnaissance de décembre 2017 à mai 2018. Les participants de notre centre bénéficiaient de l’encadrement d’un expert. Un questionnaire de concordance était élaboré par calcul et noté sur 5.

      Résultats

      Un total de 9 calculs a été analysé par 15 urologues en formation. La moyenne des résultats était de 1,94/5 initialement puis de 2,07 à 4,07/5 au cours de l’étude. Il en a résulté une reconnaissance parfaite du calcul dans 40,7 % et une recherche étiologique concordante dans 55,6 % des cas.

      Conclusion

      Cette première expérience d’enseignement du typage morphologique endoscopique des calculs urinaires confirme la possibilité de former rapidement les urologues à l’acquisition d’une compétence initiale dans le domaine. Ils peuvent ainsi jouer un rôle plus central dans la démarche diagnostique et étiologique de la maladie lithiasique.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Base pédagogique de la reconnaissance endoscopique des calculs, étude prospective monocentrique

      Summary
      Introduction

      To evaluate by junior urologists the morphology of urinary stone using visual endoscopic recognition after expert teaching.

      Material From December 2017 to May 2018, surface and section stone pictures extracted from digital ureteroscopy had been submitted to description and recognition. Participants could take benefit from an expert coaching. Each stone was evaluated by a different coherence questionnaire (score 1–5).

      Results

      Nine stones had been analyzed by 15 junior urologists. Mean score was initially 1.94/4 and then from 2.07 to 4.07/5 during the study. A perfect stone recognition and a matching etiological lithiasis research had been observed in 40.7% and 55.6% of cases respectively.

      Conclusion

      This first teaching experience of the urinary stone morphological endoscopic typing confirms the possibility to train urologists to gain this specific initial skill. Thereby, they could play a more important role in the etiological and diagnostic lithiasis research.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Évaluation pluridisciplinaire préopératoire systématique en chirurgie cancérologique urologique gériatrique : faisabilité et résultats

      Résumé
      Introduction

      L’incidence des cancers augmente avec l’âge, notamment pour les cancers urologiques. La fragilité de la personne âgée peut l’exposer à plus de complications postopératoires avec pour conséquence une hospitalisation prolongée, une morbidité accrue voire une mortalité accrue et un retour à la vie normale différé ou impossible. Dans ce cas, le bénéfice de la chirurgie même carcinologique et donc sa réalisation peuvent être remis en question.

      Patients et méthode

      Cet article rapporte l’expérience d’une évaluation préopératoire des risques dans une population de patients âgés pris en charge pour un cancer urologique. Cette étude rétrospective a pour objectif de rapporter la faisabilité et les principaux résultats de cette évaluation pluri professionnelle préopératoire systématique.

      Résultats

      Entre avril 2016 et février 2017, 31 patients âgés ont été évalués. L’évaluation a notamment révélé : une dénutrition modérée à sévère dans 59 % des cas, un patient jugé d’un point de vue gériatrique robuste, vulnérable ou fragile dans 25 %, 35 % et 40 % des cas respectivement. Cette évaluation a conduit à proposer une modification d’un élément de la prise en charge pour 66 % des patients et à proposer une abstention chirurgicale pour seulement 3 d’entre eux.

      Conclusion

      Une évaluation dont le but est d’adapter à l’âge physiologique des patients et à leur état de santé global, le traitement chirurgical et la prise en charge postopératoire est faisable et semble permettre de démasquer des éléments de fragilité habituellement non détectés.

      Niveau de preuve

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Évaluation pluridisciplinaire préopératoire systématique en chirurgie cancérologique urologique gériatrique : faisabilité et résultats

      Summary
      Introduction

      The incidence of cancer increases with age, especially for urological cancers. The frailty of the elderly persons may expose them to more postoperative complications resulting in prolonged hospitalization, increased morbidity or even increased mortality, and delayed or impossible return to normal life. In such cases, the benefit of surgery and therefore its realization can be questioned.

      Patients and method

      This article reports the experience of a pre-operative risk assessment in a population of elderly patients treated for urologic cancer. This retrospective study aims to report the feasibility and the main results of this systematic preoperative multi-professional evaluation.

      Results

      Between April 2016 and February 2017, 31 elderly patients were evaluated. The evaluation revealed: moderate to severe malnutrition in 59 % of cases, a patient judged from a geriatric point of view fit, intermediate or fragile in respectively 25 %, 35 % and 40 % of cases. This evaluation led to propose a modification of an element of care for 66 % of patients and to propose therapeutic abstention for only 3 patients.

      Conclusion

      An evaluation whose purpose is to adapt to the physiological age of patients and their overall state of health, surgical treatment and postoperative management is feasible and seems to help unmask elements of fragility usually not detected.

      Level of evidence

      4.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les génériques d’inhibiteur de la 5 phosphodiestérase améliorent-ils l’observance au traitement en raison d’un coût moindre ?

      Résumé
      Introduction

      Les inhibiteurs de la 5 phosphodiestérase (IPDE5) sont le traitement de première intention de la dysfonction érectile (DE). Ils ne sont pas remboursés par les caisses d’assurance maladie. L’objectif était de comparer le taux de non-observance thérapeutique en raison du coût entre les patients traités pour une DE par IPDE5 princeps et génériques.

      Méthode

      Étude multicentrique, transversale, qui a analysé les réponses à un questionnaire distribué aux consultations de quatre hôpitaux pendant vingt-cinq mois. Les patients étaient inclus s’ils souffraient d’une dysfonction érectile traitée depuis au moins 3 mois. Les proportions entre les deux groupes ont été comparées avec un test de non-infériorité de Wilcoxon–Mann–Whitney.

      Résultats

      Cent soixante-dix-sept questionnaires ont été analysés. Les patients traités par IPDE5 génériques étaient aussi non-observants au traitement en raison du prix que les patients traités par IPDE5 princeps, respectivement 34 % (n =28/82) et 38 % (n =36/95) (α<0,05). Les principales causes de non-observance étaient : le prix élevé du traitement, un effet médicamenteux moins important que celui attendu, un manque d’opportunité ou de désir sexuel. La part des patients fractionnant le comprimé d’IPDE5 pour réaliser des économies était de 19 % (33/177). Pour trouver le prix le plus bas, 57 % (101/177) des patients avaient consulté plusieurs pharmacies, 2,4±1,5 pharmacies en moyenne. 44 % (78/177) des patients ont comparé les prix sur des sites marchands sur internet.

      Conclusion

      Les patients traités par IPDE5 génériques sont aussi non-observants en raison du coût que ceux traités par IPDE5 princeps.

      Niveau de preuve

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les génériques d’inhibiteur de la 5 phosphodiestérase améliorent-ils l’observance au traitement en raison d’un coût moindre ?

      Summary
      Introduction

      Phosphodiesterase type 5 inhibitors (PDE5i) are the first-line treatment of erectile dyfunction (ED). Cost of PDE5i is not covered by health insurance company in France. Few studies have examined the potential impact of the introduction of generic products of PDE5i on price non-compliance. The aim of the study was to compare the non-compliance rate because of price among patients treated for DE with generics of PDE5i and those treated with brand-name medications.

      Method

      A multi-centre, cross-sectional, study that analyzed the answers to a questionnaire distributed to consultations in four hospitals for a period of twenty-eight months. Patients were included if they had DE treated for at least 3 months. The proportions between the two groups were compared with a non-inferiority test Wilcoxon–Mann–Whitney.

      Results

      One hundred and seventy-seven questionnaires were analyzed. Patients treated with generic PDE5i were significantly (α <0.05) as non-compliant because of price as patients treated with treated with brand-name PDE5i, respectively 34% (28/82) and 38% (36/95). The main causes of non-compliance were: high treatment costs, a lower than expected effect, lack of opportunity or sexual desire. The proportion of patients splitting the PDE5i tablet to achieve savings was 19% (33/177). To find the lowest price, 57% (101/177) of patients had consulted several pharmacies. These patients consulted 2.4±1.5 pharmacies. In the study population, 44% (78/177) of patients compared prices on commercial websites on the Internet.

      Conclusion

      Patients treated with generic PDE5i are as unobservant as those treated with brand-name PDE5i.

      Level of evidence

      3.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • La résection transurétrale de vessie de réévaluation est-elle toujours nécessaire en cas de primo-résection sous luminofluorescence par hexaminolévulinate ?

      Résumé
      Objectifs

      L’objectif de notre étude était d’étudier l’impact de l’utilisation de la luminofluorescence par hexaminolévulinate (HAL), sur le taux de tumeur résiduelle (TR) à la résection de réévaluation (re-RTUV).

      Méthodes

      Parmi tous les patients opérés dans notre centre d’une RTUV entre 2012–2017, 52 avaient eu une re-RTUV après primo-RTUV jugée complète et dans un délai<3 mois. Nous avons comparé les patients ayant eu une primo-RTUV avec cystoscopie en lumière blanche suivie d’une re-RTUV sous HAL (group A, n =30) et les patients ayant eu une primo-résection sous HAL suivie d’une re-RTUV en lumière blanche seule (group B, n =22). Le taux de TR à la re-RTUV, le changement de groupe pronostique et/ou de stratégie thérapeutique, les facteurs prédictifs de TR, ainsi que les survies sans récidive et sans progression ont été analysés.

      Résultats

      Le taux de TR était de 63,3 % dans le groupe A versus 0 % dans groupe B (p <0,001). Dans le groupe A, 16,7 % des patients ont été reclassés dans un groupe pronostique plus sévère après re-RTUV, avec un impact sur la stratégie thérapeutique versus aucun dans le groupe B. En analyse multivariée, seule l’utilisation de la luminofluorescence à la primo-RTUV était un facteur prédictif indépendant de TR (p =0,0031).

      Conclusion

      La qualité de la primo-RTUV, quand elle est optimisée par la cystoscopie en lumière bleue, a un impact significatif sur le taux de tumeur résiduelle à la re-RTUV et peut modifier la prise en charge des patients atteints de TVNIM.

      Niveau de preuve

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      La résection transurétrale de vessie de réévaluation est-elle toujours nécessaire en cas de primo-résection sous luminofluorescence par hexaminolévulinate ?

      Summary
      Objectives

      The aim of our study was to assess the impact of blue light cystoscopy with hexaminolevulinate on residual tumor rates at second-look transurethral resection of the bladder (TURB).

      Material and methods

      Among all patients undergoing TURB in our center between 2012 and 2017, 52 patients had a second-look after a first complete TURB with a delay<3months. We compare patients with standard white light cystoscopy/TURB then second-look blue light cystoscopy/re-TURB (group A, n =30) and patients with blue light cystoscopy/TURB at the initial procedure then white light cystoscopy/re-TURB (group B, n =22). The residual tumor rates at second-look, restaging and changing in therapeutic strategy, as well as recurrence free survival and progression rate were compared.

      Results

      Residual tumor at the time of second-look cystoscopy was detected in 42.3% of cases in our cohort, with a significant difference between the two groups (63.3% in group A versus 0% in group B, <0.001). In group A, 16.7% (5/30) of patients had upstaging and/or upgrading at second-look cystoscopy, resulting in a change in therapeutic strategy in most cases (4/5) while none upstaging was observed in group B. In multivariate analysis, the use of luminofluorescence at the first TURB was the only independent predictive factor of residual tumor (P =0.0031).

      Conclusion

      The quality of the initial TURB, when performed by using blue light cystoscopy, had a significant impact on the rate of residual tumor at the second-look resection and could modify therapeutic strategy of NMIBC.

      Level of evidence

      4.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Évaluation de greffons de bigreffe transplantés en monogreffe

      Résumé
      Introduction

      La transplantation rénale est le gold standard de la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique terminale. Selon l’Agence de biomédecine, le nombre de patients en attente de greffe augmente. Face à la pénurie de greffon, l’utilisation de greffons marginaux permet d’augmenter le nombre de patients transplantés. Parfois lors d’une transplantation en bigreffe, la mauvaise qualité d’un des deux greffons ou d’autres circonstances conduisent à ne transplanter qu’un seul des deux greffons. Nous avons étudié les résultats de la transplantation à partir d’un seul rein de bigreffe en les comparant avec ceux de la transplantation réalisés en bigreffe.

      Matériel

      Chez 67 patients inscrits pour une bigreffe, 39 bigreffes (groupe 1) ont été comparés à 12 monogreffes réalisés avec un seul des deux reins de bigreffes (groupe 2) et à 15 monogreffes réalisées à partir d’un rein hors protocole bigreffe (groupe 3).

      Résultats

      La survie des greffons était respectivement pour les groupes 1, 2 et 3 de 100 %, 72,5 % et 75,4 % (p =0,17). La survie des patients était respectivement pour les groupes 1, 2 et 3 de 78,3 %, 89,9 % et 87,8 % (p =0,47).

      Conclusion

      Notre étude pourrait suggérer que la transplantation à partir d’un rein initialement proposé en bigreffe permettrait d’obtenir des résultats encourageants en termes de survie du greffon et du receveur au prix d’une moins bonne fonction rénale qu’avec une bigreffe. En effet, il n’a pas été retrouvé de différence significative au niveau de la survie des patients et des greffons. Pour ces receveurs âgés, le but de la transplantation est surtout d’éviter la dialyse plutôt que d’avoir une fonction rénale optimale post-transplantation.

      Niveau de preuve

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Évaluation de greffons de bigreffe transplantés en monogreffe

      Summary
      Introduction

      Kidney transplantation is championed as the gold standard treatment for patients with end-stage kidney disease. According to the biomedical agency, there is an increasing number of patients waiting for kidney transplantation. Faced with organ shortage, the use of marginal grafts may well increase the number of available kidney grafts. Occasionally, during dual kidney graft transplantation, the poor quality of one of the two grafts, or other specific circumstances, may lead to transplantation of only one of the two grafts. We have compared patient outcome concerning single kidney transplantation from an initial dual kidney graft with respect to dual kidney graft transplantation.

      Material

      Among 67 patients enrolled for a dual kidney graft, 39 dual kidney grafts (group 1) were compared with 12 grafts performed with only one of the two kidneys of a dual kidney graft (group 2) as well as 15 grafts performed following a classic kidney graft protocol (group 3).

      Results

      The survival of grafts was respectively for groups 1, 2 and 3 of 100%, 72,5% and 75,4% (P =0.17). The survival of patients was respectively for groups 1, 2 and 3 of 78.3%, 89.9% and 87.8% (P =0.47).

      Conclusion

      Our study suggests that transplantation of a single kidney, initially proposed as dual kidney graft candidate, has satisfying results in terms of graft survival and patient mortality at the expense of poorer renal function in comparison to dual kidney graft. Indeed, there was no significant difference in the survival of patients and grafts. This seems promising taking into consideration that the aim of transplantation in elderly recipients is primarily to avoid dialysis, rather than having optimal post-transplantation kidney function.

      Level of evidence

      4.

    • Editorial Board

      Prog Urol, 2019, 6, 29, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    • Editorial BoardLire la suite
    • Editorial BoardLire la suite
    • Editorial BoardLire la suite

    Continuer votre lecture